En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.44 PTS
+0.46 %
5 445.00
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 358.59
+0.42 %
DAX PTS
12 765.94
+0.82 %
Dowjones PTS
25 184.04
+0.26 %
7 393.99
-0.13 %
Nikkei PTS
22 794.19
+0.43 %

Migrants: la dangereuse route d'Espagne à nouveau empruntée

| AFP | 465 | Aucun vote sur cette news
Des migrants secourus par une ONG espagnole Proactiva Open Arms, au large des côtes de la Libye, le 4 octobre 2016
Des migrants secourus par une ONG espagnole Proactiva Open Arms, au large des côtes de la Libye, le 4 octobre 2016 ( ARIS MESSINIS / AFP/Archives )

Des milliers de migrants, désireux d'atteindre l'Europe, prennent à nouveau la mer, non sans drames, en direction de l'Espagne, où les arrivées ont plus que doublé depuis le début de l'année, notamment en raison de la situation en Libye.

Depuis mercredi, huit embarcations transportant 380 personnes ont été secourues au large de l'Andalousie (sud de l'Espagne) en mer d'Alboran, en Méditerannée, entre le Maroc et l'Espagne.

"Nous sommes inquiets car nous observons des chiffres que l'on n'enregistrait pas depuis des années. Et c'est une zone dangereuse, où les courants sont très forts", témoigne le porte-parole de SOS Racisme en Espagne, Mikel Araguas.

En début de semaine, un canot pneumatique avec 52 migrants à bord a été renversé par une vague. Seules trois personnes ont été retrouvées, les autres ayant été englouties par la mer. "La pire tragédie de la dernière décennie en Méditerranée espagnole" selon le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR).

Entre janvier et la fin du mois de juin, plus de 6.400 personnes ont été secourues en mer entre le Maroc, l'Algérie et l'Espagne, selon l'Organisation internationale des migrations, déjà presque autant que pour l'ensemble de l'année 2016 (8.100).

Migrants et réfugiés en Méditerranée
Migrants et réfugiés en Méditerranée ( Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

Africains venant de Guinée, de Gambie, de Côte d'Ivoire, du Cameroun et du Burkina Faso pour la plupart, ces hommes, femmes et ces enfants fuyant des situations politiques ou économiques instables, semblent se détourner de la route qui passe par le Niger puis la Libye et mène ensuite vers l'Italie.

D'année en année, les routes se modifient, d'Est en Ouest: après la quasi-fermeture en mars 2016 de la "route des Balkans" passant par la Macédoine, la Serbie, la Hongrie puis l'Autriche notamment, les migrants sont passés par la Libye et l'Italie.

- Prisons libyennes -

Mais désormais certains savent qu'elle est risquée et que les contrôles y sont "de plus en plus durs", selon Helena Maleno Garzon, de l'association d'aide aux migrants Caminando Fronteras.

Les récits dramatiques provenant de Libye, livrée au chaos depuis la chute de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi en 2011, se sont multipliés.

Des migrants affirment avoir été vendus sur des "marchés aux esclaves", selon l'OIM. Le HCR évoque des témoignages de conditions de vie "épouvantables" dans une quarantaine centres de détention pour migrants. Amnesty dénonce emprisonnements et tortures.

Du coup, certains préfèrent passer par le Maroc où l'Algérie pour ensuite traverser la Méditerranée vers l'Espagne.

Ils sont aussi tentés par un trajet plus court et moins cher.

"Les prix ont baissé et varient désormais autour de 900 euros par personne, contre 1.500 à 2000 euros en 2016. Et pour le même prix, ils ont droit à trois tentatives pour rejoindre l'Espagne", explique Andres Garcia Lorca, sous-préfet de la province d'Almeria (sud).

Les contrôles au départ du Maroc auraient en outre diminué, d'après Mikel Araguas, même si Frontex de son côté assure n'avoir noté "aucun changement dans la surveillance aux frontières" du Maroc.

Aux Africains qui évitent la Libye semblent s'être ajoutés des Marocains en provenance de la région du Rif (nord), théâtre d'un mouvement populaire réclamant le développement de cette région marginalisée, non sans arrestations et heurts avec les forces de l'ordre.

"Les migrants venant du Rif ont été nombreux au mois de juin, il n'y a jamais eu autant de Marocains depuis les années 90", assure Helena Maleno.

Le nombre d'arrivées reste toutefois bien inférieur à celui de l'Italie, où près de 85.000 personnes sont arrivées depuis le début de l'année.

Mais l'Espagne se rapproche de la Grèce, où l'OIM a recensé plus de 9.000 migrants, sur quelque 101.000 au total en Méditerranée depuis janvier.

La dangerosité - au moins 2.297 personnes ont perdu la vie en mer - ne décourage toujours pas les migrants.

"Il est urgent et nécessaire que l'on prenne conscience de la gravité de la situation, ils ne peuvent pas continuer à fermer les portes", dénonce la présidente de l'ONG Acoge Andalucia, Elena Tajuelo.

Si les pays de l'Union européenne "ne leur donnent pas de solution, les passeurs et mafias profiteront (encore) de leur désespoir", déplore aussi Maria Jesus Vega, porte-parole du HCR en Espagne.

Le ministère de l'Intérieur espagnol, contacté, n'a pas répondu aux questions de l'AFP.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

Le CAC40 a encore gagné 0,46% ce mercredi, à 5.447 pts en clôture...

Publié le 18/07/2018

Fin du recrutement de l'étude clinique international de Phase II

Publié le 18/07/2018

Attentes inchangées pour l'ensemble de l'exercice 2018-2019

Publié le 18/07/2018

     SOITEC PUBLIE LE CHIFFRE D'AFFAIRES DU 1ER TRIMESTRE DE SON ANNÉE FISCALE 2018-2019       Le chiffre d'affaires du 1er trimestre 2018-2019 atteint 92…

Publié le 18/07/2018

Transfert à Oddo BHF du contrat de liquidité de Valneva initialement conclu avec Natixis   Nantes, France, 18 juillet 2018 - Valneva SE ("Valneva" ou "le…