En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.64 %

Mohamed et Abdelkader Merah: deux procès en un aux assises

| AFP | 293 | Aucun vote sur cette news
Croquis d'audience montrant Abdelkader Merah à la cour d'Assises de Paris le 2 octobre 2017
Croquis d'audience montrant Abdelkader Merah à la cour d'Assises de Paris le 2 octobre 2017 ( Benoit PEYRUCQ / AFP )

Deux semaines après l'ouverture du procès Merah, la cour d'assises de Paris semble mener de front deux procès: celui de Mohamed, l'auteur des tueries de mars 2012, pour les victimes et l'opinion publique, et celui de son frère Abdelkader accusé de complicité.

Abdelkader Merah est accusé d'avoir sciemment facilité "la préparation" des crimes de son frère en l'aidant notamment à dérober le scooter utilisé lors des assassinats de sept personnes, dont trois enfants juifs, entre les 11 et 19 mars 2012 à Toulouse et Montauban. Il lui est également reproché d'avoir été le "mentor" de son petit frère dans sa radicalisation religieuse.

Il comparaît jusqu'à début novembre aux côtés d'un petit délinquant ami de Mohamed Merah, Fettah Malki, accusé d'avoir fourni un gilet pare-balles et un pistolet-mitrailleur uzi utilisés par le tueur au scooter.

Si évoquer la personnalité et les crimes de Mohamed Merah lors des débats n'a rien d'illégitime, son frère étant accusé de "complicité", y consacrer l'essentiel des dix premières journées d'audience a suscité chez nombre d'observateurs un sentiment de déséquilibre.

Un déséquilibre révélateur du double impératif auquel la justice s'est trouvée confrontée.

Celui de répondre à la fois à l'immense attente de l'opinion et des parties civiles, frustrés que le procès de Mohamed Merah, tué par des policiers, ne puisse avoir lieu et celui de conduire le procès de deux comparses présumés qui, à lui seul, ne méritait pas cinq semaines de débats.

Depuis le premier jour d'audience, cette ambiguïté a attisé les tensions et incidents d'audience entre les représentants des familles, satisfaits de voir le dossier évoqué dans ses détails, et la défense qui dénonce une confusion entretenue entre Mohamed Merah et son frère.

- 'Chienlit' -

L'affaire Mohamed Merah
L'affaire Mohamed Merah ( vb/pp, vl/nip / AFP )

"Je ne suis pas Mohamed Merah, je suis Abdelkader. Quand on regarde l'acharnement sur ma personne, on dirait que je suis mon petit frère", a lâché vendredi l'accusé à l'issue d'un interrogatoire.

Depuis son box, l'accusé suit depuis le premier jour avec une attention soutenue les débats et répond avec calme et assurance aux questions pendant que son avocat, Me Eric Dupond-Moretti, joue les snipers.

Le ténor du barreau n'hésite pas à couper la parole aux parties civiles, à l'avocate générale et même au président pour dénoncer un écart procédural ou une atteinte au droit de la défense.

"Vous allez finir par nous faire partir. Vous serez bien entre vous. Ce qu'il vous faut, c'est une défense mutique", a-t-il menacé vendredi après une énième altercation avec un avocat des parties civiles qui l'avait accusé de provoquer "la chienlit".

Dans le viseur de l'avocat de Merah figurent notamment les témoignages répétitifs et anonymisés de policiers diffusés en vidéotransmission. Chacun d'entre eux a semblé lire un texte préparé alors que la procédure impose l'oralité des débats.

"Vous n'avez pas participé aux actes. Où sont vos preuves ?", leur a lancé l'avocat.

Pourtant, ces enquêteurs ont au final plus servi la défense que l'accusation.

Ainsi, deux policiers ont repris la thèse du "loup solitaire", l'un deux affirmant que Mohamed Merah "a choisi seul ses cibles, fait seul ses repérages et commis seul ses crimes".

"Vous vous rendez compte que votre témoignage peut conduire à l'acquittement de l'accusé ?", s'est étranglé un avocat de la partie civile.

Un autre enquêteur a reconnu qu'il n'avait pas pu établir qui d'Abdelkader ou Mohamed Merah s'était connecté le 4 mars sur le site internet où figurait l'annonce de vente de moto passée par la première victime et qui a servi à le piéger.

Si la présence des deux frères à un match de football deux heures avant le premier assassinat a bien été confirmée, on ne sait rien de leurs échanges à cet instant.

Enfin, les témoignages et débats sur le vol du scooter utilisé pour les crimes n'ont pas permis d'établir la préméditation, Mohamed Merah ayant, de l'aveu même du propriétaire du deux-roues, profité de la présence des clefs oubliées sur l'engin pour agir.

Ils n'ont pas pour autant exonéré l'accusé de toute implication, même si ce dernier a affirmé avoir été "pris en otage", à savoir mis devant le fait accompli par son frère.

La troisième semaine du procès qui s'ouvre lundi sera notamment consacrée au parcours religieux de l'accusé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…