5 289.86 PTS
+0.00 %
5 277.0
-0.20 %
SBF 120 PTS
4 239.49
+0.00 %
DAX PTS
12 487.90
-
Dowjones PTS
24 964.75
-1.01 %
6 779.69
+0.00 %
Nikkei PTS
21 970.81
+0.21 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Macron et Merkel discutent intégration, laïcité et apprentissage des langues

| AFP | 281 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron et Angela Merkel posent avec des étudiants lors d'une visite de l'Office franco-allemand de la Jeunesse, le 13 juillet 2017
Emmanuel Macron et Angela Merkel posent avec des étudiants lors d'une visite de l'Office franco-allemand de la Jeunesse, le 13 juillet 2017 ( Matthieu Alexandre / POOL/AFP )

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont débattu jeudi matin de l'intégration, la laïcité et l'apprentissage des langues avec une cinquantaine de jeunes français et allemands dans une antenne de l'OFAJ (Office franco-allemand pour la jeunesse) du nord de Paris.

Arrivés vers 9H00, avec le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer, ils ont répondu aux jeunes réunis en cercle autour d'eux.

"Pourquoi le voile ou une croix ne sont-ils pas autorisés à l'école en France ? Est-ce une limite à la liberté de religion ?", leur a demandé un jeune Berlinois.

"Il ne faut pas être naïf, (le voile) n'est pas qu'un objet cultuel, c'est parfois un objet culturel ou politique, un élément de revendication.(...) C'est une pratique qui s'est beaucoup développée ces dernières années, sous l'influence du wahhabisme. En France dans l'espace public vous êtes totalement libre" de porter des signes religieux, a répondu le président français.

Angela Merkel, Emmanuel Macron et Edouard Philippe à l'Elysée le 13 juillet 2017
Angela Merkel, Emmanuel Macron et Edouard Philippe à l'Elysée le 13 juillet 2017 ( Julien de Rosa / POOL/AFP )

"Mais à l'école il ne peut pas y avoir de signe religieux car je suis face à des consciences qui ne sont pas forgées. Quelqu'un avec un signe religieux sort de la communauté de l'école, il y a une volonté d'influence. A l'université vous pouvez mettre le voile car vous êtes des consciences forgées", a-t-il poursuivi.

"Je parle l'arabe algérien couramment, ce n'est qu'en arrivant au niveau Bac+5 qu on m'a dit que c'était bien. Comment améliorer image des langues extra européennes ?", a demandé Hakim, un jeune franco-algérien.

"Vous savez pourquoi ce n'est pas perçu comme un atout en France ? C'est parce qu'on est resté dans une forme de complexe post-colonial (...). Pendant des décennies, on cachait l'arabe dialectal quand on le maîtrisait, alors que maîtriser une autre langue est un savoir-faire. C'était à la fois les populations immigrées ou leurs enfants qui le cachaient, et le système académique français ne les reconnaissait pas", a répondu Emmanuel Macron.

"C'est à vous de le révéler et ne pas considérer que c'est une part honteuse de votre identité, c'est votre génération qui va y arriver", a-t-il dit.

Une réponse qui n'a satisfait qu'à moitié le jeune homme, qui après la visite a fait remarquer qu'il n'avait "aucune honte" à parler l'arabe.

"Ceux qui viennent d'autres pays, nous leur avons fait comprendre que c'est un atout de parler une autre langue. Moi ma langue maternelle est l'allemand je devrais être jalouse quand quelqu'un peut évoluer dans une autre langue", a renchéri de son côté Angela Merkel.

Mme Merkel a également expliqué que l'Allemagne offrait aux réfugiés 600 heures de cours d'allemand obligatoires, puis des heures payées par l'employeur. La France elle propose 200 heures de français, mais compte les doubler.

Emmanuel Macron a aussi souhaité en Europe un "Erasmus de l'apprentissage", pour "qu'on puisse passer un an ou 6 mois dans un autre pays européen et que ce soit reconnu dans la formation initiale".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2018

La Bourse de Paris a effacé ses pertes de la veille à la faveur d'un affaiblissement de l'euro face au dollar (plus bas à 1,2321) et malgré une tendance incertaine à Wall Street.

Publié le 21/02/2018

Atos a enregistré une croissance de 11% de son résultat net part du groupe en 2017, à 601 millions d’euros, et une progression de 17,6% de sa marge opérationnelle à 1,29 milliard d’euros.…

Publié le 21/02/2018

Stentys annonce ce jour le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS) pour un montant brut…

Publié le 21/02/2018

Mercialys a placé avec succès hier une émission obligataire à 8 ans d'un montant de 300 millions d'euros. Cette opération s'inscrit dans le cadre des besoins généraux de la société et permet…

Publié le 21/02/2018

thierry Ehrmann :"À l'heure où la notoriété d'une marque se mesure désormais par son activité sur les réseaux sociaux et son empreinte digitale, Artprice…

CONTENUS SPONSORISÉS