En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 950.23 PTS
+0.34 %
5 950.0
+0.49 %
SBF 120 PTS
4 685.24
+0.44 %
DAX PTS
13 355.24
+1.12 %
Dow Jones PTS
28 036.22
+0.11 %
8 328.48
+0. %
1.107
-0.01 %

Liban: le Premier ministre démissionne au 13e jour de la révolte

| AFP | 251 | Aucun vote sur cette news
Une photo obtenue par l'agence de photo libanaise Dalati et Nohra, montre le Premier ministre Saad Hariri arrivant au podium pour annoncer la démission de son gouvernement à Beyrouth, le 29 octobre 2019
Une photo obtenue par l'agence de photo libanaise Dalati et Nohra, montre le Premier ministre Saad Hariri arrivant au podium pour annoncer la démission de son gouvernement à Beyrouth, le 29 octobre 2019 ( - / DALATI AND NOHRA/AFP )

Le Premier ministre libanais Saad Hariri et son gouvernement ont démissionné mardi, au 13e jour d'une révolte populaire inédite réclamant le départ de l'ensemble d'une classe politique qui a laissé couler le pays.

L'annonce télévisée de M. Hariri a été accueillie par les vivats de la foule qui l'écoutait en direct sur plusieurs lieux de rassemblement, avant que ne retentisse l'hymne national repris à pleins poumons par les manifestants.

Des feux d'artifice ont été aussitôt tirés dans Beyrouth tandis que des voitures ont sillonné la ville tous klaxons hurlants en signe de victoire.

Dabké et jus d'orange

A Saïda, la ville du sud dont est originaire M. Hariri, la foule a dansé la dabké, danse traditionnelle levantine, assortie de distribution de café et de jus d'orange.

Lors d'une brève et solennelle allocution, M. Hariri, 49 ans, a assuré avoir voulu répondre "à la volonté de nombreux Libanais qui sont descendus dans la rue pour réclamer le changement".

Il a appelé "tous les Libanais à privilégier l'intérêt du Liban (...) à protéger la paix civile et à prévenir toute détérioration de la situation économique".

Il s'est rendu dans la foulée au palais présidentiel de Baabda pour y remettre sa lettre de démission au chef de l'Etat Michel Aoun.

Après près de deux semaines d'une révolte populaire inédite dans l'histoire du Liban, les manifestants ont obtenu gain de cause sur une de leurs principales revendications. Mais leur colère vise plus globalement l'ensemble de la classe politique, jugée unanimement incompétente et corrompue.

Des manifestants libanais réclamant la chute du régime fuient après des attaques de contre-manifestants à Beyrouth, le 29 octobre 2019
Des manifestants libanais réclamant la chute du régime fuient après des attaques de contre-manifestants à Beyrouth, le 29 octobre 2019 ( ANWAR AMRO / AFP )

"Tous veut dire tous", a d'ailleurs de nouveau scandé la foule après l'annonce de M. Hariri, une manière de signifier que la révolte n'est peut-être pas terminée pour autant.

Le pays reste quasiment paralysé par des barrages routiers qui bloquent les principales entrées de la capitale. Banques, écoles et université sont fermées depuis le début du mouvement. L'armée a été déployée mais elle est restée neutre.

Heurts

Trente ans après la fin de la guerre civile (1975-1990), la population souffre toujours de pénuries chroniques d'eau et d'électricité. Plus d'un quart des Libanais vit sous le seuil de pauvreté et le pays est classé parmi les plus corrompus du monde.

M. Hariri avait annoncé le 21 octobre un plan de réformes, qui n'avait pas convaincu: mesures contre la corruption, budget sans nouveaux impôts, programme de privatisations pour lutter contre le dysfonctionnement des services publics, aides en faveur des plus défavorisés...

Le chef du puissant Hezbollah pro-iranien, Hassan Nasrallah, qui dominait avec ses alliés le gouvernement, s'était opposé à une démission collective.

Des contre-manifestants armés de bâtons attaquent des contre-manifestants à Beyrouth, le 29 octobre 2019
Des contre-manifestants armés de bâtons attaquent des contre-manifestants à Beyrouth, le 29 octobre 2019 ( Ibrahim AMRO / AFP )

La colère populaire avait explosé le 17 octobre après l'annonce d'une nouvelle taxe sur les appels via la messagerie WhatsApp. La rapide annulation de la mesure n'a pas empêché la révolte de gagner l'ensemble du pays, de Tripoli au nord à Tyr au sud.

Dimanche et une démonstration inédite de force et d'unité, les manifestants ont réussi à former une chaîne humaine du nord au sud du pays, sur 170 km de long.

La décision de M. Hariri intervient alors que la situation s'était tendue ces derniers jours sur le terrain, malgré des rassemblements restés globalement festifs.

Juste avant son discours, des heurts ont éclaté à Beyrouth où des dizaines d'assaillants ont détruit les tentes érigées par les manifestants, prenant des chaises pour projectiles et attaquant avec des bâtons les manifestants qui n'avaient pas fui à leur approche.

"Encore plus grave"

Selon la presse libanaise, les capitales occidentales, notamment Paris et Washington, étaient intervenues auprès de M. Hariri pour lui demander de rester à son poste, par crainte notamment d'un regain d'influence du Hezbollah à la faveur d'un chamboulement politique.

Dans une première réaction, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a d'ailleurs estimé que la démission de Hariri rendait "la crise encore plus grave".

Durant tout le soulèvement, les manifestants ont privilégié les mêmes slogans: "Révolution, révolution!, "Tous, cela veut dire tous", et "Le peuple veut la chute du régime".

L'actuel gouvernement est le troisième dirigé par M. Hariri à tomber, depuis son accession au pouvoir en 2009.

Longtemps soutenu par l'Arabie saoudite, il est le fils du milliardaire et ancien Premier ministre Rafic Hariri assassiné dans un attentat à Beyrouth en 2005.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/11/2019

À compter du 17 décembre prochain, Catherine Gros rejoindra le groupe Renault en qualité de directrice de la communication, des affaires publiques, de l’impact social et durable. Elle sera…

Publié le 19/11/2019

BNP Paribas Securities Services annonce une prise de participation stratégique dans le capital de la fintech AssetMetrix. Ce partenariat permettra à BNP Paribas Securities Services d’étendre et…

Publié le 19/11/2019

La République du Ghana veut remettre sur pied une compagnie nationale...

Publié le 19/11/2019

flynas, la compagnie saoudienne à bas-coûts, va acquérir 10 A321XLR...

Publié le 19/11/2019

Pharmasimple recule de 1,9% à 6,30 euros ce mardi après avoir annoncé le lancement d'une augmentation de capital avec droit de priorité d'un montant...