En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 476.17 PTS
-
5 462.00
-0.05 %
SBF 120 PTS
4 384.35
-
DAX PTS
12 350.82
-
Dowjones PTS
26 562.05
-0.68 %
7 548.75
+0.00 %
1.174
-0.09 %

Mal aimés, les vautours luttent pour leur survie au Pakistan

| AFP | 322 | 3 par 1 internautes
Des vautours à dos blanc dans l'enclos de Changa Manga, au Pakistan, le 20 septembre 2017
Des vautours à dos blanc dans l'enclos de Changa Manga, au Pakistan, le 20 septembre 2017 ( ARIF ALI / AFP )

Dans un vaste enclos grillagé de la forêt de Changa Manga au Pakistan, une vingtaine de vautours à dos blanc attendent patiemment leur dîner, de la viande d'âne et de chèvre. Essentiels à l'écosystème, ces oiseaux ont presque disparu dans le pays, mais une ONG tente de les ressusciter.

Mal aimée, cette espèce majestueuse a aussi été décimée par des anti-inflammatoires utilisés dans l'élevage.

D'une envergure de 2 mètres pour un poids pouvant atteindre 7,5 kg, le Gyps bengalensis, jadis très commun dans les cieux du sous-continent indien, a vu sa population s'effondrer de plus de 99% depuis les années 90, selon la branche locale du Fonds mondial pour la nature (WWF).

Depuis 2005, le WWF gère avec le soutien financier d'autres organisations un centre pour tenter de secourir ces vautours, à une centaine de kilomètres de la capitale culturelle Lahore (est).

Un vautour mange de la viande dans l'enclos de la forêt de Changa Manga au Pakistan, le 20 septembre 2017
Un vautour mange de la viande dans l'enclos de la forêt de Changa Manga au Pakistan, le 20 septembre 2017 ( ARIF ALI / AFP )

Plumage blanc et gris cendré, bec puissant emmanché d'un long cou rose, les oiseaux font le guet depuis leurs perchoirs de bois dans l'enceinte grillagée, haute d'une dizaine de mètres.

Ils sont enfermés mais, au moins, en sécurité. L'objectif de ce centre est de maintenir l'espèce en vie en attendant que les conditions à l'extérieur permettent de relâcher ces oiseaux, ce qui n'est pas le cas actuellement.

"Dans le temps, il y avait beaucoup de vautours au Pakistan", explique la coordinatrice du projet, Warda Javed.

"Mais du fait de différentes menaces, en premier lieu un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien, le diclofénac, dont l'ingestion provoque une soudaine insuffisance rénale chez les vautours, il y a eu un rapide déclin de la population", note-t-elle.

Le diclofénac est utilisé comme antalgique par les éleveurs et fait indirectement des ravages parmi les vautours qui consomment les carcasses d'animaux.

Le WWF mène parallèlement une campagne auprès des autorités, des vétérinaires et des groupes pharmaceutiques pour pousser au remplacement de ce médicament dans l'élevage par un autre, le méloxicam, sans danger pour les oiseaux.

Le diclofénac a été interdit dès 2006 en Inde, où la population de vautours s'est également effondrée, passant de millions d'individus à quelques milliers en un peu plus d'une décennie.

Lle Gyps bengalensis, jadis très commun dans les cieux du sous-continent indien, a vu sa population s'effondrer de plus de 99% depuis les années 90, selon la branche locale du Fonds mondial pour la nature (WWF)
Lle Gyps bengalensis, jadis très commun dans les cieux du sous-continent indien, a vu sa population s'effondrer de plus de 99% depuis les années 90, selon la branche locale du Fonds mondial pour la nature (WWF) ( ARIF ALI / AFP )

Quatre bébés vautours sont nés ces deux dernières années dans le centre. Ils sont aujourd'hui âgés de 8 et 18 mois.

"Le processus pour parvenir à ce succès en matière de reproduction a été très long. Donc pour le moment, jusqu'en 2020, nous ne prévoyons pas de les relâcher tant que nous ne disposons pas d'un environnement sous contrôle à l'extérieur du centre", souligne Mme Javed.

"Outre le diclofénac, d'autres menaces ont été identifiées", explique-t-elle en allusion à d'autres médicaments également utilisés dans l'élevage, l'acéclofénac, le kétoprofène et la fluxinine.

- Funérailles célestes -

Les vautours jouent un rôle essentiel dans l'écosystème en consommant les animaux morts, évitant leur décomposition dans la nature.

Le Pakistan compte huit espèces de vautours dont deux, le vautour à dos blanc et le vautour indien, sont en danger critique d'extinction, selon la classification de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Le Pakistan compte huit espèces de vautours dont deux, le vautour à dos blanc et le vautour indien, sont en danger critique d'extinction
Le Pakistan compte huit espèces de vautours dont deux, le vautour à dos blanc et le vautour indien, sont en danger critique d'extinction ( ARIF ALI / AFP )

Les vautours à dos blanc consommaient jadis des dépouilles humaines au Pakistan et dans d'autres pays de la région, dans le cadre des "funérailles célestes" de la communauté zoroastrienne (appelée parsis au Pakistan). Les corps étaient placés sur des "Tours du silence" pour y être dévorés par les charognards.

Ces rites ne sont plus guère pratiqués dans la région, notamment en raison de la disparition des vautours. Au Pakistan, la communauté parsie elle-même, basée essentiellement à Karachi (sud), est en plein déclin.

Mais les augustes rapaces souffrent aussi d'un problème d'image auprès du grand public, que le WWF cherche à corriger.

"Nous essayons de communiquer au grand public que les mythes généralement associés à ces espèces ne reposent pas sur des faits et relèvent du folklore", explique Fatima Arif, de WWF-Pakistan.

"Dans notre société, les vautours sont toujours associés à des choses négatives. Pourtant, ce sont des oiseaux très timides et des parents très attentifs", dit-elle.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices et Matières 1ères avec les CFD
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/09/2018

Suresnes, le 24 septembre 2018 : Recylex S.A. (Euronext Paris : FR0000120388 - RX) annonce ce jour que le Groupe a obtenu l'accord de l'ensemble des partenaires financiers…

Publié le 24/09/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 24/09/2018

      Communiqué de mise à disposition de documents   Neuilly-sur-Seine, le 24 septembre 2018       Mise à disposition du rapport financier semestriel au 30 juin…

Publié le 24/09/2018

  RESULTATS SEMESTRIELS 2018                Paris, le 21 septembre 2018     Patrimoine 144,2 Millions d'euros   Résultat net…

Publié le 24/09/2018

 Groupe BIC - Communiqué de presse Clichy - 24 Septembre 2018   Déclaration des Transactions sur Actions Propres du 17 au 21 Septembre 2018   Conformément à la…