En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 871.77 PTS
+1.61 %
4 861.00
+1.45 %
SBF 120 PTS
3 878.21
+1.48 %
DAX PTS
11 134.33
+1.98 %
Dowjones PTS
24 496.70
+0.52 %
6 739.66
+0.32 %
1.137
-0.14 %

Lycées: 450 établissements perturbés, le mouvement se poursuit sans s'amplifier

| AFP | 633 | 1 par 1 internautes
Des lycéens manifestent à Paris le 11 décembre 2018
Des lycéens manifestent à Paris le 11 décembre 2018 ( - / AFP )

Le mouvement lycéen s'est poursuivi sans s'amplifier mardi alors que des organisations de la jeunesse prévoyaient une journée "noire": 450 établissements ont été perturbés, dont 60 bloqués, et des centaines de lycéens ont manifesté dans plusieurs villes de France.

Ce bilan est sensiblement équivalent à celui de lundi.

Le mouvement, né la semaine dernière dans le sillage de la colère protéiforme des "gilets jaunes", proteste notamment contre la réforme du bac, qui introduit une part de contrôle continu dans les notes de l'examen, la plateforme d'accès à l'enseignement supérieur Parcoursup et le service national universel (SNU).

Interrogé sur la réforme du bac lors des questions à l'Assemblée, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a indiqué s'être engagé à ce que la liste des "spécialités" proposées l'an prochain dans chaque lycée en Première soient connues "avant les vacances de Noël". Une annonce censée rassurer les parents et lycéens toujours dans le flou sur plusieurs points de la réforme.

Les blocages de lycées s'accompagnent de rassemblements, qui ont mobilisé quelques milliers de jeunes à Paris et en région: un gros millier de manifestants dans la capitale, même nombre à Rennes, 600 à Nancy et Angoulême, 300 à Auxerre, Dijon, Lyon, Nîmes, Montpellier, Mérignac etc, selon les chiffres de la police.

A Marseille, la manifestation s'est dispersée dans le calme en fin de matinée. Au pied du rectorat, une cinquantaine de jeunes se sont agenouillés mains derrière la nuque, en référence à l'interpellation controversée de 151 jeunes la semaine dernière près d'un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines).

Manifestation de lycéens à Marseille le 11 décembre 2018
Manifestation de lycéens à Marseille le 11 décembre 2018 ( GERARD JULIEN / AFP )

A Versailles, des centaines de lycéens venus de 4 établissements de Versailles ont manifesté à la mi-journée dans le calme, suivis de près par des véhicules de police. Sur le département des Yvelines, 15 jeunes ont été interpellés.

La situation était tendue dans quelques endroits en matinée: des voitures ont brûlé dans l'agglomération de Strasbourg et une équipe de France 3 a été prise à partie; un lycéen de 17 ans a été blessé par un tir de lanceur de balles de défense (LBD) lors d'incidents devant un lycée de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Quelque 45 jeunes ont été interpellés sur le département.

"On reste déterminé"

Des lycéens agenouillés lors d'une manifestation à Marseille le 11 décembre 2018
Des lycéens agenouillés lors d'une manifestation à Marseille le 11 décembre 2018 ( GERARD JULIEN / AFP )

Quatre organisations (le syndicat lycéen UNL, la fédération des parents d'élèves FCPE, le syndicat SNPES-FSU et le syndicat des avocats de France SAF) ont protesté mardi contre "la répression" infligée aux lycéens qui manifestent.

Selon Louis Boyard, président de l'UNL, "en moins de sept jours, plus de 1.000 lycéens" ont été interpellés par les forces de l'ordre. "À Mantes-la-Jolie, les jeunes ont été filmés, humiliés, sans respect de la présomption d'innocence lors des gardes à vue", s'est indignée Laurence Roque, du SAF.

"Macron nous fait la guerre et sa police aussi, mais on reste déterminé à bloquer le pays", scandaient les manifestants à Paris.

"Dans les banlieues, on est défavorisé parce que nos notes au bac n'auront pas la même valeur que ceux qui viennent des villes aisées", assure Jérôme, 17 ans, en terminale au lycée Jean-Zay d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Une délégation de lycéens a demandé à être reçue au ministère. Constatant que le rendez-vous ne se tiendrait pas avec le ministre mais avec son numéro 2 Jean-Marc Huart, elle est repartie, a-t-on appris auprès du ministère de l'Education.

"Notre intérêt est de sortir de cette crise", souligne-t-on rue de Grenelle. "Le problème, c'est que nous manquons d'interlocuteurs et que les revendications sont restées longtemps peu claires".

Des lycéens en province ont déploré qu'Emmanuel Macron n'ait pas évoqué leurs revendications dans son allocution lundi soir. "Macron n'a pas eu un mot pour nous", a ainsi regretté Sacha, du lycée Claude-Fauriel à Saint-Etienne.

Les chefs d'établissement ont récemment exprimé leurs craintes liées aux flambées de violence qui ont parfois accompagné les blocages.

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a, elle, déploré mardi "une manipulation" menée par "l'ultragauche" et "certains députés de La France insoumise". Elle a estimé que ce mouvement touchait "un nombre restreint de lycées" mais était "extrêmement violent".

Mardi cependant, les faits de violence étaient rares, selon les informations recueillies par les bureaux de l'AFP.

burs-fmp-ito/jt/sd

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Chargeurs gagne 2,57% à 19,19 euros, après avoir annoncé une nouvelle organisation pour son pôle Technical Substrates, et précisé ses ambitions pour 2021, où il anticipe notamment franchir 100…

Publié le 18/01/2019

Schlumberger a réalisé au quatrième trimestre 2018 un bénéfice net de 538 millions de dollars, ou 39 cents par action, contre une perte de 2,26 milliards, ou 1,63 dollar par action, un an plus…

Publié le 18/01/2019

GameStop, le premier distributeur mondial de jeux vidéo, a enregistré des ventes meilleures que prévu en fin d’année. Sur la période de 9 semaines s’étant achevée le 5 janvier, ses revenus…

Publié le 18/01/2019

IDI, groupe coté spécialiste du capital investissement, a pris une participation minoritaire dans Group Label pour un investissement en fonds propres de 12 millions d’euros. Group Label…

Publié le 18/01/2019

Neopost annonce la nomination de Martha Bejar (57 ans), experte américaine dans le domaine des logiciels, en qualité d’administratrice indépendante au Conseil d`administration et ce, à compter…