En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 214.69 PTS
+0.36 %
5 213.00
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 136.21
+0.38 %
DAX PTS
11 465.53
+0.37 %
Dowjones PTS
25 965.37
+0.44 %
7 061.95
+0.38 %
1.133
-0.08 %

Ligue 1: à Lyon, le PSG retombe sur Terre

| AFP | 293 | Aucun vote sur cette news
L'attaquant du PSG Kylian Mbappé fait la grimace lors de la première défaite de son équipe en Ligue 1, le 3 février 2019 à Décines-Charpieu, près de Lyon
L'attaquant du PSG Kylian Mbappé fait la grimace lors de la première défaite de son équipe en Ligue 1, le 3 février 2019 à Décines-Charpieu, près de Lyon ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )

Le Paris SG a concédé dimanche à Lyon sa première défaite de la saison en Ligue 1 (2-1). Mais plus que son invincibilité, il a perdu de sa superbe, sans Neymar, à moins de dix jours du choc de Ligue des champions contre Manchester United.

Le "grand défi" voulu par l'entraîneur Thomas Tuchel s'est retourné contre lui. Le PSG repart de la banlieue lyonnaise avec une troisième défaite en quatre saisons, et beaucoup de doutes, avant le 8e de finale aller de C1.

Certes, le PSG reste intouchable au classement, et, avec dix points d'avance sur son dauphin Lille, se dirige tranquillement vers un 8e titre national, soit un de plus que l'OL. Mais sa prestation laisse augurer un nouveau printemps européen difficile, et c'est bien là le problème.

Le gardien lyonnais Anthony Lopes jubile à l'issue de la victoire de son équipe contre le PSG, le 3 février 2019 à Décines-Charpieu, près de Lyon
Le gardien lyonnais Anthony Lopes jubile à l'issue de la victoire de son équipe contre le PSG, le 3 février 2019 à Décines-Charpieu, près de Lyon ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )

Présent dans les tribunes, l'entraîneur de Man.U Ole Gunnar Solskjaer n'a rien raté de la première défaite en championnat du PSG après 23 journées, de ses failles, et de son 4-4-2 un peu branlant, mais nécessaire en l'absence de Neymar et Marco Verratti, blessés, qui ont encore beaucoup manqué.

"On n'a pas de deuxième Neymar, on n'a pas de deuxième Verratti", a lâché Tuchel, qui doit se réjouir du retour à l'entraînement prévu lundi du milieu défensif italien, après une entorse à une cheville.

Areola impérial

Paris a manqué d'assurance en défense, à droite, où Memphis Depay a donné le tournis à Thilo Kehrer, à gauche aussi, où Bertrand Traoré a souvent pris le meilleur sur Juan Bernat. Sans un grand Alphonse Areola, la défaite aurait pris des airs d'humiliation.

Le gardien, de retour comme titulaire en Ligue 1 après trois semaines d'intérim de Gianluigi Buffon, a multiplié les arrêts décisifs (17e, 23e, 31e, 39e, 85e), et montré qu'il pouvait postuler pour la Ligue des champions.

Sa seule erreur - il a raté sa sortie - a donné le but de l'égalisation à Moussa Dembélé, de la tête à la tombée d'un centre de Léo Dubois (33e, 1-1). Cruel pour lui, mais terriblement logique, puisque le PSG se contentait d'attendre et de jouer en contre, sans rien proposer, depuis son ouverture du score rapide.

Le capitaine du PSG Thiago Silva concède un penalty pour une faute sur Moussa Dembélé sur le terrain de Lyon, le 3 février 2019
Le capitaine du PSG Thiago Silva concède un penalty pour une faute sur Moussa Dembélé sur le terrain de Lyon, le 3 février 2019 ( JEFF PACHOUD / AFP )

Symbole de la fragilité parisienne, son capitaine Thiago Silva, pourtant revenu à son meilleur niveau cette saison, a provoqué un penalty en faisant faute sur Moussa Dembélé dès le retour des vestiaires. Nabil Fekir a conclu d'un contre-pied (47e).

Tuchel "pas inquiet"

Sans "Ney", blessé au pied droit et forfait jusqu'en avril, Paris a perdu l'animateur de ses soirées, le talent capable de faire danser les adversaires et lever le stade. La relation entre Kylian Mbappé et Edinson Cavani a été presque inexistante, et le jeune champion du monde a trop tenté de faire la différence tout seul, sans succès (1re, 52e, 70e).

Nabil Fekir transforme le  penalty de la victoire de l'OL face au PSG, le 3 février 2019 à Décines-Charpieu, près de Lyon
Nabil Fekir transforme le penalty de la victoire de l'OL face au PSG, le 3 février 2019 à Décines-Charpieu, près de Lyon ( JEFF PACHOUD / AFP )

Avec le Brésilien, le PSG marque en moyenne 3,3 buts par match. Sans lui, le chiffre retombe à 2,6, et c'est bien ce but qui a manqué à la fin pour les Rouge et Bleu.

Angel di Maria a été en vue, avec son but rapide (7e) et cette énorme occasion sauvée sur sa ligne de la tête par Jason Denayer (42e). Mais quand Paris poussait un peu en seconde période, à mesure que l'OL baissait d'intensité, il y avait soit un défenseur lyonnais, soit Anthony Lopes, très solide, pour éteindre le feu.

"Je ne suis pas satisfait avec notre précision", a regretté Tuchel, qui a toutefois "aimé la seconde période". "Je ne suis pas inquiet", a-t-il déclaré.

L'attaquant parisien Angel Di Maria buteur face à Lyon au Parc OL, le 3 février 2019
L'attaquant parisien Angel Di Maria buteur face à Lyon au Parc OL, le 3 février 2019 ( JEFF PACHOUD / AFP )

L'entrée de la recrue Leandro Paredes, à la place de Presnel Kimpembe (79e), pour sa première avec le PSG, a permis de remettre Marquinhos à sa position de prédilection, en défense centrale, et donner un peu d'air au milieu.

Avec lui, Thomas Tuchel dispose encore d'un nouvel atout dans sa main, pour surprendre le jour du choc à Manchester. Mais, à moins de dix jours de la C1, le temps presse.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Pour la cinquième année consécutive...

Publié le 22/02/2019

3ème arrondissement...

Publié le 22/02/2019

Résultats trimestriels...

Publié le 22/02/2019

Contre la tendance, Eramet enregistre la plus forte baisse de la semaine sur le SBF120 avec une perte qui avoisine les 20%...

Publié le 22/02/2019

Mais une valorisation au rabais