5 427.19 PTS
+0.75 %
5 425.0
+0.71 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 537.30
+0.62 %
6 392.37
-0.02 %
Nikkei PTS
22 866.17
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Ligue 1: les supporters lillois de retour à Amiens, plus déterminés que jamais

| AFP | 50 | Aucun vote sur cette news
Des supporters lillois tombent après la chute d'une barrière dans une tribune, le 30 septembre 2017 au stade de la Licorne à Amiens
Des supporters lillois tombent après la chute d'une barrière dans une tribune, le 30 septembre 2017 au stade de la Licorne à Amiens ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives )

"J'y retourne lundi. J'ai commencé le match et je veux absolument le finir": Rémi, jeune supporter lillois blessé le 30 septembre lors de la chute d'une barrière durant Amiens-Lille, ira soutenir le Losc pour son retour au stade de la Licorne lundi (19h00) et ce match à rejouer.

L'adolescent de 16 ans, victime d'un traumatisme crânien, d'un déplacement du bassin et d'une plaie à la hanche, fait partie des 29 supporters lillois blessés. Mais il est déterminé à retourner sur les lieux de l'accident qui aurait pu être encore plus dramatique.

"Il y a toujours la peur que ça revienne, donc retourner sur les lieux ça va faire un petit truc. Forcément j'ai une appréhension et je n'irai pas au premier rang. Malgré ce qui s'est passé, la passion reprend vite le dessus. On est prêt à tout quand on est passionné", explique le jeune supporter originaire de Roncq, dans la banlieue de Lille.

Ses parents, déjà réticents à ce qu'il aille à la Licorne en septembre, ont bien essayé de le dissuader d'y retourner. Mais c'était peine perdue. Rémi a envie et besoin d'aller à ce match.

- "Tourner la page" -

"Amiens c'était mon premier déplacement et je m'en souviendrai toute ma vie. Mes parents avaient peur des hooligans et ne voulaient pas que j'y aille. Ils ont regardé le match à la télé, ils ont vu l'accident, ils ont foncé à Amiens pour me rejoindre à l'hôpital. Evidemment, ils auraient préféré que je n'y retourne pas, mais ils n'ont pas vraiment eu le choix !" raconte l'adolescent, qui fait partie du kop lillois au stade Pierre-Mauroy.

"Psychologiquement les premières semaines ont été très dures, je n'arrivais pas à dormir, j'y pensais tout le temps et je faisais des cauchemars. Je me revoyais tomber et être écrasé, c'était horrible", explique-t-il.

Retourner à la Licorne, c'est un peu le moyen de refermer le chapitre, "de tourner la page" pour Rémi, qui attend des joueurs "qu'ils donnent tout pour nous offrir cette victoire".

Mais d'autres, comme François, 24 ans, légèrement blessé le 30 septembre (entorse cervicale, petit saignement à un genou), ne feront pas le déplacement à Amiens lundi.

"Mes parents ne veulent pas que j'y aille, ils ont eu très très peur qu'il m'arrive quelque chose de grave. Mais de toutes façons, y retourner m'aurait rappelé des mauvais souvenirs donc je n'étais pas super motivé pour y aller", avoue-t-il.

- "J'ai été traumatisé" -

"J'ai été traumatisé et choqué, touché physiquement mais surtout moralement", ajoute le jeune homme, qui regardera le match dans un bar avec d’autres fans. "Ca sera un moment spécial quand même" prédit-il.

La grande majorité des personnes présentes à la Licorne le 30 septembre aurait souhaité y retourner lundi. Mais l'horaire peu habituel du match (19h00 en semaine), communiqué seulement six jours avant la rencontre, va priver beaucoup de supporters du déplacement.

"Evidemment que j'aurais voulu y aller, mais je ne peux pas car je dois tenir mon commerce", explique Franck Deffenain, patron du bar Le Chagnot à Tourcoing. Il était au stade le 30 septembre avec une cinquantaine de membres de la section de supporters qu'il préside.

"Ceux qui n'iront pas, c'est pour des raisons professionnelles, ça n'a aucun lien avec l'accident. Certains membres vont y aller, dont mon fils, explique-t-il. Il n'y a aucune appréhension avant de retourner là-bas, sinon je ne laisserai pas mon fils y aller."

"Je n'ai absolument pas peur", souligne Luca Deffenain, qui se rendra au match avec son ami Clément Descatoire. Les deux adolescents, qui n'ont "pas hésité une seconde" au moment de décider de retourner à la Licorne, sont persuadés que le parcage visiteurs "est très sûr".

Forts du soutien indéfectible de leurs supporters, la balle est désormais entre les pieds des joueurs lillois. "S'il y a bien un match qu'ils doivent gagner pour nous faire plaisir, c'est celui-là!" conclut Franck Deffenain.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Ensemble, ces 2 entités ont commercialisé 1.134 véhicules en 2016, dont 51% de véhicules neufs et 49% de véhicules d'occasion, pour un chiffre d'affaires cumulé de 13,5 ME...

Publié le 12/12/2017

Résultats des Trophées de l'Entrepreneur en Santé à l'occasion de la présentation du Panorama France Heath Tech 2017...

Publié le 12/12/2017

GAUMONT       Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions du capital social prévues par l'article L. 233-8-II du code de…

Publié le 12/12/2017

La finalisation de la transaction pourrait intervenir dans le courant du 1er semestre 2018...

Publié le 12/12/2017

Les actions émises au prix de 46,55 euros porteront jouissance immédiate, et feront l'objet d'une demande d'admission à la cotation sur Euronext Paris...

CONTENUS SPONSORISÉS