En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 436.14 PTS
+0.79 %
5 435.0
+0.77 %
SBF 120 PTS
4 357.36
+0.70 %
DAX PTS
12 285.66
+0.55 %
Dowjones PTS
26 405.76
+0.61 %
7 490.32
+0.00 %
1.173
+0.47 %

Macron dit "bye bye à la Françafrique" sur le papier selon la presse

| AFP | 271 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron serrant les mains d'enfants burkinabés, après la visite d'une école de Ouagadougou, le 28 novembre 2017
Emmanuel Macron serrant les mains d'enfants burkinabés, après la visite d'une école de Ouagadougou, le 28 novembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

Une "rupture" avec le "paternalisme" mais une absence d'"actes concrets" pour bâtir de nouvelles relations entre la France et l'Afrique: la presse de mercredi accueille avec prudence le discours d'Emmanuel Macron à Ouagadougou.

Le Parisien évoque "un discours de rupture avec la Françafrique et un jeu de questions-réponses électrique avec des étudiants", mardi dans la capitale du Burkina Faso, première étape de la tournée africaine du président français.

Emmanuel Macron prononce un discours à l'université de Ouagadougou le 28 novembre 2017
Emmanuel Macron prononce un discours à l'université de Ouagadougou le 28 novembre 2017 ( LUDOVIC MARIN / AFP )

En affirmant qu'"il n'y a plus de politique africaine de la France", Emmanuel Macron "a été clair : la politique africaine de la France, c'est fini. Bye bye la Françafrique...", commente Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne.

"En acceptant les questions de la salle, le président a transformé un rituel bien réglé en un show improvisé qui marquera les esprits", estime Laurent Joffrin dans son éditorial de Libération.

- 'Grand O' plutôt réussi -

Dans L'Opinion, Rémi Godeau juge lui aussi "le grand O" de Ouagadougou "plutôt réussi" et "de bon augure": "le chef de l’Etat a les moyens de rompre avec la Françafrique, tout l’y pousse même si tout y ramène".

"A Ouagadougou, pas de révolution mais un discours réussi, direct et rénové" de la part d'un président français qui "n'était pas là pour donner des leçons, ni pour en recevoir", analyse pour sa part Arnaud de La Grange dans Le Figaro.

"Emmanuel Macron fustige le paternalisme et veut faire de l'Afrique un partenaire", souligne le quotidien économique Les Echos, qui met en avant la promesse élyséenne d'un renforcement des "partenariats en matière d'éducation".

"Il sera possible de mettre, aussi, en valeur le versant positif de la rencontre entre l’Europe et l’Afrique", insiste Guillaume Goubert dans La Croix. "Ces deux continents ne peuvent s’ignorer mutuellement. De leur capacité de coopération dépend pour une bonne part la construction d’un monde de paix".

"Sur la forme, il a fait la différence, en soulignant qu’une nouvelle génération, des deux côtés, était désormais sur le devant de la scène. Sur le fond, la rupture est moindre", note toutefois Laurent Joffrin dans Libération.

"Emmanuel Macron avait l’opportunité de poser des actes concrets, il n’a posé que des mots. Ces derniers ne soigneront pas les maux de la Françafrique, qui avance désormais masquée", regrette Jean-Emmanuel Ducoin dans L'Humanité.

Pour Laurent Bodin de L'Alsace, "il faudra plus qu’un bon discours pour faire oublier la Françafrique et restaurer des relations apaisées avec une partie de l’Afrique en colère".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2018

Jean-Claude Biver, le président de la division montres de LVMH, a affirmé ce jour à l'agence Reuters qu'il renonçait, pour raisons de santé, à ses...

Publié le 20/09/2018

Avec des semestriels de mauvaise qualité...

Publié le 20/09/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/09/2018

Le secteur automobile européen est une nouvelle fois bien orienté à l'image de Renault (+1,8% à 78,3 euros), de Faurecia (+2,6% à 55 euros) ou de PSA...

Publié le 20/09/2018

Transgene abandonne 4,8% à 3,08 euros après la publication de résultats semestriels sans surprise et la mise à jour de son portefeuille de produits en développement. L'"update" a conduit à deux…