En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-
4 879.5
-0.45 %
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-0.04 %
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.06 %
1.136
+0.02 %

Merah: la réclusion criminelle à perpétuité requise contre le frère du tueur

| AFP | 582 | 5 par 1 internautes
Abdelkader Merah devant les assises de Paris le 20 octobre 2017
Abdelkader Merah devant les assises de Paris le 20 octobre 2017 ( Benoit PEYRUCQ / AFP )

"Abdelkader a fabriqué Mohamed Merah": la réclusion criminelle à perpétuité a été requise lundi contre Abdelkader Merah, qui comparaît devant la cour d'assises de Paris pour "complicité" dans les assassinats perpétrés par son frère en mars 2012 à Toulouse et Montauban.

Prenant une dernière fois la parole en cette cinquième semaine d'un procès historique, l'avocate générale Naïma Rudloff a demandé à la cour d'assortir cette condamnation d'une peine de sûreté de 22 ans.

Alors que le verdict est attendu jeudi, elle a aussi réclamé 20 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers à l'encontre du deuxième accusé, Fettah Malki, jugé pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

"Merah est porteur d'un projet de société (...). Sa cible est la démocratie (...). Son but, répandre l'islam par l'intimidation et la terreur, une idéologie totalitaire maquillée de religiosité", a affirmé la magistrate dans ses réquisitions.

Principaux protagonistes de la mouvance islamiste radicale toulousaine dont étaient proches les frères Merah
Principaux protagonistes de la mouvance islamiste radicale toulousaine dont étaient proches les frères Merah ( Simon MALFATTO / AFP )

"Le terrorisme a aujourd'hui un nouveau visage et c'est le rôle de la justice d'être capable de le démasquer. Votre décision sera une leçon de démocratie", a-t-elle lancé à l'adresse de la cour.

"Face à la menace terroriste, nous avons tant de vies à sauver", a-t-elle insisté, s'attachant, durant plus de trois heures, à démontrer dans le détail la culpabilité des deux accusés.

Abdelkader Merah, 35 ans, est accusé d'avoir "sciemment" facilité "la préparation" des crimes de son frère en l'aidant à dérober un scooter et à acheter un blouson utilisés lors des faits. Il est également accusé d'avoir participé "à un groupement criminel affilié à Al-Qaïda prônant un islamisme jihadiste (...) en appliquant à lui-même et à son frère Mohamed les recommandations de cette organisation".

La justice reproche à Fettah Malki, 34 ans, d'avoir fourni à Mohamed Merah un gilet pare-balles, un pistolet-mitrailleur et des munitions utilisés par le tueur.

- 'Le sachant' et 'l'exécutant' -

Entre le 11 et le 19 mars 2012, Mohamed Merah a assassiné trois militaires, trois enfants et un enseignant juifs à Toulouse et Montauban, avant d'être abattu le 22 mars dans son appartement par le Raid, à l'issue d'un siège de 32 heures suivi par les médias du monde entier.

L'avocate générale "m'a apaisée. J'entendais chaque mot, chaque souffle de cette femme et mon coeur battait. J'ai confiance", a réagi après le réquisitoire Latifa Ibn Ziaten, mère du premier soldat tué par Mohamed Merah.

"Entre les frères Merah et leurs victimes, il n'y avait rien de personnel. Elles ont été tuées parce qu'elles représentaient un symbole, celui de l'État français et celui de l'ennemi juif", a souligné la magistrate.

"Mohamed Merah a tiré à 29 reprises sur des cibles humaines sur trois scènes de crime. Je ne connais aucun homme, même aussi amoral, capable de faire cela sans une légitimation de ses actes", a-t-elle poursuivi.

"Et ce n'est pas un émir du Waziristan (zones tribales du Pakistan où Mohamed Merah a été adoubé par un groupe affilié à Al-Qaïda, ndlr) qui a pu impulser cette légitimation. Autour de lui, il n'y avait qu'un seul homme capable de le faire: son frère", a-t-elle tranché.

Pour la représentante de l'accusation, Abdelkader Merah "a eu un rôle direct dans le choix des cibles" et "il a accompagné son frère jusqu'au bout". "L'un était le sachant, l'autre l'exécutant".

Elle a aussi mis en exergue les fichiers de cours de préparation au jihad retrouvés chez l'accusé, parlant de "documents opérationnels".

Quant au vol du scooter, l'avocate générale a expliqué que les frères Merah avaient repéré l'engin, suivi son propriétaire et su profiter d'une opportunité lorsque ce dernier a laissé ses clefs sur le tableau de bord.

Sur Fettah Malki, décrit comme "sans loi, sans foi, sans morale", elle a estimé que le délinquant avait vendu l'arme et le gilet pare-balles à Merah en connaissant sa radicalisation, même s'il n'était pas au courant "de ses projets précis".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...