5 421.21 PTS
-0.11 %
5 420.0
-0.14 %
SBF 120 PTS
4 318.60
-0.14 %
DAX PTS
13 162.39
-0.16 %
Dowjones PTS
24 504.80
+0.49 %
6 383.65
+0.00 %
Nikkei PTS
22 758.07
-0.47 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Liban: Hariri en France en pleine tentative d'apaiser les tensions au Liban

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
Portrait du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri, le 15 novembre à Beyrouth
Portrait du Premier ministre démissionnaire Saad Hariri, le 15 novembre à Beyrouth ( JOSEPH EID / AFP )

Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri a quitté Ryad pour Paris où il doit être reçu samedi par le président Emmanuel Macron, mais la crise reste entière deux semaines après sa démission choc dans un contexte explosif entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

Ancienne puissance mandataire du Liban, la France a joué les médiateurs et le président Macron a invité à Paris M. Hariri et sa famille "pour quelques jours", afin de sortir de l'impasse née de sa démission annoncée le 4 novembre à Ryad. Une solution acceptée par M. Hariri avec l'accord du parrain saoudien.

"M. Hariri a quitté l'aéroport de Ryad à bord de son avion privé et en compagnie de son épouse pour l'aéroport du Bourget" près de Paris, a annoncé Future TV, chaîne appartenant à la famille Hariri, vendredi à 23h20 GMT, sans préciser si le couple était accompagné de leurs enfants.

Son arrivée était prévue vers 07h00 heure locale (06h00 GMT), selon le temps de vol indiqué par une source très proche de M. Hariri.

Saad Hariri s'est entretenu avant son départ avec l'homme fort de l'Arabie saoudite, le prince héritier Mohammad ben Salmane. "Il a tenu une réunion excellente, fructueuse et constructive avec le prince héritier", a confié à l'AFP une source proche de M. Hariri sous couvert de l'anonymat.

Le séjour prolongé de M. Hariri dans le royaume et le fait qu'il ne soit pas revenu au Liban pour remettre par écrit sa démission au président de la République comme le veut la tradition fait l'objet d'intenses spéculations. Le président Michel Aoun l'a qualifié récemment d'"otage" de l'Arabie saoudite.

"Dire que je suis retenu en Arabie saoudite et (qu'il m'est) interdit de quitter le pays est un mensonge. Je suis en route pour l'aéroport", a écrit M. Hariri dans un tweet avant son départ de Ryad.

Dans un tweet précédent, il avait affirmé que son séjour en Arabie saoudite visait "à mener des consultations concernant l’avenir du Liban et ses relations avec ses voisins arabes". "Tout ce qui se dit (...) sur mon séjour (...) n’est que rumeurs", avait-il ajouté.

Signe de tension, l'Arabie saoudite a décidé de rappeler son ambassadeur à Berlin pour protester contre des déclarations du ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel laissant entendre notamment que M. Hariri subirait l'influence de Ryad, a annoncé samedi l'agence officielle saoudienne SPA.

"Ces déclarations sont hasardeuses, fondées sur des informations erronées et ne servent la stabilité dans la région", a commenté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cité par SPA.

- Risque d'escalade ? -

Jeudi, M. Gabriel avait déclaré lors d'une conférence de presse à Berlin avec son homologue libanais Gebrane Bassil que "le Liban risque de retomber dans de graves confrontations politiques et peut-être militaires".

"Afin de prévenir ceci, nous avons en particulier besoin du retour du Premier ministre actuel", avait-il souligné. Il avait fermement mis en garde: le Liban "ne doit pas devenir un jouet de (...) la Syrie, de l'Arabie saoudite ou d'autres".

Biographie de Saad Hariri, premier ministre du Liban qui a annoncé sa démission
Biographie de Saad Hariri, premier ministre du Liban qui a annoncé sa démission ( Omar KAMAL / AFP )

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian avait, lui, rencontré jeudi M. Hariri à Ryad, où le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir avait assuré qu'il était libre de partir "quand il veut".

Détenteur de la nationalité saoudienne, M. Hariri, 47 ans, possède une résidence à Ryad où sa famille est installée. Il a repris le flambeau politique à la mort de son père, Rafic Hariri, un ancien Premier ministre tué dans un attentat à Beyrouth en 2005 pour lequel cinq membres du Hezbollah chiite libanais sont accusés.

Le ministre allemand des Affaiers étrangères Sigmar Gabriel (D) et son homologue libanais Gebrane Bassil arrivent à une conférence de presse conjointe à Berlin, le 16 novembre 2017
Le ministre allemand des Affaiers étrangères Sigmar Gabriel (D) et son homologue libanais Gebrane Bassil arrivent à une conférence de presse conjointe à Berlin, le 16 novembre 2017 ( Soeren Stache / dpa/AFP )

En annonçant sa démission, M. Hariri avait invoqué la "mainmise" du Hezbollah --membre du gouvernement et soutenu par l'Iran-- sur la vie politique au Liban et des craintes pour sa vie, au moment où Ryad fulminait contre les ingérences prêtées au rival iranien dans la région.

Pour plusieurs médias libanais, si M. Hariri devait confirmer sa démission, la crise s'aggraverait au Liban.

Proche de M. Aoun, le ministre libanais des Affaires étrangères Gebrane Bassil a prévenu jeudi qu'en cas d'ingérence étrangère, son pays risquait de connaître le même sort que la Syrie voisine, ravagée par une guerre civile complexe et où l'implication militaire du Hezbollah auprès du régime divise le Liban.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (D) à côté du Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri lors d'une entrevue à Ryad, le 16 novembre 2017
Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (D) à côté du Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri lors d'une entrevue à Ryad, le 16 novembre 2017 ( Valérie LEROUX / AFP )

Vendredi à Moscou, M. Bassil a accusé certaines parties qu'il n'a pas nommées de chercher à "déloger le chef de l'Etat libanais", élu avec le soutien actif du Hezbollah.

Son homologue russe Sergueï Lavrov a plaidé pour une solution "sans intervention extérieure et par le dialogue".

- L'Iran critique la France -

Jeudi, le chef de la diplomatie saoudienne s'en est violemment pris au Hezbollah. "C'est une organisation terroriste de première catégorie", a-t-il soutenu, en l'accusant d'avoir "pris en otage l'Etat au Liban et d'être devenu un instrument aux mains" de l'Iran.

A ses côtés, M. Le Drian a déclaré que la France était "inquiète" de la "tentation hégémonique" de l'Iran au Moyen-Orient, s'attirant les foudres de Téhéran.

"Malheureusement, il semble que la France a un regard partial et partisan sur les crises de la région et cette approche, volontairement ou involontairement, aide même à transformer des crises potentielles en crises réelles", a déclaré le ministère iranien des Affaires étrangères.

Le président Macron a, lui, affirmé que "le rôle de la France est de parler à tout le monde", soulignant sa volonté de "dialoguer" avec l'Iran.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 10/12/2017

Les forces de sécurité font usage de canons à eau pour disperser des manifestants pro-palestiniens près de l'ambassade américaine à Awkar, dans la périphérie nord de Beyrouth, le 10…

Publié le 08/12/2017

Le président Emmanuel Macron accueille le Premier ministre libanais Saad Hariri (g) et la vice-secrétaire générale de l'ONU Amina Mohammed, le 8 décembre 2017 à Paris ( PHILIPPE WOJAZER /…

Publié le 05/12/2017

Le Premier ministre libanais Saad Hariri, le 5 déecmbre 2017 à Baabda au Liban ( JOSEPH EID / AFP )Rappel des dates-clés de la crise politique provoquée par l'annonce le 4 novembre à Ryad de…

Publié le 05/12/2017

Le président libanais Michel Aoun (D) et le Premier ministre Saad Hariri (G) lors d'un conseil des ministres, le 5 décembre 2017 à Baabda, près de Beyrouth ( JOSEPH EID / AFP )Le Premier…

Publié le 05/12/2017

Le président libanais Michel Aoun (D) et le Premier ministre Saad Hariri (G) lors d'un conseil des ministres, le 5 décembre 2017 à Baabda, près de Beyrouth ( JOSEPH EID / AFP )Le Premier…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2017

Le 13 décembre 2017 Offre publique d'achat visant les actions de la sociétéI.G.E.+X.A.O. Initiée par Schneider Electric Industries SAS filiale du groupeSchneider…

Publié le 13/12/2017

Aucune variation de cours supérieure à 1% sur le CAC40, que ce soit à la hausse ou à la baisse

Publié le 13/12/2017

Sika a décidé de fusionner dans une grande division Amériques ses deux marchés d'Amérique du Nord et d'Amérique du Sud. Outre une simplification de sa structure, cette opération doit permettre…

Publié le 13/12/2017

Promouvoir l'émergence de filières de biocarburant aéronautique durable en France...

Publié le 13/12/2017

Compagnie des Alpes poursuit sur sa lancée en bourse, le titre du leader européen des loisirs gagnant près de 4% à 30,1 euros en fin de matinée à...

CONTENUS SPONSORISÉS