5 366.15 PTS
-
5 364.00
-
SBF 120 PTS
4 270.60
-
DAX PTS
13 167.54
-
Dowjones PTS
23 590.83
+0.69 %
6 378.63
+1.11 %
Nikkei PTS
22 646.08
+1.02 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Catalogne: Madrid et Barcelone vers le choc frontal

| AFP | 300 | Aucun vote sur cette news
Carles Puigdemont a jusqu'à 10h00 locales pour affirmer clairement qu'il renonce à déclarer l'indépendance. photo du 17 octobre 2017 à Barcelone
Carles Puigdemont a jusqu'à 10h00 locales pour affirmer clairement qu'il renonce à déclarer l'indépendance. photo du 17 octobre 2017 à Barcelone ( PAU BARRENA / AFP )

Le gouvernement espagnol a fait jeudi un pas de plus vers une suspension de l'autonomie de la Catalogne, accusant le président séparatiste catalan Carles Puigdemont de chercher "l'affrontement systématique" dans une crise qui menace la stabilité de l'Espagne et inquiète l'Europe.

M. Puigdemont devait dire clairement avant 10H00 (08H00 GMT) s'il renonçait à déclarer l'indépendance de sa région, où vivent 16% des Espagnols, en proie à un conflit sans précédent avec le gouvernement central depuis que l'Espagne est redevenue démocratique, en 1977.

Mais il n’a pas répondu exactement à la question posée par le gouvernement, qui lui demandait s’il avait, oui ou non, déclaré l’indépendance de la région. Il n’a pas non plus accepté de "rétablir l’ordre constitutionnel", comme Madrid l’exigeait.

"Si le gouvernement persiste à empêcher le dialogue et poursuivre la répression, le Parlement de Catalogne pourra procéder (...) au vote d'une déclaration formelle d'indépendance", a écrit jeudi Carles Puigdemont dans une lettre adressée au chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

La précision sur l'absence de déclaration d'indépendance aurait pu ouvrir la voie à l'apaisement.

Mais le gouvernement espagnol y a vu une menace et promis de "prendre toutes les mesures (..) pour restaurer au plus vite la légalité et l'ordre constitutionnel" en Catalogne.

Les mesures de suspension de l'autonomie seront définies samedi lors d'un conseil des ministres extraordinaire qui devra les transmettre au Sénat, en vue de leur validation fin octobre.

Carte des déclarations unilatérales d'indépendance en Europe et état actuel de leur adhésion ou non aux Nations unies
Carte des déclarations unilatérales d'indépendance en Europe et état actuel de leur adhésion ou non aux Nations unies ( Thomas SAINT-CRICQ / AFP )

Mariano Rajoy devait en effet se rendre dans l'après-midi à Bruxelles pour un Conseil européen, programmé à 15h30 (13h30 GMT) alors que le sujet inquiète aussi l'Europe.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le chef de l'opposition espagnole, le socialiste Pedro Sanchez l'ont d'ailleurs abordé alors même que le gouvernement annonçait la très probable application de l'article 155 de la Constitution qui lui permet de suspendre tout ou partie de l'autonomie d'une région si celle-ci viole ses obligations légales.

"Le soutien des institutions européennes est plus fort que jamais", a assuré à la presse le socialiste, qui fait front commun avec M. Rajoy sur le sujet.

Le président français Emmanuel Macron a d'ailleurs affirmé que l'UE enverrait un "message d'unité" autour de l'Espagne dans la crise catalane et la chancelière allemande Angela Merkel a dit espérer que des solutions puissent être trouvées "sur la base de la Constitution".

Manifestation à Barcelone le 17 octobre 2017 pour demander la libération de deux responsables indépendantistes
Manifestation à Barcelone le 17 octobre 2017 pour demander la libération de deux responsables indépendantistes ( PAU BARRENA / AFP )

- Confiance brisée -

Renouer le dialogue entre Barcelone et Madrid que réclament les institutions européennes ainsi que de nombreux Catalans de tous bords, jusqu'au puissant FC Barcelone, semblait donc difficile jeudi, et dans la capitale catalane les Barcelonais manifestaient leur fatigue.

"Je suis saturé, là (...) Chaque jour, il y a +une échéance très importante, une date très importante+", râlait Albert Puig. "J'ai beau m'informer, je ne vois pas d'avancée", ajoutait l'informaticien de 35 ans en fumant une cigarette sous le porche de son entreprise.

Lui qui se dit "plutôt en faveur des indépendantistes" ne sait plus "très clairement quoi penser... Vous m'auriez demandé il y a un mois, j'aurais répondu que j'étais enthousiaste".

Dans sa lettre, Carles Puigdemont regrette que Madrid ne prenne pas "la mesure du problème" et "refuse de parler", un sentiment que beaucoup de Catalans partagent.

Mais le gouvernement espagnol, accusé d'être trop clément par l'aile dure des conservateurs, l'accuse de "chercher, délibérément et systématiquement, l'affrontement institutionnel".

"Avec une menace d'indépendance sur la table, le dialogue est très difficile, pour ne pas dire impossible", a estimé le chef des socialistes catalans, Miquel Iceta.

M. Puigdemont est tiraillé.

La CUP, petit parti d'extrême gauche allié-clé de Carles Puigdemont, qui souhaite la naissance immédiate d'une république catalane indépendante, a ainsi appelé à de nouvelles manifestations, dès jeudi soir.

- Sortie par le haut? -

Les milieux économiques aussi font pression sur le président catalan pour qu'il arrête tout.

Plus de 800 entreprises, y compris les deux plus grandes banques catalanes, ont transféré leur siège social hors de la région depuis le référendum et le tourisme chute.

Les dirigeants catalans estiment que le référendum d'autodétermination interdit organisé le 1er octobre confère au parlement régional un "mandat populaire" pour déclarer l'indépendance.

Selon leurs chiffres, invérifiables, le "oui" l'a emporté à 90% avec 43% de participation.

La société catalane est profondément divisée, presque à parts égales, sur la question.

Une solution pour sortir par le haut de ce blocage évoquée mercredi par des sources gouvernementales à Madrid aurait été la convocation d'élections régionales anticipées.

Mais Joan Tarda, porte-parole de la gauche indépendantiste (ERC) au Congrès des députés de Madrid, l'a écarté jeudi: "le gouvernement catalan ne convoquera pas d'élections", a-t-il dit.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

Lors de la conférence annuelle de la RSNA 2017La toute dernière technologie offre de nouvelles modalités d'imagerie avec des vitesses et des...

Publié le 21/11/2017

L'Iran a mis en garde Total contre la perte de son investissement s'il se désengageait du champ gazier géant South Pars.

Publié le 21/11/2017

Le chiffre d'affaires du 3e trimestre de l'exercice 2017 d'ESI s'établit à 24,9 ME, en recul de 2,4% à taux constants par rapport à la même période...

Publié le 21/11/2017

Sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 51 ME

Publié le 21/11/2017

Au troisième trimestre, ESI Group a réalisé un chiffre d'affaires de 24,9 millions d'euros en baisse de 2,4% à taux de change constant. L'effet de change sur la période est négatif à hauteur de…

CONTENUS SPONSORISÉS