5 372.38 PTS
+0.08 %
5 371.00
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 288.39
+0.13 %
DAX PTS
12 991.28
+0.01 %
Dowjones PTS
23 328.63
+0.71 %
6 108.82
+0.27 %
Nikkei PTS
21 457.64
+0.04 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Migrants: L'Italie passe à l'action pour limiter les arrivées

| AFP | 275 | 3 par 2 internautes
Des migrants attendent d'être secourus par le navire Aquarius en Méditerranée, à 30 milles nautiques de la côte libyenne, le 2 août 2017
Des migrants attendent d'être secourus par le navire Aquarius en Méditerranée, à 30 milles nautiques de la côte libyenne, le 2 août 2017 ( Angelos Tzortzinis / AFP )

L'Italie a saisi mercredi le bateau d'une ONG allemande, engagée dans le sauvetage de migrants en Méditerranée, une première dans un pays qui s'efforce désormais de limiter coûte que coûte les arrivées de ceux fuyant la guerre ou la misère via la Libye.

Dans le cadre d'une enquête démarrée en octobre 2016, le procureur de Trapani en Sicile, qui a ordonné la saisie "préventive" du "Iuventa", soupçonne l'équipage de ce bateau affreté par l'ONG allemande Jugend Rettet, d'avoir adopté des "comportements favorisant l'immigration illégale". Le navire a été bloqué mercredi à Lampedusa, île au sud de la Sicile et au nord de la Libye.

Le même jour, le Parlement italien a donné son feu vert à l'envoi de navires militaires en Libye et un premier bateau, un patrouilleur, a fait son entrée dans l'après-midi dans les eaux territoriales libyennes.

L'Italie n'a aucune intention de faire "un blocus naval", ce qui serait "un acte hostile", a affirmé le gouvernement italien, insistant sur une "demande de soutien et d'aide aux garde-côtes libyens", dans la lutte contre les trafiquants d'êtres humains.

L'organisation de défense des droits de l'homme "Human rights watch" estime néanmoins que le refoulement de migrants vers un pays où ils risquent d'être maltraités, comme c'est le cas en Libye, constitue une violation des droits humains.

Des migrants secourus par un navire de Médecins sans Frontières arrivent au port de Salerne, au sud de Naples (Italie), le 14 juillet 2017
Des migrants secourus par un navire de Médecins sans Frontières arrivent au port de Salerne, au sud de Naples (Italie), le 14 juillet 2017 ( CARLO HERMANN / AFP )

L'Italie, non exempte de réactions d'exaspération de sa population face à l'arrivée continue de migrants, a adopté depuis quelques mois un discours nettement plus ferme, en particulier en direction de ses partenaires européens peu enclins à partager le fardeau de l'accueil.

Elle s'efforce également, avec l'appui financier de l'UE, de renforcer sa coopération avec les autorités libyennes, et a négocié par exemple un accord avec les tribus dans le sud du pays pour s'efforcer de limiter les entrées de migrants venant des pays voisins comme le Tchad ou le Niger.

- Dans le collimateur -

Et depuis plusieurs semaines, les ONG actives en Méditerranée centrale sont dans le collimateur des autorités italiennes.

Depuis 2015, jusqu'à une douzaine de navires humanitaires privés patrouillent au large de la Libye. Ils ont réalisé 26% des opérations de secours en 2016 et 35% cette année, au côté de navires italiens, européens et commerciaux, selon les gardes-côtes italiens.

Tandis que leur canot coule, des migrants attendent d'être secourus au large des côtes de Zawiyah en Libye, à l'est de Tripoli, le 20 mars 2017
Tandis que leur canot coule, des migrants attendent d'être secourus au large des côtes de Zawiyah en Libye, à l'est de Tripoli, le 20 mars 2017 ( Abdullah ELGAMOUDI / AFP/Archives )

Profitant de leur présence au plus près des eaux libyennes, les passeurs africains ont modifié leurs méthodes depuis l'année dernière en envoyant des embarcations toujours plus fragiles et surchargées, souvent sans eau, carburant ou téléphone satellitaire pour les appels de détresse.

Ces derniers mois, les ONG ont déjà été accusées d'être en contact direct avec des trafiquants d'êtres humains en Libye pour récupérer "comme des taxis" les migrants à la dérive, coupant au passage leurs outils de géolocalisation. Un autre enquête est en cours auprès du parquet de Catane (Sicile).

C'est précisément ce type de soupçons qui a conduit l'Italie à finaliser lundi un "code de conduite". Accepté seulement par trois ONG sur un total de neuf opérant dans cette zone méditerranéenne, il pourrait conduire à une moindre présence des navires d'ONG au plus près des eaux libyennes.

L'ONG allemande Jugend Rettet, dont le bateau a été "saisi" à Lampedusa, n'a pas souhaité signer ce code en treize points, qui interdit aux navires d'entrer dans les eaux libyennes et de communiquer avec les passeurs, y compris via toute forme de signaux lumineux.

Deux règles sont particulièrement contestées par les non signataires: l'acceptation à bord de fonctionnaires de la police judiciaire enquêtant sur le trafic d'êtres humains "pour une période strictement nécessaire" et l'interdiction de transférer les personnes secourues à bord d'autres navires "sauf en cas de situation grave et de danger imminent" et avec l'accord du commandement des gardes-côtes italiens.

Une ONG portant secours à des migrants doit donc en principe à l'avenir les amener jusqu'à un port, impliquant des trajets plus longs, des coûts de sauvetage accrus et une moindre présence près de la Libye.

Huit nouveaux corps ont été retrouvés mardi sur des embarcations de migrants en provenance de Libye. Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 111.000 migrants sont arrivés en Europe par la mer depuis le premier janvier, dont près de 95.000 en Italie. Plus de 2.385 sont morts en tentant la traversée.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/10/2017

Orège a annoncé ses comptes pour le 1er semestre 2017 clos fin juin...

Publié le 20/10/2017

                                               Communiqué de Presse   Voisins le Bretonneux, le 17 octobre 2017   Activité…

Publié le 20/10/2017

Paypal évolue sur ses plus hauts depuis son entrée en Bourse en juillet 2015. L’action du spécialiste du paiement en ligne progresse de 4,89% à 70,58 dollars à la faveur d’une performance…

Publié le 20/10/2017

  DESCRIPTIF PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIONS AUTORISE PAR L'ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DES ACTIONNAIRES DU 27 JUIN 2017   Paris, le 20 octobre 2017   Conformément aux…

Publié le 20/10/2017

WORLDLINELe spécialiste des systèmes de paiements publiera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.source : AOF

CONTENUS SPONSORISÉS