En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.01 %

Libye: à Misrata, les cadavres oubliés de l'EI

| AFP | 253 | Aucun vote sur cette news
Ali Tuwaileb devant les conteneurs frigorifiques où sont conservés les corps des jihadistes du groupe Etat islamique (EI), le 26 octobre 2017
Ali Tuwaileb devant les conteneurs frigorifiques où sont conservés les corps des jihadistes du groupe Etat islamique (EI), le 26 octobre 2017 ( MAHMUD TURKIA / AFP )

Dans le complexe ultrasécurisé de l'organe de lutte contre le crime organisé à Misrata, en Libye, Ali Tuwaileb vérifie la température au dos des conteneurs frigorifiques alignés en plein air. Dans cette morgue improvisée gisent, depuis près d'un an, 700 cadavres de jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

"Il faut garder une température entre -18°C et -20°C pour que les corps soient bien conservés", explique-t-il.

Ces jihadistes ont été tués à Syrte (450 km à l'est de Tripoli), ancien fief de l'organisation extrémiste qui l'avait perdu en décembre 2016 à l'issue de combats meurtriers et d'une intervention aérienne des Etats-Unis.

Devant les conteneurs, deux vieux brancards sont installés sous un abri improvisé, composé de taule et de barres métalliques, faisant office de laboratoire pour le médecin légiste.

"Comme vous le voyez, nous n'avons pas de moyens. C'est ici qu'on prélevait des échantillons pour les tests ADN et qu'on photographiait les corps", explique Ali Tuwaileb, le responsable de la "morgue".

Faute de moyens, plusieurs centaines de cadavres de jihadistes ont été abandonnés à Syrte, sous les décombres ou dans des cimetières aménagés par l'EI.

Quelques jours après la fin des combats, des corps de jihadistes, à des stades avancés de putréfaction, gisaient dans les rues et faisaient craindre une épidémie de peste dans la ville, avait constaté l'AFP.

Selon M. Tuwaileb, entre 1.500 et 2.000 cadavres de jihadistes seraient enterrés à Syrte.

"Nous n'avons pas assez de frigos, sinon nous aurions pu exhumer tous les corps", regrette le responsable libyen, précisant que les conteneurs dont il dispose leur avaient été prêtés par des entreprises privées.

- Odeur nauséabonde -

Déjà, sur les sept conteneurs frigorifiques se trouvant à Misrata (200 km à l'est de Tripoli), trois étaient en panne. "Nous avons dû répartir de nouveau les corps dans les frigos qui fonctionnent."

"Mais nous galérons, surtout en été. D'abord à cause des températures élevées mais surtout des coupures d'électricité. Il faut toujours s'assurer que le groupe électrogène marche et que l'on puisse l'alimenter régulièrement en carburant."

Des corps de jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans un conteneur frigorifique à Misrata, en Libye, le 26 octobre 2017
Des corps de jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans un conteneur frigorifique à Misrata, en Libye, le 26 octobre 2017 ( MAHMUD TURKIA / AFP )

En ouvrant l'un des conteneurs, M. Tuwaileb libère un nuage épais de vapeur à l'odeur de mort qui se densifie au contact de l'air chaud.

A l'intérieur, des sacs mortuaires blancs maculés de sang et de boue sont rangés sur des étagères métalliques, entourées d'une volute blanche nauséabonde.

"Les sacs sont numérotés et classés. Chaque cadavre dispose de son propre dossier, d'un échantillon ADN et de tous les éléments, les documents ou autres indices collectés sur chaque corps", explique M. Tuwaileb.

Aux corps récupérés à Syrte se sont ajoutés en janvier ceux des jihadistes tués quelques semaines plus tard par un raid américain au sud de la ville.

M. Tuwaileb précise qu'une soixantaine de corps trouvés sur les sites bombardés lui ont été remis.

Washington avait indiqué avoir tué plus de 80 combattants de l'EI à l'aide d'une centaine de bombes guidées au laser, larguées par deux avions furtifs venus directement des Etats-Unis sur deux camps de jihadistes situés à environ 45 km au sud-ouest de Syrte.

- Dossiers transférés -

Tous les dossiers ont été transférés au bureau du Procureur général à Tripoli. "C'est lui qui doit décider du sort de ces corps, si on doit les enterrer et où", explique M. Tuwaileb.

Selon lui, et d'après les documents d'identité trouvés sur les corps, la plupart des cadavres appartenaient à des jihadistes tunisiens, égyptiens, soudanais, et même libyens que personne n'a réclamés.

"Nous ne savons pas si ces pays ont contacté le Procureur général pour récupérer les cadavres de leurs ressortissants, mais en ce qui nous concerne, personne n'est venu nous visiter pour essayer d'identifier des corps", relève-t-il.

Contacté à plusieurs reprises par l'AFP, le bureau du Procureur général n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

Photo des conteneurs frigorifiques où sont conservés les corps de jihadistes du groupe Etat islamique (EI), le 26 octobre 2017 à Misrata (Libye)
Photo des conteneurs frigorifiques où sont conservés les corps de jihadistes du groupe Etat islamique (EI), le 26 octobre 2017 à Misrata (Libye) ( MAHMUD TURKIA / AFP )

"En attendant, les corps vont rester ici. Le problème c'est que certaines compagnies, qui nous ont prêté les conteneurs frigorifiques, souhaitent les récupérer", souligne M. Tuwaileb.

"Alors à chaque fois, je leur dis qu'elles peuvent récupérer leurs frigos si elles le veulent, mais avec leur contenu." Il était clair que personne n'a franchi le pas pour le moment.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

  A propos du contrat Rafale en Inde     Saint-Cloud, le 21 septembre 2018 - A propos du contrat signé en 2016 avec l'Inde pour la fourniture de 36 avions de combat…

Publié le 21/09/2018

Le boycott qui affecte depuis avril les produits Danone au Maroc a fait plonger dans le rouge les résultats de Centrale Danone, la filiale marocaine du géant français des produits laitiers.

Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...