En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 511.05
-0.18 %
7 713.49
+0.31 %
1.126
+0.12 %

Libye: Haftar poursuit son offensive sur Tripoli, combats près de la capitale

| AFP | 394 | Aucun vote sur cette news
Des forces loyales au Gouvernement d'union nationale libyen arrivent dans les faubourgs de Tripoli, le 6 avril 2019
Des forces loyales au Gouvernement d'union nationale libyen arrivent dans les faubourgs de Tripoli, le 6 avril 2019 ( Mahmud TURKIA / AFP )

De violents combats ont opposé dimanche près de Tripoli les forces du maréchal Khalifa Haftar, qui veut conquérir la capitale, aux troupes du Gouvernement d'union nationale (GNA), malgré des appels internationaux à la cessation des hostilités.

Washington a appelé à l'"arrêt immédiat" de l'offensive du maréchal Haftar. Mais les grandes puissances ne sont pas parvenues à se mettre d'accord à l'ONU sur une position commune concernant la crise libyenne.

Les combats ont fait rage dimanche au sud de Tripoli, en particulier à Wadi Rabi et dans le périmètre de l'aéroport international, une infrastructure inutilisée depuis sa destruction par des combats en 2014.

L'Armée nationale libyenne (ANL), la force paramilitaire dirigée par le maréchal Haftar, a annoncé dimanche avoir mené son premier raid aérien dans la banlieue sud de Tripoli. Les forces loyales au GNA du Premier ministre Fayez al-Sarraj, soutenu par l'ONU, avaient mené leur première frappe aérienne la veille.

Pas de trêve

La mission de l'ONU en Libye (Manul) avait lancé un "appel urgent" à une trêve de deux heures dimanche dans la banlieue sud de Tripoli pour permettre l'évacuation des blessés et des civils face à l'escalade militaire.

Le contrôle des territoires en Libye
Le contrôle des territoires en Libye ( Sophie RAMIS / AFP )

Mais "il n'y a pas eu de trêve", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Manul, Jean Alam. Les services de secours libyens ont confirmé qu'ils n'avaient pas pu entrer dans les zones d'affrontements.

Pays riche en pétrole, la Libye est déchirée depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011 par de multiples conflits internes.

Les forces du maréchal Haftar, homme fort de l'est du pays, ont lancé jeudi une offensive pour prendre Tripoli. Elles sont loyales à une autorité qui s'oppose au GNA installé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale.

Contre-offensive

Dimanche, le porte-parole des forces du GNA a proclamé le début d'une contre-offensive nommée "Volcan de la colère" pour "nettoyer toutes les villes libyennes des agresseurs".

L'armée américaine a annoncé dimanche le retrait provisoire de ses militaires en Libye à cause des combats.

Au moins 21 personnes ont été tuées et 27 autres blessées depuis le début de l'offensive sur Tripoli, selon un bilan du ministère de la Santé du GNA. L'ANL a annoncé samedi avoir perdu 14 combattants.

Des forces loyales au Gouvernement d'union nationale libyen arrivent dans les faubourgs de Tripoli, le 6 avril 2019
Des forces loyales au Gouvernement d'union nationale libyen arrivent dans les faubourgs de Tripoli, le 6 avril 2019 ( Mahmud TURKIA / AFP )

M. Sarraj a affirmé que des soutiens affluaient de toutes les régions du pays pour soutenir les forces du GNA.

Les puissants groupes armés de la ville de Misrata (200 kilomètres à l'est de Tripoli) semblent avoir décidé de participer à la défense de la capitale, de même que ceux des villes de Zentan et de Zawiya, respectivement au sud-ouest et à l'ouest de la capiale.

Un groupe armé de Misrata, la "Brigade 166", est arrivé samedi dans l'est de Tripoli avec des dizaines de véhicules armés notamment de canons antiaériens, a constaté un correspondant de l'AFP.

Eviter un embrasement

Il est difficile "d'avoir une vision claire sur l'issue de la bataille ou sur les rapports de forces", a déclaré à l'AFP un diplomate occidental sous couvert de l'anonymat.

Selon lui, l'ONU et les pays occidentaux ont pris contact avec les deux camps rivaux pour éviter un embrasement, mais le "succès est mitigé" jusqu'ici.

Les violences interviennent avant une conférence nationale sous l'égide de l'ONU à Ghadamès (sud-ouest) et censée dresser une "feuille de route", avec la tenue d'élections.

L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a assuré samedi que cette conférence était maintenue aux dates prévues, du 14 au 16 avril, sauf en cas de "circonstances majeures".

"Arrêt immédiat"

Les Etats-Unis sont "profondément préoccupés" par les combats près de Tripoli, a déclaré dimanche le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. "Nous avons fait clairement savoir que nous sommes opposés à l'offensive militaire des forces de Khalifa Haftar et nous appelons à l'arrêt immédiat de ces opérations militaires contre la capitale libyenne", a dit M. Pompeo dans un communiqué.

Photos archives du Premier ministre du gouvernement libyen d'union nationale Fayez al-Sarraj (D), le 3 janvier 2019 à Tripoli, et de l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, le 7 mai 2018 à Benghazi
Photos archives du Premier ministre du gouvernement libyen d'union nationale Fayez al-Sarraj (D), le 3 janvier 2019 à Tripoli, et de l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, le 7 mai 2018 à Benghazi ( Abdullah DOMA, Mahmud TURKIA / AFP/Archives )

Le chef de la diplomatie américaine a critiqué explicitement l'offensive des forces du maréchal Haftar. "Cette campagne militaire unilatérale contre Tripoli met en danger des civils et sape les perspectives d'un avenir meilleur pour tous les Libyens", a-t-il déclaré.

A l'ONU, la Russie a bloqué dimanche l'adoption d'une déclaration du Conseil de sécurité qui aurait appelé les forces du maréchal Haftar à arrêter leur avancée vers Tripoli, ont indiqué des diplomates.

La délégation russe avait demandé que la déclaration formelle du Conseil appelle toutes les forces armées libyennes, et pas seulement celles du maréchal Haftar, à cesser leurs opérations, selon ces sources.

Cette proposition russe de modification ayant été rejetée par les Etats-Unis, la Russie s'est opposée à l'adoption de la déclaration.

M. Sarraj a accusé le maréchal Haftar d'oeuvrer à "saper le processus politique" pour "plonger le pays dans un cycle de violence et de guerre destructrice".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/04/2019

Communiqué de Presse Amundi - Déclaration de transactions sur actions propres Période du 15 au 18 avril 2019       Paris, le 19 avril 2019       Conformément à la…

Publié le 19/04/2019

Crédit Agricole Assurances annonce aujourd'hui la publication de son rapport sur la solvabilité et la situation financière. Depuis l'entrée en vigueur de Solvabilité 2 au…

Publié le 19/04/2019

Les six plus grandes banques américaines ont affiché des bénéfices supérieurs aux attentes des analystes pour le premier trimestre. En revanche les revenus sont ressortis inférieurs au consensus…

Publié le 18/04/2019

Le dividende sera détaché de l'action le 14 mai...

Publié le 18/04/2019

Groupe ADP vient d'inaugurer, le bâtiment de jonction de l'aéroport Paris-Orly, ORLY 3, en présence du Premier ministre Edouard Philippe, de la...