En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 872.85 PTS
+0.67 %
4 877.00
+0.82 %
SBF 120 PTS
3 888.69
+0.76 %
DAX PTS
11 135.77
+0.58 %
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.00 %
1.135
-0.28 %

La Jordanie va retirer un projet de loi fiscale après une semaine de protestations

| AFP | 400 | Aucun vote sur cette news
Des Jordaniens manifestent à Amman près du bureau du Premier ministre contre un projet de loi fiscale le 6 juin 2018
Des Jordaniens manifestent à Amman près du bureau du Premier ministre contre un projet de loi fiscale le 6 juin 2018 ( AHMAD GHARABLI / AFP )

Soumises à la pression de la rue, les autorités jordaniennes ont décidé jeudi de retirer un projet de loi controversé sur l'impôt sur le revenu, principale revendication des manifestants depuis une semaine.

"Après des discussions avec le Parlement et le Sénat (...), un accord a été trouvé pour retirer le projet de loi fiscale", a affirmé à la presse le Premier ministre Omar al-Razzaz.

Nommé lundi à son poste après la démission de son prédécesseur, il s'était engagé "à dialoguer avec les différentes parties" afin de "parvenir à un système fiscal juste pour tout le monde".

Selon M. Razzaz, le retrait et les discussions sur une nouvelle mouture du projet auront lieu une fois le nouveau gouvernement formé. Il n'a pas dit quand cela devait intervenir.

La Jordanie, largement dépendante des aides étrangères et dépourvue de ressources naturelles, s'est engagée auprès du Fonds monétaire international (FMI) à mener des réformes structurelles et à réduire ses déficits en échange d'un prêt de plusieurs centaines de millions d'euros.

Des Jordaniens brandissent du pain sur lequel est écrit
Des Jordaniens brandissent du pain sur lequel est écrit "corruption = faim" lors d'une manifestation contre l'austérité et la cherté de la vie, le 6 juin à Amman ( AHMAD GHARABLI / AFP )

Le texte décrié prévoyait une augmentation entre 5% et 25% des impôts pour les particuliers et imposait les personnes ayant un salaire annuel supérieur à 8.000 dinars (environ 9.700 euros).

Avec un taux de chômage de 18,5%, 20% des habitants vivant à la limite du seuil de pauvreté et des hausses de prix répétés, ce projet de loi "a été la goutte qui a fait débordé le verre", a affirmé à l'AFP Fayez Mohammed, un avocat d'une quarantaine d'année qui avait observé un sit-in mercredi avec ses collègues devant le siège des syndicats à Amman.

- "Calmer le jeu" -

La démission lundi du Premier ministre Hani Mulqi et l'appel du roi Abdallah II à une "révision complète" du projet de loi sur l'impôt sur le revenu n'avaient pas suffi à dissiper les craintes et griefs de nombreux Jordaniens.

Leur principale revendication restait le retrait pur et simple du texte au Parlement.

Des policiers jordaniens attrapent un manifestant près du bureau du Premier ministre à Amman le 6 juin 2018
Des policiers jordaniens attrapent un manifestant près du bureau du Premier ministre à Amman le 6 juin 2018 ( Ahmad GHARABLI / AFP )

L'annonce du Premier ministre est "un message au peuple jordanien pour qu'il mette fin aux manifestations", a affirmé lors d'une conférence de presse le président du Sénat Fayçal al-Fayez, appelant "tout le monde à calmer le jeu".

"Nous voulons renvoyer (...) le projet de loi sur l'impôt" au gouvernement, avait écrit sur Twitter dans la nuit le président du Parlement Atef al-Tarawneh, au moment où plus de 2.000 manifestants à Amman criaient leur colère pour la septième nuit consécutive.

Quelques échauffourées ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l'ordre, mobilisées en grand nombre, et un policier a été blessé, selon l'agence de presse officielle Petra.

Souhaib Rabaibai, 28 ans et employé dans le domaine du développement pour une entreprise privée, était venu spécialement de Ajloun (nord) pour manifester.

"Les prix ne cessent d'augmenter sur tous les produits dont un jordanien a besoin: la nourriture, les voitures, le logement et les télécommunications... On ne travaille plus pour nous, mais pour payer l'Etat", lance-t-il à un correspondant de l'AFP.

Depuis janvier, le royaume a vécu plusieurs hausses de prix de produits de base, dont le pain (+100%) en raison d'un relèvement des taxes. Le prix du carburant a aussi augmenté à cinq reprises cette année alors que les factures d'électricité ont connu une hausse de 55% depuis février.

Certaines de ces hausses sont dues à la fin des subventions publiques dans le cadre des réformes demandées par le FMI.

L'accueil de centaines de milliers de Syriens ayant fui la guerre pèse également lourdement sur les finances publiques et Amman appelle régulièrement la communauté internationale à une aide plus substantielle pour ce dossier.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/01/2019

COMMUNIQUE DE PRESSE Clermont-Ferrand, le 24 janvier 2019       COMPAGNIE GÉNÉRALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN     Jean-Dominique Senard devient Président de Renault et…

Publié le 24/01/2019

STMicroelectronics (+9,16% à 13,645 euros) domine aisément l’indice CAC 40 à la faveur de perspectives 2019 rassurantes. Le fabricant de semi-conducteurs anticipe en effet une accélération de…

Publié le 24/01/2019

Eurazeo annonce céder à AXA sa participation de 22 % au capital de Capzanine, société de gestion européenne indépendante spécialisée dans l’investissement privé. Cette transaction…

Publié le 24/01/2019

Tikehau Capital, groupe de gestion d’actifs alternatifs et d’investissement, a annoncé la cession de sa participation au capital de Spie batignolles, acteur majeur dans les métiers du bâtiment,…