En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 403.41 PTS
-0.16 %
5 425.00
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 329.99
-0.16 %
DAX PTS
12 358.87
+0.00 %
Dowjones PTS
25 327.08
+0.55 %
7 450.05
+0.66 %
1.134
-0.55 %

Mohamed Hamadi, pont entre les cultures à Milan

| AFP | 256 | Aucun vote sur cette news
Guide bénévole, Syrien et musulman, Mohamed Hamadi fait découvrir aux visiteurs les fresques de l'église San Maurizio de Milan, le 15 novembre 2017
Guide bénévole, Syrien et musulman, Mohamed Hamadi fait découvrir aux visiteurs les fresques de l'église San Maurizio de Milan, le 15 novembre 2017 ( Miguel MEDINA / AFP/Archives )

Les fresques de l'église San Maurizio de Milan attirent des touristes du monde entier. Parmi les bénévoles aux cheveux gris qui leur proposent une visite guidée, Mohamed Hamadi détonne souvent: il est musulman et Syrien. Et prêche le lien entre les cultures.

Cet homme au regard caché derrière de fines lunettes est né il y a 69 ans à Homs, une ville du centre-ouest de la Syrie, proche de la frontière avec le Liban et ravagée par la guerre.

Il garde un souvenir ému de l'harmonie qui régnait dans l'école orthodoxe de sa jeunesse. "Les élèves étaient musulmans, chrétiens... Nous ne faisions pas attention à cela (...). Les élèves musulmans étaient d'ailleurs beaucoup plus nombreux que les chrétiens."

"Une fois par semaine, au lycée, il y avait une leçon sur la foi chrétienne et une autre sur la foi musulmane. Les musulmans y allaient pour écouter, et réciproquement", se souvient-il. "La diversité était une richesse pour ce pays."

La Syrie, Mohamed l'a quittée alors qu'il avait une vingtaine d'années. Membre du parti socialiste arabe, opposé au régime, il avait déjà été emprisonné deux fois et torturé.

Il est d'abord allé à Beyrouth, où il a étudié le droit, puis au Koweït, en Espagne et enfin en Italie, travaillant à chaque fois dans l'import-export. Il s'est marié à une Milanaise et dit se sentir avant tout "citoyen du monde".

Désormais veuf et retraité, il a commencé par aller aider les Syriens fuyant le conflit ces dernières années et débarquant à la gare de Milan dans l'espoir de gagner la Grande-Bretagne ou l'Allemagne.

- 'Une même chaîne' -

Et il y a deux ans, Mohamed Hamadi a rejoint le Touring Club en Italie: ces quelque 2.000 bénévoles, dont 800 pour la seule ville de Milan, assurent l'accueil dans de nombreux sites (musées, églises, palais...) qui resteraient sinon fermés au public.

Devant les magnifiques fresques qui valent à l'église San Maurizio le surnom de "chapelle Sixtine de Milan", Mohamed, badge de bénévole au cou, raconte l'histoire du Couvent des Bénédictines et explique les scènes représentées, de l'arche de Noé à la Cène.

Les visiteurs sont parfois surpris d'avoir affaire à un musulman. Mais pour lui, c'est de "culture" et non de religion qu'il s'agit.

Mohamed Hamadi, guide bénévole à l'église San Maurizio de Milan, raconte l'histoire du Couvent des Bénédictines et explique les scènes représentées, de l'arche de Noé à la Cène
Mohamed Hamadi, guide bénévole à l'église San Maurizio de Milan, raconte l'histoire du Couvent des Bénédictines et explique les scènes représentées, de l'arche de Noé à la Cène ( Miguel MEDINA / AFP )

"Le Coran, la Bible, la Torah... nous sommes une même chaîne", dit-il, en rappelant qu'Adam et Eve, Noé, Moïse ou Abraham figurent dans les trois Livres saints, même si ce n'est pas toujours de la même façon.

"J'aime l'art, j'ai lu beaucoup de livres d'histoire. Et la Syrie a aussi été une terre ayant accueilli de nombreuses cultures au gré des occupations: les Phéniciens, les Perses, les Grecs, les Romains, les Ottomans et même les Français", note Mohamed.

Lui qui parle quatre langues - arabe, italien, français et anglais - voit dans ses échanges avec les visiteurs un moyen d'"ouvrir l'esprit des gens".

L'ancien militant politique a aussi été conseiller municipal de Sesto San Giovanni, dans la banlieue de Milan. Mais il ne veut plus parler de politique et encore moins d'"intégration".

Pour lui, les gens doivent "vivre, parler, manger ensemble. Mais cela ne signifie pas pour autant que l'on doit oublier ses racines."

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/08/2018

Les comptes d'activité de Société des Bains de Mer n'en demeurent pas moins aléatoires...

Publié le 14/08/2018

L'international français avait exprimé, à plusieurs reprises, sa volonté d'obtenir un temps de jeu plus régulier...

Publié le 14/08/2018

Innelec Multimedia a réalisé un chiffre d’affaires de 14,2 millions d’euros au titre de son premier trimestre 2018/2018 (clos fin juin). Ce chiffre est en baisse de 7,2% à données publiées et…

Publié le 14/08/2018

Net recul de l'activité caoutchouc, en raison de la baisse des prix.

Publié le 14/08/2018

SII a enregistré au cours de 1er trimestre de l'exercice 2018/2019 un chiffre d'affaires de 147,61 ME, en croissance de 13,9%...