5 271.55 PTS
-0.19 %
5 268.0
-0.19 %
SBF 120 PTS
4 224.10
-0.18 %
DAX PTS
12 437.94
-0.11 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
22 149.21
+1.97 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Mois sans tabac: "Je le fais pour moi, pour mes enfants"

| AFP | 263 | Aucun vote sur cette news
Novembre un mois sans tabac
Novembre un mois sans tabac ( PAUL J. RICHARDS / AFP/Archives )

"Je le fais pour moi, pour mon entourage, mes enfants": comme un peu plus de 125.000 Français, Jacques s'est lancé le défi d'arrêter de fumer à l'occasion du mois sans tabac. Ce bistrotier, Anne et Blandine, nous racontent comment ils abordent ce sevrage.

- 'Je veux voir grandir mes enfants' -

Anne, notaire près de Montbéliard (Doubs), fumait "un peu plus d'un paquet par jour". A 44 ans, la cigarette fait partie de son quotidien depuis ses 18 ans, et c'est surtout par souci de sa santé qu'elle veut sauter le pas.

"J'ai la trouille", reconnaît-elle. "Quand j'ai mal dans le dos, quand je tousse, je me dis: +Je vais mourir+. Je veux voir grandir mes enfants", explique-t-elle.

Après des "mini tentatives" d'arrêt, qui ne duraient jamais plus de deux jours, elle s'est dit: "Allez, c'est l'occasion", encouragée par la campagne "Mois sans tabac" vue dans les journaux et par sa famille.

Le 1er novembre, elle confesse pourtant avoir fumé "quatre ou cinq cigarettes". "Mais par rapport à d'habitude, c'était presque rien", estime-t-elle, se promettant d'arrêter totalement dès la fin de sa semaine de vacances, de retour dans son cadre de vie familier.

Elle prévoit alors d'acheter des patchs à la nicotine pour tenir, et de demander en pharmacie le kit "Mois sans tabac", qui contient notamment un calendrier avec des conseils et des encouragements. En revanche, les équipes de soutien sur les réseaux sociaux, ça n'est pas son truc: "Les histoires des uns et des autres: ça m'intéresse pas!"

- Jusqu'ici 'ça va bien !' -

Jacques, 47 ans, s'est mis à la cigarette "sur le tard", passant "de la cigarette festive à la cigarette réflexe" vers 28 ans.

Novembre le mois sans tabac
Novembre le mois sans tabac ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Sa consommation augmente encore en 2011, jusqu'à deux paquets par jour, lorsqu'il devient gérant d'un bistrot à Grenoble, tout en traversant une phase personnelle "compliquée".

Cela faisait "un moment" qu'il pensait à arrêter, mais "jusqu'à présent il n'y avait pas beaucoup de motivation", reconnaît-il. Ni la santé ("Quand tu n'as pas de problème, pourquoi arrêter?") ni le prix n'avaient créé le déclic.

Cette fois, "un ensemble d'éléments" l'ont décidé à sauter le pas: moins de fumeurs dans son entourage, une nouvelle compagne qui "n'aime pas la cigarette", les médecins qui lui repètent qu'il a "son destin entre ses mains"...

Et les 200 euros par mois d'économies qu'il réaliserait seraient "la cerise sur le gâteau".

"J'ai envie d'arrêter net. Sans patch, ni Nicorette. Je suis sûr que ça va marcher, parce que je l'ai décidé. C'est un défi personnel", explique-t-il.

Sur son compte Facebook, il a partagé une photo avec le mot "The end" écrit à l'aide de cigarettes brisées. Quelques jours après avoir écrasé ce qu'il espère être sa dernière clope, "ça va bien!", assure-t-il.

- 'M'appliquer les conseils que je donne aux autres' -

Blandine, 34 ans, fume depuis ses 15 ou 16 ans. Après avoir difficilement arrêté pendant ses deux grossesses, elle a chaque fois repris dès la naissance de ses filles.

Elle a fait une nouvelle tentative il y a deux mois, pour des raisons "surtout financières" et de santé (une trachéite persistante). "J'ai tenu trois semaines. Mais j'ai repris un peu bêtement, en me disant +allez, une, ça va pas me faire de mal+".

La jeune femme prévoit alors "de rééssayer au 1er novembre et de tenir bon", incitée par l'exemple d'une collègue, qui avait participé l'an dernier à la première édition du "Mois sans tabac" et ne fume plus depuis.

Ses motivations sont multiples: financières, mais aussi "l'impression de beaucoup perdre mon temps" à chaque pause cigarette, et l'envie de ne pas devoir dire à ses filles dans quelques années: "Je suis malade parce que j'ai trop fumé".

"Et puis j'essaie de m'appliquer les conseils que je donne aux autres", ajoute cette infirmière en maison d'arrêt, qui fait partie d'une équipe d'addictologie dans le cadre de son travail.

Depuis le 1er novembre: "Ca a été, je n'ai pas fumé. Et je ne me sens pas du tout nerveuse", assure Blandine, qui s'aide, comme pour sa précédente tentative, de patchs et de pastilles à la nicotine.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2018

Du volume en séance...

Publié le 19/02/2018

Lundi 19 février 2018EURONEXTL'opérateur boursier paneuropéen diffusera ses résultats annuels avant l'ouverture de la séance.SOPRA STERIALa SSII détaillera ses résultats annuels avant…

Publié le 19/02/2018

Viacom, via sa filiale Nickelodeon, et Hasbro ont noué un partenariat stratégique autour de la série Top wing, produite par 9 Story Media. Une ligne de jouets dédiée va être prochainement…

Publié le 19/02/2018

Les analystes continuent à faire le point surFaurecia après la publication annuelle de l'équipementier...

Publié le 19/02/2018

Optimisme de mise pour 2018

CONTENUS SPONSORISÉS