En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-0.15 %
4 830.00
-0.31 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-0.23 %
DAX PTS
11 071.54
-0.17 %
Dowjones PTS
24 483.58
+0.32 %
6 629.76
-0.26 %
1.139
+0.22 %

Migrants au large de Malte : le pape lance un appel à la solidarité européenne

| AFP | 351 | 1 par 1 internautes
Des migrants secourus en Méditerranée à bord du navire humanitaire Sea Watch 3, le 5 janvier 2019
Des migrants secourus en Méditerranée à bord du navire humanitaire Sea Watch 3, le 5 janvier 2019 ( FEDERICO SCOPPA / AFP )

Le pape François a lancé dimanche un "appel pressant" aux dirigeants européens pour qu'ils accueillent enfin 49 migrants, dont plusieurs enfants, ballottés en Méditerranée, pour certains depuis plus de deux semaines.

Les conditions sanitaires à bord ne cessent de se détiorer, ont par ailleurs averti dimanche des responsables de Sea Watch, l'une des deux ONG allemandes ayant affrêté un des navires ayant secouru ces migrants au large de la Libye.

"J'adresse un appel pressant aux dirigeants européens afin qu'ils fassent preuve de solidarité concrète à l'égard de ces personnes", a déclaré le pape devant des milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre à l'occasion de la traditionnelle prière de l'angelus.

Ces migrants bloqués à bord de deux navires d'ONG allemandes, Sea-Watch et Sea Eye, tout près des côtes maltaises, ont entamé ce weekend leur deuxième semaine en Méditerranée pour certains, leur troisième pour d'autres, sans qu'aucune solution ne soit en vue.

Ce n'est pas la première fois que le pape argentin, lui-même descendant d'immigrés italiens, lance un appel aux Européens pour qu'ils ouvrent leurs frontières aux migrants.

Le pape François s'adresse à la foule le 6 janvier 2019 au Vatican
Le pape François s'adresse à la foule le 6 janvier 2019 au Vatican ( Vincenzo PINTO / AFP )

L'Italie et Malte ont toutefois confirmé dimanche qu'elles n'avaient aucune intention d'autoriser ces deux navires à accoster.

"En Italie, plus personne n'arrive. C'est la ligne et elle ne changera pas", affirme le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini et patron de la Ligue (extrême droite), dans un entretien dimanche avec le quotidien Il Messaggero. "Les ports italiens sont et resteront fermés", a-t-il réitéré sur Twitter.

Pa de "précédent"

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat a expliqué ne pas vouloir créer de "précédent" en autorisant ces migrants à débarquer, dans un entretien avec Radio One à Malte. "Nous devons trouver un équilibre entre l'aspect humain et la sécurité nationale", a-t-il fait valoir.

La petite île de Malte, située au milieu de la Méditerrannée non loin des côtes libyennes et peuplée de 450.000 habitants, redoute, si elle ouvre ses ports, de devenir la principale porte d'entrée des migrants en Europe.

"C'est quelque chose qui pourrait créer un précédent et nous devons être vigilants là-dessus", a expliqué le Premier ministre.

Des migrants secourus en Méditerranée à bord du  Sea Watch 3, le 5 janvier 2019
Des migrants secourus en Méditerranée à bord du Sea Watch 3, le 5 janvier 2019 ( FEDERICO SCOPPA / AFP )

Car, si on devait accepter sans dire un mot que ces migrants débarquent, alors "les brutes gagneraient", a-t-il assuré, sans désigner personne en particulier. Les relations entre l'Italie de Salvini et l'île de Malte se sont toutefois fortement dégradées depuis que Rome a décidé de fermer ses ports aux migrants.

M. Salvini ne cesse de réclamer à Malte qu'elle prenne ses responsabilités en ouvrant ses ports aux bateaux ayant secouru des migrants au large de la Libye, en raison de la proximité de l'île avec ce pays nord-africain.

A bord du navire humanitaire Sea Watch 3, le 5 janvier 2019
A bord du navire humanitaire Sea Watch 3, le 5 janvier 2019 ( FEDERICO SCOPPA / AFP )

Dans le reste de l'Europe, les Pays-Bas et l'Allemagne ont indiqué être prêts à accueillir ces migrants, à condition que cette opération se fasse dans un cadre européen, mais aucune décision n'a encore été prise.

En attendant un port d'accueil, le Sea-Watch 3, avec à son bord 32 migrants secourus le 22 décembre au large de la Libye, dont trois enfants, était toujours ballotté dimanche au large de Malte, tout comme le navire affrêté par l'ONG Sea Eye, transportant 17 migrants.

"La situation devient chaque jour plus instable, le niveau de stress est en train d'augmenter", a déclaré le médecin à bord du Sea-Watch 3, Franck Doerner, dans une vidéo diffusée par l'ONG allemande.

Interrogé par téléphone lors d'une conférence de presse dimanche soir à Malte, le capitaine du Sea-Watch 3, Kim Heaton-Heather, a souligné que certains migrants étaient soignés pour déshydration en raison du mal de mer, qui les fait vomir presque en permanence. Ils sont également "déprimés" car ils n'ont plus l'espoir d'une solution prochaine, a-t-il affirmé.

Ils sont "tous entassés dans une petite salle et vomissent litéralement les uns sur les autres", a indiqué de son côté Giorgia Linardi, une porte-parole de Sea Watch lors de cette conférence de presse.

Dans un message audio diffusé plus tôt dans la journée, cette porte-parole avait dit craindre des actes d'automutilation de la part de certains migrants.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…