En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Manifestants en colère à Washington pour la confirmation de Kavanaugh

| AFP | 192 | Aucun vote sur cette news
Des manifestantes devant le Capitole, à Washington, pour protester contre la nomination du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême, le 6 octobre 2018
Des manifestantes devant le Capitole, à Washington, pour protester contre la nomination du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême, le 6 octobre 2018 ( ROBERTO SCHMIDT / AFP )

Deux des institutions les plus respectées des Etats-Unis, le Capitole et la Cour suprême, sont devenues samedi le centre de la colère ressentie par les adversaires du juge Brett Kavanaugh lors de sa confirmation par le Sénat puis de sa prestation de serment.

Des manifestants étaient descendus dans les rues de Washington pour protester contre ce juge, accusé par une femme d'avoir commis une agression sexuelle en 1982, mais qui se dit innocent.

Plusieurs centaines de manifestants, principalement des femmes, ont franchi les barrière métalliques que les autorités avaient exceptionnellement fait disposer autour du Capitole et ont envahi l'escalier monumental du vaste édifice.

Des manifestants envahissent les marches de l'escalier monumental du Capitole, à Washington, pour protester contre la nomination du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême, le 6 octobre 2018
Des manifestants envahissent les marches de l'escalier monumental du Capitole, à Washington, pour protester contre la nomination du juge Brett Kavanaugh à la Cour suprême, le 6 octobre 2018 ( ROBERTO SCHMIDT / AFP )

"C'est notre Cour, ce sont nos marches, ce sont nos institutions", a déclaré à l'AFP Jessica Campbell-Swanson, 35 ans, après être descendue de la grande statue en marbre de la Justice qui se trouve devant la Cour suprême et qu'elle avait escaladée.

Pour exprimer leur colère, certains manifestants ont frappé de leurs poings sur les portes de bronze du bâtiment de la Cour suprême.

Des centaines de personnes ont scandé des slogans comme "Pas de justice, pas de siège" ou "Votez contre eux" et brandi des pancartes hostiles au juge Kavanaugh.

Finalement, la police a éloigné les protestataires du bâtiment et les a tenus à distance. Plusieurs dizaines de manifestants ont été arrêtés.

- Interruptions du vote -

Auparavant, le vote de confirmation du Sénat a été interrompu à de multiples reprises par des protestataires qui criaient leur hostilité depuis la galerie réservée au public, certains criant "Lâche!" aux sénateurs ou sénatrices qui votaient pour le juge Kavanaugh.

Ces manifestants ont été, après chaque interruption, évacués de la galerie par les forces de sécurité.

Une manifestante sur la grande statue en marbre de la Justice devant la Cour suprême des Etats-Unis, à Washington, le 6 octobre 2018 après la nomination du juge Brett Kavanaugh
Une manifestante sur la grande statue en marbre de la Justice devant la Cour suprême des Etats-Unis, à Washington, le 6 octobre 2018 après la nomination du juge Brett Kavanaugh ( Jose Luis Magana / AFP )

Plus tard, lorsque le vice-président américain Mike Pence, qui présidait le vote, est sorti du Sénat, il a été hué jusqu'à ce qu'il ait gagné sa voiture.

Des manifestations ont aussi eu lieu samedi dans d'autres villes des Etats-Unis, dont Seattle.

La confirmation tumultueuse du juge Kavanaugh est intervenue dans une Amérique politiquement très polarisée et mobilisée par le mouvement MeToo sur la question des agressions sexuelles.

Des femmes victimes d'agression ont été au premier rang des protestations contre la nomination du juge Kavanaugh par Donald Trump.

"Je suis ici parce que le président Trump s'est moqué des victimes d'agression sexuelle", a déclaré Kara Harrington, 50 ans, originaire de Caroline du Nord.

Elle faisait allusion au fait que pendant un rassemblement électoral, M. Trump avait tourné en dérision les imprécisions relevées dans le témoignage de Christine Blasey Ford, l'accusatrice de Brett Kavanaugh.

Des manifestants sur les marches du Capitole, à Washington, le 6 octobre 2018 après la nomination du juge Kavanaugh à la Cour suprême
Des manifestants sur les marches du Capitole, à Washington, le 6 octobre 2018 après la nomination du juge Kavanaugh à la Cour suprême ( Jose Luis Magana / AFP )

Mme Harrington tenait une pancarte sur laquelle était écrit "Honte" et se trouvait avec sa fille et son mari devant un cordon de police près des marches de la Cour suprême.

"Ca a déclenché quelque chose en moi. J'ai été agressée quand j'étais plus jeune et je ne l'avait dit à personne", a-t-elle déclaré.

De l'autre côté de la rue, un homme portait un t-shirt marqué "Trump 2020". Chuck Thompson, 41 ans, a dit que lui et son épouse étaient arrivés dernièrement de Géorgie pour visiter Washington pour leur 20e anniversaire de mariage et qu'ils avaient trouvé une ville en pleine protestation.

Il a déclaré ne pas croire que la nomination du juge Kavanaugh et la tempête qu'elle a déclenchée puisse favoriser les démocrates aux élections de mi-mandat qui se tiennent en novembre.

"Tout ça va se retourner" contre eux, a-t-il prédit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…