En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 160.52 PTS
-0.15 %
5 168.50
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 093.58
-0.17 %
DAX PTS
11 309.21
+0.09 %
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.16 %
1.134
+0.26 %

Manifestations: le Conseil d'Etat maintient l'usage du LBD

| AFP | 300 | Aucun vote sur cette news
Un policier vise des manifstants avec un LBD, place de l'Etoile à Paris le 12 janvier 2019
Un policier vise des manifstants avec un LBD, place de l'Etoile à Paris le 12 janvier 2019 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Le Conseil d'Etat a rejeté vendredi les demandes de suspension de l'usage du lanceur de balles de défense (LBD) dans les prochaines manifestations de "gilets jaunes", estimant que le risque de violences rendait "nécessaire de permettre aux forces de l’ordre de recourir à ces armes".

En pleine polémique sur les "violences policières", la CGT et la Ligue des droits de l'homme (LDH) avaient tenté mercredi lors d'une audience tenue en urgence de convaincre les juges administratifs d'interdire cette arme selon eux "dangereuse", à l'origine de nombreuses blessures graves et utilisée plus de 9.200 fois depuis le début du mouvement de contestation sociale.

La plus haute juridiction administrative a estimé que "contrairement à ce que les demandeurs affirmaient, l'organisation des opérations de maintien de l'ordre mises en place lors des récentes manifestations ne révélait pas une intention des autorités de ne pas respecter les conditions d'usage, strictes" de ces armes dites de "force intermédiaire".

Pour le juge des référés, "l'impossibilité d'exclure la reproduction ... d'actes de violences et de destruction" au cours des prochaines manifestations "rend nécessaire de permettre aux forces de l'ordre de recourir à ces armes, qui demeurent particulièrement appropriées pour faire face à ce type de situations, sous réserve du strict respect des conditions d'usage".

Mercredi, devant le Conseil d'Etat, les requérants avaient décrit une "escalade de la violence" dans la répression entre le début du mouvement social le 17 novembre et les dernières manifestations. Ils avaient pointé un usage massif des LBD devenu "une composante structurante du niveau de violence dans les manifestations".

Selon le collectif militant "Désarmons-les", 20 personnes ont été gravement blessées à l'œil -la plupart éborgnées- par la police depuis le début du mouvement. La 12e journée de mobilisation des "gilets jaunes" samedi sera dédiée aux blessés - plus de 1.900 depuis le début du mouvement social selon les chiffres officiels.

Le Conseil d'Etat a "constaté que l'usage du LBD avait dans la période récente provoqué des blessures, parfois très graves, sans qu'il soit possible d'affirmer que toutes les victimes se trouvaient dans les situations visées par le code de la sécurité intérieure, seules à mêmes de justifier une telle utilisation".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Le patrimoine immobilier de Selectirente est constitué de 344 murs de commerces d'une valeur de 233 ME...

Publié le 19/02/2019

  RÉSULTATS 2018 EN PROGRESSION   Paris, 19 février 2019       RÉSULTATS FINANCIERS 2018[1] SUPÉRIEURS AUX OBJECTIFS Chiffre d'affaires : 4,1…

Publié le 19/02/2019

Le produit net des opérations se chiffre à environ 21 ME, ce qui porte la valeur de la coentreprise Proseat à 8,5 fois l'Ebitda moyen (2016-2018)...

Publié le 19/02/2019

Cette acquisition permet au groupe français de devenir un des leaders de ce marché aux USA...

Publié le 19/02/2019

Paris, le 19 février 2019, 19h00   Chiffre d'affaires T4 2018 Priorité au retour à la rentabilité sur le nouveau périmètre     …