En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 659.08 PTS
+0.00 %
5 646.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 464.70
-
DAX PTS
12 457.70
-
Dowjones PTS
27 094.79
-0.19 %
7 901.79
+0.00 %
1.105
+0.14 %

MH17/Ukraine : les Pays-Bas regrettent le départ pour la Russie d'un ex-chef séparatiste

| AFP | 84 | Aucun vote sur cette news
Vladimir Tsemakh, un séparatiste prorusse échangé avec la Russie par l'Ukraine, le 5 septembre 2019 à Kiev.
Vladimir Tsemakh, un séparatiste prorusse échangé avec la Russie par l'Ukraine, le 5 septembre 2019 à Kiev. ( Sergei SUPINSKY / AFP )

Les Pays-Bas ont dit samedi avoir insisté en vain auprès de l'Ukraine pour qu'un ancien responsable des séparatistes prorusses, dont le nom a été cité dans l'enquête sur l'explosion au-dessus du territoire ukrainien en 2014 de l'avion du vol MH17 de la Malaysia Airlines, ne fasse pas partie de l'échange de prisonniers avec la Russie.

Le gouvernement néerlandais a consulté Kiev "à plusieurs reprises et au plus haut niveau" afin d'empêcher que Volodymyr Tsemakh ne soit concerné par l'échange, a écrit le ministre néerlandais des Affaires étrangères Stef Blok dans une lettre à la Chambre basse du parlement.

L'Ukraine et la Russie ont effectué samedi un échange historique de 70 prisonniers, parmi lesquels figure M. Tsemakh.

La justice néerlandaise avait précédemment déclaré vouloir interroger cet homme de 58 ans dans le cadre de l'enquête sur l'affaire du Boeing touché en plein vol par un missile au-dessus de la zone de conflit armé avec les rebelles dans l'est de l'Ukraine.

D'après M. Blok, le parquet néerlandais a bel et bien eu l'occasion de lui parler avant son départ pour la Russie. Les autorités ukrainiennes ont "différé l'échange pour permettre au parquet de l'entendre à nouveau".

Les Pays-Bas regrettent toutefois "profondément que M. Tsemakh ait ainsi été intégré à cet échange de prisonniers sous la pression de la Fédération de Russie", a déclaré le ministre.

Possible demande d'extradition

Selon un haut responsable ukrainien, Moscou refusait tout échange avec l'Ukraine si Kiev ne lui livrait pas ce séparatiste arrêté en juin par les services secrets ukrainiens pour "terrorisme", avant d'être remis en liberté conditionnelle jeudi.

"L'absence de Tsemakh dans la liste de personnes échangées entraînait automatiquement l'arrêt des négociations avec la Russie", a déclaré le chef des services ukrainiens de sécurité Ivan Bakanov à l'agence de presse Interfax-Ukraine, peu après l'échange.

D'après lui, cette "exigence de Moscou" est "une nouvelle preuve de l'implication russe dans le crash du MH17". La Russie réfute farouchement tout implication dans cette catastrophe, qui a fait 298 morts, dont 196 Néerlandais.

Piet Ploeg, le président d'une association néerlandaise des victimes, a déclaré à l'AFP avoir reçu samedi une lettre du ministère public néerlandais l'informant que le parquet a réclamé à la Russie l'extradition de M. Tsemakh.

Contacté par l'AFP, le parquet s'est refusé de tout commentaire concernant une telle demande d'extradition.

"Je peux confirmer que nous avons envoyé une lettre aux proches des victimes du MH17. Nous pensons qu'il est important que les personnes directement impliquées reçoivent certaines informations", a déclaré Brechtje van de Moosdijk, la porte-parole pour le groupe d'enquête sur le MH17.

La Russie et l'Ukraine ont pour politique de ne pas transférer hors de leurs frontières leurs ressortissants poursuivis à l'étranger.

"Très suspect"

M. Ploeg, qui a perdu trois de ses proches dans la catastrophe, s'est dit "abasourdi" par la nouvelle du transfert de M. Tsemakh en Russie, qualifiant le geste de Moscou de "très suspect".

"Nous avons l'impression que cette décision de la Russie n'a qu'un seul but : garder M. Tsemakh loin de l'enquête" internationale dirigée par les Pays-Bas, a-t-il confié à l'AFP.

Pour M. Ploeg, la Russie fait ainsi preuve d'"obstruction" au travail des enquêteurs. Il se montre toutefois compréhensif vis-à-vis du choix de l'Ukraine, qui faisait face selon lui à "un dilemme très compliqué".

Mercredi, 40 députés européens avaient appelé dans une lettre le président ukrainien Volodymyr Zelensky à ne pas livrer M. Tsemakh à la Russie, le qualifiant de "suspect-clé" dans l'affaire du MH17.

Les enquêteurs internationaux ont établi que le Boeing avait été abattu par un missile provenant d'une brigade russe basée dans le sud-ouest de la Russie et transféré dans la zone contrôlée par les séparatistes.

"Le gouvernement rappelle une fois de plus que la Russie est tenue de collaborer" à l'enquête sur l'affaire de l'explosion en vol de cet avion, a prévenu le ministre Stef Blok.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2019

L'assureur CNP a conclu un accord évalué à 7 milliards de reals, soit 1,53 milliard d'euros, pour la distribution au Brésil de polices d'assurance...

Publié le 20/09/2019

Une présentation de Stanilas Veillet se tiendra ce 20 septembre...

Publié le 20/09/2019

Le score du Groupe augmente de 4 points en 2019, passant de 69 à 73/100 dans un contexte d'augmentation des exigences de la méthodologie d'évaluation...

Publié le 20/09/2019

La politique rigoureuse de gestion des charges d'exploitation, initiée en 2018 a été poursuivie en 2019...

Publié le 20/09/2019

Abivax est en perte de 14,2 ME au 1er semestre...