En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 858.91 PTS
+0.23 %
4 851.00
+0.12 %
SBF 120 PTS
3 869.63
+0.04 %
DAX PTS
11 073.47
-0.15 %
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
+0.00 %
1.135
-0.09 %

Mesures contre la violence à l'école: la présence de policiers dans certains cas

| AFP | 238 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 24 octobre 2018 à Paris
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, le 24 octobre 2018 à Paris ( Eric FEFERBERG / AFP )

Pour lutter contre la violence à l'école, le gouvernement a promis vendredi un arsenal de mesures sécuritaires, n'excluant pas de faire entrer les forces de l'ordre au sein des établissements scolaires lors de "moments de tension".

Les ministres de l'Education, Jean-Michel Blanquer, de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de la Justice, Nicole Belloubet, ont réuni vendredi matin un "comité stratégique" afin de mettre en œuvre un plan d'actions, demandé par Emmanuel Macron.

Le chef de l'Etat avait exigé des "mesures" après la publication d'une vidéo, au cours du week-end dernier, d'un élève menaçant son enseignante avec un pistolet factice dans un lycée de Créteil (Val-de-Marne), un incident qui a suscité l'indignation tout au long de la semaine.

Les violences scolaire envers le personnel du secondaire
Les violences scolaire envers le personnel du secondaire ( Selim CHTAYTI / AFP )

L'opposition a accusé le ministre de l'Education de "laxisme" tandis que sous le hashtag ironique #pasdevague, des milliers d'enseignants ont témoigné sur Twitter de cas de violences dans leurs établissements ayant été étouffés, selon eux, par leur hiérarchie.

A l'issue de la réunion vendredi, Christophe Castaner a déclaré devant la presse qu'il "n'exclu(ai)t pas la présence physique des forces de l'ordre" dans les établissements.

Cette présence pourrait être décidée "à des moments de tension particulière dans la journée" et "évidemment avec l'accord du chef d'établissement", a précisé M. Castaner, prônant "une approche quartier par quartier".

"Il faut que "l'école soit un endroit sanctuarisé, protégé, que nos enseignants soient protégés et que nos élèves soient aussi protégés de ces violences inacceptables", a-t-il insisté.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer à l'Elysée, le 24 octobre 2018
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer à l'Elysée, le 24 octobre 2018 ( Eric FEFERBERG / AFP )

Parmi les autres mesures, qui seront présentées et détaillées en conseil des ministres mardi, M. Castaner a dit souhaiter la présence de "permanences de policiers ou de gendarmes dans les établissements", afin de créer des lieux d'échanges "dans les quartiers les plus difficiles".

- "Pas une maison de redressement" -

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, a de son côté évoqué "la question du signalement systématique des faits", "des sanctions proportionnées éducatives" et le "renforcement des équipes mobiles de sécurité qui permettent de remettre l'ordre dans un établissement". Ces personnels de l'Education nationale, qui reçoivent une formation en matière de sécurité, sont chargés d'accompagner les établissements en cas de fortes tensions.

Il a également annoncé, pour les élèves de 13 à 18 ans, "la possibilité d'avoir des établissements spécialisés", avec des personnels éducatifs, mais aussi "d'origine militaire ou de la police".

La garde des Sceaux Nicole Belloubet a quant à elle "proposé de multiplier les travaux d’intérêt général dans les établissements scolaires, ce qui aura une forte valeur éducative".

Elle a rappelé le projet de création de 20 nouveaux centres éducatifs fermés, et évoqué le développement de "mesures d'accueil de jour", pour éviter de laisser désœuvrés des mineurs délinquants.

"Avec ces mesures, on répond aux situations de violence qui sont les plus marquantes mais qui ne correspondent pas à celles que vivent au quotidien les professeurs", a réagi Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa, interrogé par l'AFP. "Les profs ont surtout besoin d'un arsenal pour améliorer le climat scolaire, et d'espaces de dialogue pour faire part de leurs difficultés chroniques", a-t-il estimé.

"L’école n’est pas une maison de redressement, mais un lieu d'apprentissage", a aussi réagi la FCPE. "Ce n'est pas en plaçant un policier derrière chaque enseignant que l'on règlera un problème grandissant", a estimé la fédération de parents d'élèves.

"Nous sommes assez dubitatifs sur un énième plan et des effets d'annonces", a pour sa part indiqué à l'AFP Philippe Vincent, secrétaire général du SNPDEN (premier syndicat des chefs d'établissement). "Ce qui est sûr, c'est qu'il faudra faire du sur-mesure en fonction des établissements, la grande majorité d'entre eux étant surtout confrontés à des problèmes de vie scolaire".

Selon la dernière enquêtes de l'agence des statistiques du ministère de l'Education, les violences verbales sont les incidents les plus courants à l'école (plus de huit faits graves sur dix commis par des élèves envers le personnel).

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

Ingenico chute de 12% à 46,03 euros après avoir atteint 44,41 euros, soit son plus niveau depuis avril 2013. Les investisseurs sanctionnent le quatrième avertissement sur résultats en moins d'un…

Publié le 23/01/2019

THALES constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Put 5553S émis par SOCIETE…

Publié le 23/01/2019

Le titre valide une figure de continuation baissière en drapeau après s'être retourné à la baisse sous sa moyenne mobile à 50 séances, négativement orientée. De son côté, le RSI évolue à…

Publié le 23/01/2019

Airbus Helicopters a fait part de commandes en hausse et de livraisons en baisse pour l’année 2018. Ainsi, la filiale d’Airbus a enregistré 413 commandes brutes l’an dernier (381 nettes),…

Publié le 23/01/2019

            COMMUNIQUÉ DE PRESSE           Bourse Direct lance un nouveau contrat d'assurance vie en ligne1, assuré par Generali Vie.   Bourse…