En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 884.26 PTS
+0.4 %
5 903.0
+0.73 %
SBF 120 PTS
4 629.46
+0.35 %
DAX PTS
13 221.64
+0.57 %
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0.77 %
1.117
+0.32 %

Meurtre d'une journaliste maltaise: Muscat reste en poste, soutenu par ses troupes

| AFP | 167 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre maltais Joseph Muscat, le 26 novembre 2019 à La Valette
Le Premier ministre maltais Joseph Muscat, le 26 novembre 2019 à La Valette ( Matthew Mirabelli / AFP )

Le Premier ministre de Malte Joseph Muscat, soupçonné d'ingérences dans l'enquête sur le meurtre de la journaliste Daphne Caruana et soumis à une intense pression pour démissionner, a obtenu dimanche le soutien de son parti travailliste pour rester en poste probablement jusqu'en janvier.

Samedi, des sources au parti travailliste avaient indiqué que le parti se choisirait un nouveau dirigeant le 18 janvier et que M. Muscat "démissionnera formellement quand le nouveau chef sera choisi".

M. Muscat, au pouvoir depuis 2013, avait organisé dimanche une réunion urgente avec 36 parlementaires et ministres de sa formation le Parti travailliste.

"L'ensemble du groupe a soutenu Joseph Muscat et nous lui avons dit que c'était à lui de décider quand démissionner. L'élection (du nouveau dirigeant du Parti travailliste, ndlr) aura lieu du 8 au 18 janvier et jusque là, il restera chef du parti et Premier ministre", a indiqué une source de cette formation à l'AFP.

La réunion, qui a duré quatre heures, avait été convoquée en urgence après l'inculpation samedi de l'entrepreneur Yorgen Fenech, pour complicité dans l'assassinat de Daphne Caruana Galizia dans l'explosion de sa voiture piégée le 16 octobre 2017.

Au démarrage de la réunion, une source haut placée du Parti travailliste a laissé entendre à l'AFP que M. Muscat pouvait partir à tout moment maintenant qu'avec l'inculpation de Fenech, il a "accompli sa mission" consistant à "résoudre ce meurtre ignoble sous sa supervision".

L'entrepreneur maltais Yorgen Fenech (c) accompagné par son avocat Gianluca Caruana Curran (d), arrive au tribunal, le 29 novembre 2019 à La Valette
L'entrepreneur maltais Yorgen Fenech (c) accompagné par son avocat Gianluca Caruana Curran (d), arrive au tribunal, le 29 novembre 2019 à La Valette ( STRINGER / AFP )

Mais le Parti travailliste a souligné dans un communiqué à l'issue de la rencontre que "son groupe parlementaire avait exprimé un soutien unanime au Premier ministre pour toutes les décisions qu'il voudrait prendre", sans mentionner l'échéance de janvier ni une éventuelle démission anticipée.

Les Travaillistes ont aussi décidé de débattre au parlement la semaine prochaine des derniers développements de l'enquête sur l'assassinat de Daphne Caruana Galizia. Avec notamment les déclarations d'un intermédiaire, chauffeur de taxi et usurier qui ont abouti à l'arrestation le 20 novembre de Fenech.

Lundi, un tribunal maltais doit aussi se prononcer sur un recours de Fenech, qui réclame la révocation de l'enquêteur en chef, Keith Arnaud, suspecté d'avoir des liens étroits avec le Premier ministre et son bras droit et ami Keith Schembri.

Aucun parlementaire ni ministre ne s'est arrêté pour parler aux journalistes à leur sortie.

Pendant la réunion, M. Muscat a annoncé que le ministre de l'Economie Chris Cardona qui s'était auto-suspendu, allait reprendre son poste qu'il cumule avec celui de Premier ministre adjoint "avec effet immédiat".

"tout ce qu'il sait"

La pression s'est intensifiée ces derniers jours sur le chef du gouvernement travailliste pour qu'il quitte immédiatement ses fonctions.

Des portraits de la journaliste tuée Daphne Caruana Galizia lors d'une manifestation, le 29 novembre 2019 à La Valette, à Malte
Des portraits de la journaliste tuée Daphne Caruana Galizia lors d'une manifestation, le 29 novembre 2019 à La Valette, à Malte ( STRINGER / AFP )

La famille de la journaliste Daphne Caruana Galizia, l'opposition (Parti nationaliste) et des mouvements civiques l'ont accusé d'intervenir dans l'enquête notamment pour protéger son chef de cabinet Schembri.

Les détracteurs de M. Muscat le soupçonnnent d'avoir obligé le gouvernement à rejeter cette semaine une mesure de grâce pour l'entrepreneur Fenech qui promettait en échange de dire "tout ce qu'il sait".

Ce magnat de 38 ans, copropriétaire du groupe familial Tumas (hôtellerie, casinos, automobile, énergie) venait alors de désigner à la police M. Schembri comme le "vrai commanditaire" du meurtre.

Le chef de cabinet a démissionné en milieu de semaine en même temps que le ministre du Tourisme Konrad Mizzi et M. Cardona.

Entendu par les enquêteurs, M. Schembri est ressorti libre jeudi, déclenchant la colère de la famille Caruana Galizia qui a argué qu'"au moins deux témoins et de multiples indices impliquent Schembri dans l'assassinat".

Daphne Caruana avait creusé la partie maltaise des Panama Papers et découvert des documents reliant des sociétés panaméennes à Schembri, Mizzi et Cardona.

Elle avait aussi révélé qu'une société de Dubaï, la 17 Black, avait payé 2 millions d'euros à MM. Schembri et Mizzi pour des services non précisés. Le consortium de journalistes Daphne Project qui a repris ses enquêtes a révélé que la 17 Black appartenait à Fenech.

Dimanche, la famille a pressé de nouveau M. Muscat de "quitter ses fonctions", appelant le Parlement à "permettre une enquête libre et complète sur son rôle (de Muscat) et celui de Keith Schembri dans l'assassinat de Daphne". Une nouvelle manifestation, la septième en 15 jours, est prévue en fin d'après-midi à La Valette.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2019

Le règlement-livraison des OCA aura lieu le 16 décembre 2019...

Publié le 12/12/2019

Le fonds activiste Elliott apporterait ses titres Altran à l'OPA de Capgemini à 18 euros par action, selon des sources citées jeudi par 'Reuters'. Pour l'instant, l'offre reste fixée à 14 euros.

Publié le 12/12/2019

L'action Facebook a perdu 2,7% jeudi à Wall Street après un article du 'Wall Street Journal' évoquant de possibles mesures anti-trust contre le réseau social.

Publié le 12/12/2019

Succès de l'opération d'actionnariat salarié de Spie : 'Share for you 2019'...

Publié le 12/12/2019

Le management de Biophytis rencontrera, de façon individuelle, des investisseurs et présentera les évolutions de son principal candidat-médicament Sarconeos (BIO101) actuellement en phase 2b…