En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 938.78 PTS
+0.28 %
4 928.5
+0.39 %
SBF 120 PTS
3 939.45
+0.39 %
DAX PTS
11 130.00
+0.57 %
Dowjones PTS
24 465.64
-2.21 %
6 526.96
+0.00 %
1.138
+0.09 %

Migrants vénézuéliens: Maduro minimise la crise, le Brésil mobilise son armée

| AFP | 322 | Aucun vote sur cette news
Des migrants vénézuéliens traversent la frontière entre l'Equateur et le Pérou le 25 août 2018
Des migrants vénézuéliens traversent la frontière entre l'Equateur et le Pérou le 25 août 2018 ( Luis ROBAYO / AFP/Archives )

"Arrêtez de laver les toilettes à l'étranger et rentrez": le président vénézuélien Nicolas Maduro a lancé un appel à ses compatriotes pour endiguer un exode qu'il impute à "une campagne de la droite", mais qui vire à la crise régionale avec la mobilisation de l'armée brésilienne à sa frontière.

"Je dis aux Vénézuéliens (...) qui souhaitent échapper à l'esclavage économique: arrêtez de laver les toilettes à l'étranger et rentrez vivre dans votre patrie!", a lancé mardi soir Nicolas Maduro, alors qu'il signait des accords pétroliers, lors d'un événement retransmis à la radio et à la télévision.

Fuyant la pauvreté, l'hyperinflation, la faillite des services publics et les pénuries dans leur pays, des centaines de milliers de Vénézuéliens émigrent dans les pays voisins comme le Brésil, la Colombie, l'Equateur, le Pérou et le Chili, mettant cette région sous pression.

Selon les Nations unies, sur les 2,3 millions de Vénézuéliens vivant à l'étranger pour une population totale de 30,6 millions de personnes, plus de 1,6 million sont partis depuis 2015. Quelque 90% d'entre eux se sont réfugiés dans les pays de la région.

Le gouvernement socialiste assure que cet exode massif est dû à une "campagne de la droite" et que les migrants reviendront, puisqu'un plan de mesures économiques, entré en vigueur la semaine passé, sortira le pays de la débâcle.

- "Des milliers de demandes" -

Il en veut pour preuve la centaine de Vénézuéliens rentrés lundi du Pérou par un avion affrété par le gouvernement. Et "nous sommes en train de recevoir des milliers de demandes" de migrants souhaitant être rapatriés, a assuré mercredi le ministre la Communication Jorge Rodriguez.

Des migrants vénézuéliens attendent d'entrer en zone d'embarquement de l'aéroport international de Lima après avoir choisi de revenir dans leur pays via un vol affrêté par le gouvernement de Caracas, le 27 août 2018
Des migrants vénézuéliens attendent d'entrer en zone d'embarquement de l'aéroport international de Lima après avoir choisi de revenir dans leur pays via un vol affrêté par le gouvernement de Caracas, le 27 août 2018 ( Teo BIZCA / AFP )

Mais dans les rue du Venezuela, les mesures censées redresser le pays inquiètent plus qu'elles ne rassurent.

"C'est un désastre, il n'y pas d'aliments de base. Les mesures, ce n'est que de la poudre aux yeux, elles vont renforcer les pénuries et le chômage", déclare à l'AFP Marielsi Ochoa, médecin de 34 ans, au milieu des présentoirs vides d'un supermarché

Hors du Venezuela, les signes de tension se multiplient face à l'ampleur de cette crise.

"Je décrète l'envoi des forces armées pour garantir la loi et l'ordre dans l'Etat de Roraima (...) du 29 août au 12 septembre", a annoncé mardi dans la soirée le président brésilien Michel Temer, "afin de garantir la sécurité des citoyens brésiliens mais aussi des immigrants vénézuéliens qui fuient leur pays".

Etagères vides dans un supermarché de Caracas, le 28 août 2018.
Etagères vides dans un supermarché de Caracas, le 28 août 2018. ( RONALDO SCHEMIDT / AFP )

M. Temer a ajouté que la situation migratoire était "tragique" et "menaçait l'harmonie de quasiment tout le continent". "Ce n'est pas seulement le Brésil qui endure ses conséquences, mais le Pérou, l'Equateur, la Colombie et d'autres pays d'Amérique latine", a-t-il dit lors d'une allocution télévisée.

Le chef de l'Etat brésilien n'a pas précisé combien d'hommes étaient concernés par ce décret pris une dizaine de jours après une explosion de colère contre les migrants dans la localité frontalière de Pacaraima, où une foule d'habitants a chassé des centaines de Vénézuéliens et brûlé leurs biens.

- "Pays en guerre" -

La situation humanitaire à la frontière est "comparable à celle de pays en guerre", commente à l'AFP Mauricio Santoro, professeur de relations internationales à l'Université de l'Etat de Rio de Janeiro.

Photo prise le 23 août 2018 montrant un Vénézuélien et sa fille sur le bord d'une route à Boa Vista, dans l'Etat de Roraima au Brésil
Photo prise le 23 août 2018 montrant un Vénézuélien et sa fille sur le bord d'une route à Boa Vista, dans l'Etat de Roraima au Brésil ( Mauro Pimentel / AFP/Archives )

Le Brésil a accueilli quelque 60.000 réfugiés à ce jour et le Pérou, qui s'attend à en recevoir un nombre total d'un demi-million, vient de restreindre leur accès à son territoire.

D'ores et déjà, la Colombie et le Pérou ont indiqué qu'ils allaient se coordonner sur l'aide à apporter aux centaines de milliers de migrants déjà présents sur leur sol et encore à venir, premier pas d'une politique régionale face à l'exode généré par la crise vénézuélienne.

Frontière entre le Brésil et le Venezuela
Frontière entre le Brésil et le Venezuela ( Jean Michel CORNU / AFP )

Sur son territoire, le Pérou a décrété mardi l'état d'urgence sanitaire pour 60 jours dans trois districts de la région de Tumbes, à la frontière avec l'Equateur, en raison de l'arrivée massive de migrants vénézuéliens, mais sans préciser la teneur des mesures.

L'Equateur a lui avancé au 3 et 4 septembre une réunion régionale sur la vague migratoire vénézuélienne à laquelle sont invités treize pays.

De son côté, l'Organisation des Etats américains (OEA) a convoqué une réunion extraordinaire sur la crise, le 5 septembre à Washington.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

Par courrier reçu le 20 novembre 2018 par l'AMF, la société Morgan Stanley & Co...

Publié le 21/11/2018

Le secteur des télécoms est bien orienté alors que la spéculation sur une éventuelle consolidation du marché français repart de plus belle après les...

Publié le 21/11/2018

Kingfisher, maison-mère des enseignes Brico Depôt et Castorama en France, recule de 2,92% à 239,1 pence à la Bourse de Londres, soit la seconde plus forte baisse du FTSE 100. A l'occasion de la…

Publié le 21/11/2018

Vinci organise aujourd'hui à Marseille une Journée Investisseurs consacrée à Eurovia. L'objectif de cette journée thématique est de présenter ce pôle d'activités à la communauté…

Publié le 21/11/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir enfoncé une oblique haussière en place depuis le début du mois de septembre. Du côté des indicateurs techniques, le RSI…