En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 863.70 PTS
-0.68 %
4 847.5
-0.85 %
SBF 120 PTS
3 857.37
-0.90 %
DAX PTS
10 880.14
-0.41 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.00 %
6 767.97
+0.00 %
1.127
-0.72 %

Millas: les constatations vont "plutôt dans le sens d'une barrière fermée"

| AFP | 755 | Aucun vote sur cette news
Les gendarmes reconstituent la collision entre un car scolaire et un train régional à Millas, dans les Pyrénées-Orientales, le 19 décembre 2017
Les gendarmes reconstituent la collision entre un car scolaire et un train régional à Millas, dans les Pyrénées-Orientales, le 19 décembre 2017 ( COR / AFP )

La conductrice du car scolaire entré en collision avec un train régional à Millas (Pyrénées-Orientales) a "de nouveau" été placée en garde à vue pour s'expliquer sur l'accident, les "constatations matérielles" allant "plutôt dans le sens d'une barrière (du passage à niveau) fermée", a indiqué mardi le procureur de Marseille.

Elle avait déjà été entendue brièvement au lendemain de l'accident mais "nous attendons de recueillir à nouveau des précisions sur les circonstances exactes qui ont conduit à ce dramatique accident", a ajouté Xavier Tarabeux.

"Ma cliente, lors de sa première audition, a été catégorique: les barrières étaient levées. Elle ne se serait pas amusée à passer avec un bus sur une voie ferrée avec des enfants à l'intérieur. La barrière était levée", a affirmé son avocat sur RTL. "Je suis absolument convaincu que cette femme va réitérer ses propos", a martelé Me Jean Codognès.

Sur le site de la collision entre un car scolaire et un train régional, le 15 décembre 2017 à Millas, dans les Pyrénées-Orientales
Sur le site de la collision entre un car scolaire et un train régional, le 15 décembre 2017 à Millas, dans les Pyrénées-Orientales ( RAYMOND ROIG / AFP/Archives )

Même si la "cause exacte" de la collision du 14 décembre qui a fait six morts parmi les collégiens à bord du car n'est pas encore "déterminée", "on relève sur le bas du bus, à hauteur pratiquement de la barrière, des traces", a pour sa part indiqué le procureur.

"Il faut bien évidemment qu'on analyse si ces traces proviennent de la barrière" car "on peut imaginer bien sûr que la barrière est en elle même très dégradée avec la violence du choc", a précisé M. Tarabeux, lors d'un point de presse à Perpignan après avoir rencontré les familles des victimes.

Ces "traces figurent en dessous du phare sur l'avant droit" du véhicule, a-t-il précisé. "Nous avons constaté cela, pour autant nous n'avons pas pu entendre la conductrice sur ce point pour savoir si c'est des traces qui procèdent d'un autre accrochage ou autre", a-t-il poursuivi.

Le procureur en charge des investigations s'est voulu prudent: "Aujourd'hui, on ne peut pas tirer de conclusions, on ne peut que constater un certain nombre d'éléments matériels".

"Pour autant, il faut que ces indices puissent êtres confortés dans le cadre d'expertises puis confrontés aux témoignages. En principe, le mécanisme (du passage à niveau) fonctionne de manière couplée" mais il faut "s'assurer qu'il n'y ait pas un quelconque problème de fonctionnement".

Une information judiciaire devrait être ouverte pour "homicides et blessures involontaires", selon lui.

La collision de Millas
La collision de Millas ( Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

La conductrice du car, une quadragénaire mère de famille, a toujours assuré que les barrières étaient "levées" lors de sa traversée des voies à Millas le 14 décembre à 16H03.

Elle avait à bord 23 enfants du collège Christian Bourquin de Millas, située à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Perpignan.

- 'Reconstitution' -

Sous la violence du choc, l'autocar avait été littéralement coupé en deux, une "véritable scène de guerre" selon les autorités. Il s'agit d'un des accidents les plus graves impliquant un transport d'enfants depuis le drame de Beaune (Côte-d'Or) en 1982 (53 morts dont 44 enfants).

En revanche, le conducteur du train a affirmé que les barrières étaient fermées. La SNCF a déclaré de son côté que le passage à niveau n°25 "fonctionnait normalement" au moment de l'accident.

Le bilan s'est alourdi à six collégiens tués, après la mort lundi d'un blessé grave. Le pronostic vital est toujours engagé pour cinq enfants.

Une reconstitution a eu lieu mardi matin sur les lieux du drame pour déterminer le champ de vision de la conductrice. Un autocar de l'entreprise Faur, identique à celui impliqué dans l'accident, a emprunté à plusieurs reprises le chemin parcouru par la conductrice. Un drone a réalisé également des prises de vue.

"La reconstitution était destinée à vérifier qu'il n'y avait pas d'obstacle visuel pour la conductrice", selon le procureur.

"Les premières constations ne démontrent pas de difficultés précises, sauf peut-être qu'une fois qu'on a fait la manœuvre, on est assez proche du passage à niveau puisqu'il y a 23 mètres qui séparent l'intersection du passage à niveau", a dit M. Tarabeux.

L'examen des disques enregistreurs a montré que le bus circulait à 12 km/h. La vitesse du TER était de 75 km/h sur un tronçon où la vitesse maximale autorisée était de 100 km/h, selon le procureur.

Les obsèques des enfants sont prévues jeudi matin, une chapelle ardente sera aménagée la veille.

est-mg-rz-cpy/swi

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Le ministère de la Défense hongrois a commandé 16 hélicoptères multirôles H225M équipés du système d’armes HForce. Cette commande est assortie d’un programme de formation et de soutien…

Publié le 14/12/2018

Philippe Lagayette administrateur référent, président en exercice du conseil d’administration de Renault, dément les rumeurs de presse faisant état de divergences au sein du conseil à…

Publié le 14/12/2018

Merck&Co a annoncé le rachat du groupe français Antelliq, spécialiste des produits d'identification numérique pour animaux. Le laboratoire américain déboursera environ 2,1 milliards d'euros pour…

Publié le 14/12/2018

Rothschild & Co remplacera Solocal Group au sein de l’indice SBF 120 à partir du 24 décembre 2018, a annoncé Euronext.source : AOF

Publié le 14/12/2018

Le titre casse un large canal baissier en place depuis mai dernier. Du côté des indicateurs techniques, les cours évoluent au-dessus de leurs moyennes mobiles à 20 et 50 séances tandis que le RSI…