5 281.29 PTS
+0.29 %
5 277.00
+0.40 %
SBF 120 PTS
4 220.10
+0.28 %
DAX PTS
12 592.35
-0.06 %
Dowjones PTS
22 322.06
-0.17 %
5 920.46
-0.24 %
Nikkei PTS
20 296.45
-0.25 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Maëlys: l'un des deux anciens placés en garde à vue mis en examen et écroué

| AFP | 1220 | Aucun vote sur cette news
Un plongeur de la gendarmerie à la recherche de traces de Maëlys, fillette de 9 ans disparue à Pont-de-Beauvoisin, dans l'est de la France, le 29 août 2017
Un plongeur de la gendarmerie à la recherche de traces de Maëlys, fillette de 9 ans disparue à Pont-de-Beauvoisin, dans l'est de la France, le 29 août 2017 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP/Archives )

Une semaine après la disparition de la petite Maëlys, l'enquête a soudainement progressé dimanche avec la mise en examen pour enlèvement et l'incarcération d'une des deux personnes qui avaient été mises en garde à vue et relâchées dans cette affaire.

Cette personne a été mise en examen pour "chef d'arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans" à la suite de "résultats de (la) police technique et scientifique", a précisé le Parquet de Grenoble dans un communiqué publié dans la nuit de dimanche à lundi.

Le Parquet a indiqué qu'il s'agissait d'un homme de 34 ans présent au mariage au cours duquel Maëlys, 9 ans, avait disparu dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 août à Pont-de Beauvoisin (Isère), où elle assistait à un mariage en compagnie de ses parents.

Il s'agit par conséquent de toute évidence de la première personne mise en garde à vue jeudi et qui avait été relâchée vendredi, avec un autre individu.

"Présenté aux juges d’instruction en fin d’après-midi (dimanche), il a contesté avoir commis les faits. Confrontés aux témoignages, constatations et résultats scientifiques, il a persisté dans ses dénégations et apporté ses explications", poursuit le communiqué du Parquet.

"Celles-ci n’ont pas convaincu les juges d’instruction qui ont décidé de le mettre en examen", ajoute le texte.

"Après débat (...) entre le parquet et la défense", l'homme a été placé "en détention provisoire", conclut le communiqué.

Le Parquet indique de même que les résultats de la police technique et scientifique ont été obtenus ces dernières heures, depuis que l'homme avait été relâché de sa garde à vue.

Ces résultats ont conduit les autorités à l'interpeller de nouveau.

Des affichettes pour retrouver Maëlys De Araujo, une fillette de 9 ans disparue dans la nuit de samedi à dimanche lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, le 28 août 2017
Des affichettes pour retrouver Maëlys De Araujo, une fillette de 9 ans disparue dans la nuit de samedi à dimanche lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, le 28 août 2017 ( PHILIPPE DESMAZES / AFP )

Selon une source proche de l'enquête, confirmant une information de M6, la police technique et scientifique a retrouvé de l'ADN sur un des scellés et essaye de déterminer si la fillette était présente dans le véhicule de la personne qui vient d'être incarcérée.

Cette voiture retenait l'attention des enquêteurs. Son propriétaire l'avait lavée après le mariage pour, expliquait-il, la vendre.

Ces développements interviennent alors que l'enquête paraissait s'installer dans la durée après une semaine de recherches intensives par les autorités.

Plus de 200 personnes ont été auditionnées et une quarantaine de perquisitions ont été menées. Une "battue citoyenne" mobilisant plusieurs centaines de personnes avait été organisée samedi, en vain.

Le Parquet de Grenoble avait annoncé samedi l'ouverture d'une information judiciaire et la saisie de deux juges d'instruction de Grenoble pour mener l'enquête.

Le procureur adjoint de Grenoble, Laurent Becuywe, avait expliqué samedi devant la presse que ce changement de cadre judiciaire allait permettre de donner de nouveaux moyens à l'enquête.

- Le procureur adjoint était prudent -

Interrogé par les journalistes, Laurent Becuywe était revenu sur les deux personnes mises en garde à vue et relâchées, prenant soin toutefois de préciser qu'il y avait "des éléments sur lesquels il fallait qu'(ils) s'expliquent (...). Dans l'état, il a été décidé que ces éléments n'étaient pas des charges permettant de les déférer devant le juge d'instruction", avait dit le magistrat.

"En l'état du dossier, avait-il insisté prudemment, (...), des charges suffisantes n'ont pas été réunies contre les personnes gardées à vue. Je dis, c'est en l'état".

Cette prudence dans la formulation prend tout son sens avec les développements actuels et l'incarcération de l'un des deux anciens mis en garde à vue. Ces derniers se connaissent.

Les deux gardes à vue avaient été de surcroît levées avant l'expiration du délai légal de 48 heures, ce qui laissait la possibilité aux enquêteurs de réentendre les deux hommes le cas échéant.

Des plongeurs ont sondé encore dimanche des plans d'eau de la région à la recherche de la fillette, mais sans résultats.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/09/2017

Lors de l’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d'Ubisoft, ces derniers ont approuvé toutes les résolutions à l'ordre du jour. Ils ont notamment approuvé le renouvellement des mandats…

Publié le 22/09/2017

La société Edify a conclu la totalité du capital de Thermo Technologies, holding de contrôle de Thermocompact, conformément à sa stratégie d'investissement dans des entreprises de taille…

Publié le 22/09/2017

Trigano a acquis 85% du capital de la société Protej d.o.o, propriétaire du Groupe Adria. Les 15% restants sont conservés par l'équipe de management d'Adria et pourront être acquis par Trigano…

Publié le 22/09/2017

      Information Réglementée                                                              …

Publié le 22/09/2017

Alstom a confirmé l'existence de discussions avec Siemens relatives à un possible rapprochement entre Alstom et la division Mobility de Siemens. "Aucune décision finale n'a été prise, les…

CONTENUS SPONSORISÉS