En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
-
4 781.50
-0.60 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.00 %
DAX PTS
10 931.24
-
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
+0.00 %
1.137
-0.17 %

Macron promet aux sinistrés de l'Aude d'aller "vite" avec un fonds d'au moins 80 millions d'euros

| AFP | 508 | Aucun vote sur cette news
Le président Emmanuel Macron s'exprime devant les habitants de Villalier, une des communes de l'Aude victimes des inondations, le 22 octobre 2018.
Le président Emmanuel Macron s'exprime devant les habitants de Villalier, une des communes de l'Aude victimes des inondations, le 22 octobre 2018. ( Guillaume HORCAJUELO / POOL/AFP )

Emmanuel Macron a promis lundi la solidarité rapide du pays aux sinistrés de l'Aude qui lui ont raconté, certains en larmes, leur nuit d'horreur lors des inondations qui ont fait 14 morts, annonçant notamment un fonds de 80 millions d'euros "dans les prochains jours".

L'Etat va indemniser les biens non assurables des collectivités, par exemple des routes, des réseaux d'eau ou des bâtiments publics, a précisé le président de la République dans un discours à Trèbes, l'une des communes endeuillées de ce département, qui avait déjà été meurtrie par un attentat jihadiste en mars.

Cette somme s'ajoutera aux 200 millions que devraient verser les assureurs pour les biens assurables, notamment ceux des particuliers et des entreprises, aux 37 millions de crédits supplémentaires prévus par le conseil départemental de l'Aude et au plan d'investissement de 25 millions que doit voter le 16 novembre la Région Occitanie.

Emmanuel Macron avait auparavant rencontré les familles des 14 personnes décédées, d'autres sinistrés, des élus et les services de secours à Villalier et Trèbes, qui ont témoigné de leur nuit traumatisante lorsque l'eau a tout emporté et fait également 70 blessés.

"L'eau montait, nos routes se transformaient en rivière", a témoigné une policière qui a participé aux efforts pour sauver les habitants, tandis qu'un jeune militaire résidant à Villegailhenc (1.600 habitants) a raconté comment il avait sauvé sa voisine, la récupérant depuis sa terrasse, alors que chez lui l'eau montait jusqu'au premier étage.

"Je vous le promets. On va faire vite", a assuré Emmanuel Macron à un vieil homme en larmes qui a "tout" perdu dans sa maison à Villalier, au nord-est de Carcassonne.

"Quand je vois des gens qui ont perdu des proches en une demi-heure... Ils sont d'une dignité, d'une force. On est fort partout en France et parfois on l'oublie", a dit le chef de l'État au cours d'un échange de plus d'une heure avec la population de Villalier. "Je suis fier d'être là", a-t-il ajouté.

"Nous serons là", a répété à plusieurs reprise le président, saluant le "dévouement" de tous lors d'un déjeuner aux côtés des responsables des secours et des élus, quand le maire de Trèbes Eric Menassi a rendu hommage à "ces héros ordinaires".

- "La République c'est vous !" -

Emmanuel Macron en visite à Villalier, commune de l'Aude touchée par les inondations, le 22 octobre 2018
Emmanuel Macron en visite à Villalier, commune de l'Aude touchée par les inondations, le 22 octobre 2018 ( Guillaume HORCAJUELO / POOL/AFP )

L'Aude a reçu en quelques heures l'équivalent de trois mois de pluies, les pires précipitations localement depuis 1891, qui ont fait également plus de 70 blessés. Des centaines de personnes sont sinistrées, leurs maisons dévastées, des routes sont éventrées, des villages ravagés. Dans les 126 communes les plus touchées, l'État a reconnu l'état de catastrophe naturelle afin d'accélérer les indemnisations. Et cette liste devrait s'allonger, a dit M. Macron.

Les assureurs ont déjà enregistré près de 16.000 déclarations de sinistres pour un "coût final des dommages assurés estimé à 200 millions d'euros", a indiqué lundi la Fédération française de l'assurance (FFA).

Nombreux sont ceux qui dénoncent des constructions en zones inondables et l'urbanisme rampant. "C'est facile de venir aider, de venir pleurer. Il y a des morts mais ça pourrait être évité. Ici après le pont là, il y a eu de l'eau jusqu'au toit et on continue à laisser construire", a dit à la presse Bernadette Exposito, une retraitée en colère, dont la maison a été inondée.

"On ne le savait pas quand on a acheté en 1999. On a eu une inondation en 1999 avec 80 cm d'eau. Cette fois, c'est 1,50m", a-t-elle déploré.

Certaines voix dans l'opposition se sont élevées pour dire que le président aurait dû venir plus tôt. Édouard Philippe s'était lui rendu dès le 15 octobre à Villegailhenc, où deux personnes sont décédées.

"Vous nous avez donné le sursaut d'énergie qui nous manquait. On se sent plus Français que jamais. On a senti la solidarité de tout le pays", lui a dit avec émotion le maire de Trèbes. "On peut avoir l’impression que le sort s'acharne", a-t-il ajouté, en allusion à l'attentat de mars. "Mais on ne va rien lâcher. Notre pays n'a pas succombé".

"Moi non plus je ne lâche pas", lui a répondu le chef de l'Etat, qui stagne à des bas niveaux de popularité.

Un message répété dans son discours à Trèbes où il a salué "une solidarité exceptionnelle" des habitants. "La République c'est vous !", leur a-t-il lancé.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

En dépit du rejet, largement anticipé, de l'accord sur le Brexit, la Bourse de Paris a évolué sur une note positive grâce à l’espoir d’un hypothétique report voire abandon du Brexit et à…

Publié le 17/01/2019

Nicox a révélé ce matin que sa trésorerie atteignait au 31 décembre 22 millions d'euros comparés à 25,7 millions d'euros au 30 septembre 2018 et à 41,4 millions d'euros au 31 décembre 2017.…

Publié le 17/01/2019

CGG a signé un protocole d'accord de partenariat stratégique entre sa filiale Sercel et la société française de services Apave pour la fourniture d'une solution de surveillance de structures (SHM…