En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 837.25 PTS
-0.59 %
5 822.5
-0.83 %
SBF 120 PTS
4 598.60
-0.53 %
DAX PTS
13 105.61
-0.46 %
Dow Jones PTS
27 909.60
-0.38 %
8 362.74
-0.41 %
1.106
-0.01 %

Mobilisation à Radio France contre la suppression de près de 300 postes

| AFP | 246 | 3 par 1 internautes
Mobilisation à Radio France contre la suppression de près de 300 postes
Mobilisation à Radio France contre la suppression de près de 300 postes ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Des programmes très perturbés et des salariés en colère: les syndicats de Radio France ont lancé lundi une grève fortement suivie au sein de la "maison ronde" et en régions, pour combattre un projet de suppression de près de 300 postes.

Selon un décompte du Syndicat national des journalistes, au total, "près de deux journalistes sur trois ont cessé le travail" ce lundi. De son côté, la direction de Radio France a dénombré sur l'ensemble de la journée 671 grévistes, sur un effectif de 2.681 salariés prévu ce lundi, soit un taux de participation à la grève de 25%.

Les syndicats de la radio publique avaient invité les salariés à cesser le travail, pour des durées variables, alors qu'ils doivent rencontrer la direction plusieurs fois dans la semaine: la CGT a organisé une grève reconductible à partir de ce lundi, tandis que la CFDT, SNJ et Sud ont déposé un préavis courant jusqu’à vendredi, et l'UNSA et FO ont appelé à une mobilisation de 24 heures.

Un message qui a été clairement entendu, comme l'ont souligné les représentants du personnel lors d'une assemblée générale. Dès le début de la journée, les antennes du groupe ont été fortement perturbées, en particulier les matinales, qui constituent un carrefour d'audience stratégique.

A commencer par France Inter, navire amiral du groupe, où en lieu et place de la matinale, les auditeurs devaient se contenter d’une programmation musicale. France Culture a également basculé sur une "playlist". Et, si sur franceinfo la matinale a pu être en grande partie assurée, elle n'a pu être diffusée sur près de la moitié des 44 stations locales de France Bleu, d'après le Syndicat national des journalistes (SNJ).

La patronne de Radio France Sibyle Veil, à Paris, le 27 août 2019
La patronne de Radio France Sibyle Veil, à Paris, le 27 août 2019 ( Martin BUREAU / AFP )

Les syndicats jugent que le plan de 299 départs volontaires (sur près de 4.800), présenté la semaine dernière lors d'un CSE central extraordinaire par la présidente du groupe public, Sibyle Veil, "est dangereux, pour chacun des salariés et pour la pérennité de Radio France".

Pour la direction, ce plan, qui s'accompagnera parallèlement de 76 créations de postes, est nécessaire pour pouvoir continuer d'investir dans le numérique et faire face à la baisse des crédits de l'audiovisuel public décidée par le gouvernement.

"On ne pourra pas tenir"

Les animateurs de Radio France posent pour une photo de famille lors d'une conférence de presse à Paris, le 27 août 2019, afin de présenter les programmes de la saison à venir
Les animateurs de Radio France posent pour une photo de famille lors d'une conférence de presse à Paris, le 27 août 2019, afin de présenter les programmes de la saison à venir ( Martin BUREAU / AFP )

L'annonce de ce nouveau plan d'économies dans le groupe public, alors même que ses audiences sont au sommet (le nombre d'auditeurs de France Inter dépasse depuis plusieurs trimestres celui de sa grande rivale RTL), avait déjà déclenché une grève très suivie au mois de juin.

"C'est ma première grève", a confié à l'AFP une journaliste du groupe public, récemment intégrée après des années en CDD. "Informer, comme soigner ou enseigner, cela a un coût et on nous demande de produire plus. On ne pourra pas tenir", s'inquiète-t-elle.

Comme beaucoup de salariés, elle se demande "à qui ce plan profite", alors que la radio publique n'a jamais rassemblé autant d'auditeurs et fait figure de bon élève en matière de numérique.

"L'Etat se désengage", déplore une autre reporter du groupe, "depuis 22 ans à Radio France", qui souligne en outre que le plan cible des emplois au bas de la pyramide hiérarchique, comme les assistants de gestion en région, plutôt que des cadres.

Pour les syndicats, ces départs vont accroître la charge de travail des salariés restants, et risquent de dégrader in fine la production des programmes.

"Nous respectons ce temps d’expression des grévistes. Mais le projet de transformation de Radio France est nécessaire pour construire son avenir et celui des salariés et nous souhaitons le mener dans le dialogue", répond-on du côté de la direction, où l'on insiste sur le caractère strictement volontaire des départs projetés, qui reposeront notamment sur "des aménagements de départs à la retraite".

Les grévistes ne manquent pas d'idées pour donner plus d'écho à leur mobilisation. Outre une manifestation envisagée devant le ministère de la Culture, qui devrait mettre à l'honneur le Choeur de Radio France (la structure la plus touchée par le plan, avec une trentaine de postes menacés) et une cagnotte en ligne, un collectif baptisé "Radio Dedans Dehors" a été constitué.

Il vise à fédérer les soutiens à l'intérieur et à l'extérieur du groupe, notamment via un podcast.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 09/12/2019

Les sociétés d'investissement de Jean-Charles Naouri, qui coiffent le groupe de distribution Casino, ont annoncé lundi avoir finalisé leurs projets de plans de sauvegarde.

Publié le 09/12/2019

Le groupe Avenir Telecom a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 15,2 millions d'euros au 1er semestre 2019-2020, quasiment stable par rapport à...

Publié le 09/12/2019

La cession de l'activité banque de détail de HSBC en France serait devenue une priorité, selon des sources syndicales citées lundi par 'Les Echos".

Publié le 09/12/2019

Prochaines rendez-vous à San Francisco...

Publié le 09/12/2019

Visiativ présentera le 8 janvier 2020 son 3e plan stratégique, baptisé Catalyst 2023, après avoir achevé avec succès ses deux précédents plans stratégiques avec un an d'avance...