En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 416.92 PTS
-0.56 %
5 422.50
-0.46 %
SBF 120 PTS
4 339.29
-0.44 %
DAX PTS
12 694.24
-0.56 %
Dowjones PTS
25 141.95
-0.23 %
7 385.10
-0.07 %
Nikkei PTS
22 764.68
-0.13 %

Macron à Alger en "ami" refuse d'être "otage du passé"

| AFP | 1329 | Aucun vote sur cette news
Visite du président français Emmanuel Macron à Alger, le 6 décembre 2017
Visite du président français Emmanuel Macron à Alger, le 6 décembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP )

Le président français Emmanuel Macron effectue mercredi sa première visite en tant que président français en Algérie, où il dit se rendre "en ami" refusant d'être "otage du passé" douloureux entre Paris et son ancienne colonie.

M. Macron a fait un geste pour régler l'un des contentieux historiques entre les deux pays en annonçant qu'il était "prêt" à ce que la France restitue des crânes d'insurgés algériens tués au XIXe siècle par l'armée française et conservés au Musée de l'Homme à Paris.

"Je souhaite qu’on ravive la relation entre nos deux pays avec le travail mémoriel, que la restitution des crânes soit décidée", a-t-il déclaré dans un entretien accordé au site TSA (Tout sur l'Algérie).

"On a une histoire particulière, il ne faut pas qu'il y ait de tabou", avait auparavant expliqué le président français à un jeune Algérien croisé dans la rue du centre d'Alger qu'il a remontée à pied à la mi-journée.

"Je veux une France aux côtés de l'Algérie, une France qui aide à construire l'avenir de ce grand pays et qui aide la jeunesse à réussir. C'est une page d'avenir que je viens ouvrir avec cette nouvelle génération", a-t-il ajouté, sur fond de youyous descendant des balcons des vieux immeubles haussmanniens du centre d'Alger et dans une cohue bon enfant.

"C'est bien qu'un président nous parle. On n'a jamais connu ça avec les nôtres", constatait Yassine, trentenaire, parmi les badauds agglutinés derrière des barrières. "Vous avez de la chance, il est jeune votre président", commentait une Algérienne à l'adresse des journalistes français.

Vue sur le port d'Alger le 6 décembre 2017, lors de la visite du président français Emmanuel Macron
Vue sur le port d'Alger le 6 décembre 2017, lors de la visite du président français Emmanuel Macron ( LUDOVIC MARIN / AFP )

M. Macron a ensuite rencontré durant une heure son homologue Abdelaziz Bouteflika, 80 ans. Affaibli par les séquelles d'un AVC survenu en 2013, qui a affecté sa mobilité et son élocution, ce dernier, au pouvoir depuis 1999, reçoit peu de dignitaires étrangers.

La presse n'a pas eu accès à la rencontre. Une photo publiée par l'agence d'Etat algérienne APS montre les deux dirigeants assis, séparés par une petite table.

"Nous avons discuté de sujets internationaux de la décision que s'apprête à prendre le président américain Donald Trump (de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël), de trouver une solution à la crise en Libye, de la lutte contre le terrorisme dans la bande sahelo-saharienne", a dit M. Macron dans une brève déclaration à l'issue de la rencontre.

Dans une interview publiée mercredi par les quotidiens francophone El Watan et arabophone El Khabar, M. Macron avait indiqué se rendre à Alger "dans l’état d’esprit d’un ami de l’Algérie, d’un partenaire constructif".

Lors de son précédent séjour à Alger durant la campagne électorale française, M. Macron, premier président de la Ve République né après la Guerre d'Algérie (1954-1962), avait qualifié la colonisation de "crime contre l'humanité", suscitant des espoirs de "repentance" à Alger.

A un journaliste algérien qui lui demandait mercredi si la "position du président Macron" était la même que celle du "candidat Macron" sur "la question de la mémoire", il a répondu "je ne suis pas quelqu’un d’incohérent. C’est le même homme qui vous parle". Mais il n'a pas répété ses propos de candidat.

- 'Longue attente, court séjour' -

Le président français s'est également dit partisan d'un "axe fort" franco-algérien "autour de la Méditerranée qui se prolonge vers l'Afrique" et a relevé les nombreux "champs de coopération prometteurs" dans le domaine économique.

"L'Algérie doit s'ouvrir d'avantage. Il y a encore beaucoup de freins à l'investissement", a-t-il noté, alors que la France reste le premier employeur étranger en Algérie mais perd des parts de marchés face à la Chine et d'autres.

Visite du président français Emmanuel Macron à Alger, le 6 décembre 2017
Visite du président français Emmanuel Macron à Alger, le 6 décembre 2017 ( ludovic MARIN / AFP )

Alors qu'Alger avait mal pris qu'Emmanuel Macron choisisse, dès début juin, le Maroc -voisin et rival- pour son premier déplacement au Maghreb, cette visite "d'amitié et de travail" était très attendue.

Elle ne durera finalement qu'une douzaine d'heures. "Longue attente, court séjour", résumait mercredi le quotidien francophone Liberté.

Lors de ses entretiens avec les dirigeants algériens, dont le Premier ministre Ahmed Ouyahia, le président français devrait notamment aborder les crises au Sahel et en Libye, qui préoccupent fortement Paris et Alger.

Emmanuel Macron veut accélérer le déploiement de la force multinationale G5-Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie) lors d'une réunion le 13 décembre à Paris.

Alger, qui dispose de nombreux relais d'influence dans la région, a parrainé les longues tractations ayant abouti en 2015 à un accord de paix au Mali, qui peine à être appliqué, suscitant l'impatience de Paris.

"J’attends une coopération totale de tous ceux qui partagent l’objectif d’une paix durable au Mali. Et en effet j’attends beaucoup de l’Algérie", a expliqué dans son interview matinale le président français qui s'envolera en fin de soirée pour une visite officielle de quelques heures au Qatar.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough, près de Londres, Airbus annonce avoir engrangé 431 commandes d’avions et engagements. Le groupe aéronautique européen a recensé 93…

Publié le 19/07/2018

Les autorités européennes de la concurrence vont ouvrir une enquête approfondie sur l'offre de Thales sur le spécialiste de la sécurité numérique Gemalto, selon les informations de Reuters. La…

Publié le 19/07/2018

Avec 528 nouvelles commandes et engagements.

Publié le 19/07/2018

La CE entendrait ouvrir une enquête approfondie sur l'offre d'acquisition de Thales sur Gemalto pour 4,8 milliards d'euros

Publié le 19/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough (jour 4), Airbus a fait part d’une commande additionnelle de 34 avions A330-900neo de la part de la compagnie aérienne malaisienne AirAsia. Au…