En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
+1.53 %
5 166.50
+1.42 %
SBF 120 PTS
4 141.15
+1.67 %
DAX PTS
11 776.55
+1.40 %
Dowjones PTS
25 649.42
+1.58 %
7 225.53
+2.22 %
1.158
-0.02 %

Mahmoud Abbas exhorte les Européens à reconnaître la Palestine

| AFP | 578 | 3.67 par 3 internautes
Le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas (g) s'exprime au côté de la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, le 22 janvier 2018 à Bruxelles
Le président de l'autorité palestinienne Mahmoud Abbas (g) s'exprime au côté de la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, le 22 janvier 2018 à Bruxelles ( EMMANUEL DUNAND / AFP )

En froid avec l'administration Trump, le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé lundi à Bruxelles les 28 Etats membres de l'UE à reconnaître "rapidement" la Palestine comme un Etat indépendant.

"Nous considérons vraiment l'Union européenne comme une véritable partenaire et amie et pour cette raison, nous appelons ses Etats membres à reconnaître rapidement l'Etat de Palestine", a plaidé M. Abbas, venu chercher le soutien des Européens après la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Pour le président de l'Autorité palestinienne (AP), "il n'y a pas de contradiction entre une reconnaissance et la reprise des négociations" de paix avec Israël.

Il a été reçu par la cheffe de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, et les 28 ministres des Affaires étrangères en marge de leur réunion mensuelle, comme l'avait été le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 11 décembre.

En l'accueillant, Mme Mogherini a redit "l'engagement ferme de l'UE pour la solution à deux Etats" (israélien et palestinien), "avec Jérusalem comme capitale partagée".

"Ce n'est pas le moment de se désengager" du processus de paix, a lancé Mme Mogherini alors que la direction palestinienne refuse désormais de considérer les Etats-Unis comme un médiateur "légitime" et que Mahmoud Abbas a accusé Israël d'avoir "mis fin" aux accords de paix d'Oslo (1993), censés conduire à un règlement négocié du conflit israélo-palestinien.

La visite de Mahmoud Abbas à Bruxelles coïncidait avec une tournée sous tension du vice-président américain Mike Pence au Proche-Orient (Egypte, Jordanie et Israël), boycottée par les Palestiniens.

Au moment où le président Abbas s'exprimait à Bruxelles, M. Pence annonçait devant le parlement israélien que l'ambassade américaine en Israël ouvrirait à Jérusalem avant fin 2019.

- 'Masse critique' -

L'UE veut contribuer à relancer les négociations de paix pour sauvegarder la solution à deux Etats, mais la reconnaissance d'un Etat palestinien n'est pas aujourd'hui sur la table.

"Il n'y a pas de +masse critique+ pour reconnaître un Etat palestinien", a reconnu le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn. Certains Etats membres pourraient cependant bientôt franchir le pas, comme la Slovénie, selon des sources palestiniennes.

Tout au plus, les Européens envisagent de proposer la perspective d'un "accord d'association" entre l'UE et l'AP, comme il en existe un avec Israël.

La France et l'Espagne, notamment, y sont favorables. "Nous voulons passer d'un accord intérimaire à un accord d'association et qu'on engage dès à présent un processus dans cette direction", a plaidé le Français Jean-Yves Le Drian.

Mais l'idée n'a pas été discutée avec M. Abbas, selon Mme Mogherini, précisant que la discussion se poursuivrait entre les 28 "dans les prochaines semaines".

"Nous n'en sommes qu'à une étape très préliminaire", avait déjà prévenu un haut responsable européen, expliquant qu'un accord d'association ne pourrait être signé qu'à condition que l'UE ait reconnu la Palestine comme un Etat indépendant.

Malgré le rappel constant des "positions inchangées" de l'UE --sur la solution à deux Etats dans les frontières de 1967, la colonisation israélienne ou le statut de Jérusalem--, les 28 ne peuvent masquer des "divergences de vue et des différences d'approche", reconnaît-on à Bruxelles.

- Soutien financier -

Mme Mogherini a néanmoins promis que l'UE, premier bailleur de l'AP, poursuivrait son aide financière après le gel partiel des fonds américains à l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNWRA). Une sanction qui, selon M. Abbas, revient à "abandonner les réfugiés palestiniens".

Une réunion du groupe international des donateurs pour la Palestine est d'ailleurs programmée le 31 janvier à Bruxelles.

Si le conflit israélo-palestinien était le plat de résistance de la réunion ministérielle, les discussions ont porté aussi sur deux autres préoccupations: la Libye, où l'UE s'applique à soutenir les efforts de l'ONU pour aider des migrants retenus dans des centres de détention à retourner dans leur pays, et l'Iran, après la remise en cause par Donald Trump de l'accord nucléaire.

Les trois pays européens signataires de l'accord (France, Royaume-Uni et Allemagne) et Mme Mogherini n'ont pas révélé comment ils comptaient répondre à l'ultimatum du président américain, qui réclame d'ici le 12 mai un accord de suivi pour pérenniser certaines clauses du pacte nucléaire, mais veut aussi interdire à Téhéran de développer des missiles balistiques.

Les 28 ont également adopté lundi des sanctions contre sept hauts responsables du régime vénézuélien, en raison de la répression de l'opposition, et contre 17 Nord-Coréens impliqués dans les tests nucléaires et de missiles de Pyongyang.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

  HOPSCOTCH GROUPE   RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL     Semestre clos au 30 juin 2018   Le présent Rapport Financier Semestriel est établi conformément aux dispositions de…

Publié le 16/10/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 16 octobre 2018 Déclaration des transactions sur actions propres Période du 8 octobre 2018 au 12 octobre 2018     Albioma déclare…

Publié le 16/10/2018

      DECLARATION MENSUELLE RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS (ARTICLE L233-8II DU CODE DE COMMERCE et 223-16 DU REGLEMENT GENERAL DE…

Publié le 16/10/2018

Prodware a enregistré au premier semestre un résultat net part du groupe de 7,6 millions d'euros, en hausse de 12,5% et un résultat opérationnel courant de 11,3 millions d'euros, en augmentation…