5 399.45 PTS
-
5 385.5
-
SBF 120 PTS
4 304.48
-
DAX PTS
13 125.64
-0.44 %
Dowjones PTS
24 585.43
+0.33 %
6 394.67
+0.17 %
Nikkei PTS
22 761.95
+0.02 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Macron dit "bye bye à la Françafrique" sur le papier selon la presse

| AFP | 121 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron serrant les mains d'enfants burkinabés, après la visite d'une école de Ouagadougou, le 28 novembre 2017
Emmanuel Macron serrant les mains d'enfants burkinabés, après la visite d'une école de Ouagadougou, le 28 novembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Une "rupture" avec le "paternalisme" mais une absence d'"actes concrets" pour bâtir de nouvelles relations entre la France et l'Afrique: la presse de mercredi accueille avec prudence le discours d'Emmanuel Macron à Ouagadougou.

Le Parisien évoque "un discours de rupture avec la Françafrique et un jeu de questions-réponses électrique avec des étudiants", mardi dans la capitale du Burkina Faso, première étape de la tournée africaine du président français.

Emmanuel Macron prononce un discours à l'université de Ouagadougou le 28 novembre 2017
Emmanuel Macron prononce un discours à l'université de Ouagadougou le 28 novembre 2017 ( LUDOVIC MARIN / AFP )

En affirmant qu'"il n'y a plus de politique africaine de la France", Emmanuel Macron "a été clair : la politique africaine de la France, c'est fini. Bye bye la Françafrique...", commente Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne.

"En acceptant les questions de la salle, le président a transformé un rituel bien réglé en un show improvisé qui marquera les esprits", estime Laurent Joffrin dans son éditorial de Libération.

- 'Grand O' plutôt réussi -

Dans L'Opinion, Rémi Godeau juge lui aussi "le grand O" de Ouagadougou "plutôt réussi" et "de bon augure": "le chef de l’Etat a les moyens de rompre avec la Françafrique, tout l’y pousse même si tout y ramène".

"A Ouagadougou, pas de révolution mais un discours réussi, direct et rénové" de la part d'un président français qui "n'était pas là pour donner des leçons, ni pour en recevoir", analyse pour sa part Arnaud de La Grange dans Le Figaro.

"Emmanuel Macron fustige le paternalisme et veut faire de l'Afrique un partenaire", souligne le quotidien économique Les Echos, qui met en avant la promesse élyséenne d'un renforcement des "partenariats en matière d'éducation".

"Il sera possible de mettre, aussi, en valeur le versant positif de la rencontre entre l’Europe et l’Afrique", insiste Guillaume Goubert dans La Croix. "Ces deux continents ne peuvent s’ignorer mutuellement. De leur capacité de coopération dépend pour une bonne part la construction d’un monde de paix".

"Sur la forme, il a fait la différence, en soulignant qu’une nouvelle génération, des deux côtés, était désormais sur le devant de la scène. Sur le fond, la rupture est moindre", note toutefois Laurent Joffrin dans Libération.

"Emmanuel Macron avait l’opportunité de poser des actes concrets, il n’a posé que des mots. Ces derniers ne soigneront pas les maux de la Françafrique, qui avance désormais masquée", regrette Jean-Emmanuel Ducoin dans L'Humanité.

Pour Laurent Bodin de L'Alsace, "il faudra plus qu’un bon discours pour faire oublier la Françafrique et restaurer des relations apaisées avec une partie de l’Afrique en colère".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Question de culture d'entreprise. L'offre ne répond pas aux intérêts de la société, ses métiers, ses employés, ses actionnaires et autres parties prenantes...

Publié le 13/12/2017

"Nous avons désormais les moyens financiers nécessaires à la poursuite de notre plan stratégique"...

Publié le 13/12/2017

Stef se situe à la 3e place des entreprises ayant le pourcentage d'actionnariat salarié le plus élevé...

Publié le 13/12/2017

Le Groupe maintient son objectif de génération de free cash-flows positifs et récurrents à la clôture de mars 2019...

Publié le 13/12/2017

A l'occasion du 30e anniversaire du premier film Predator, Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands intègre aussi du contenu exclusif...

CONTENUS SPONSORISÉS