En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 893.82 PTS
-
5 901.50
-
SBF 120 PTS
4 639.94
-
DAX PTS
13 198.37
-
Dow Jones PTS
27 691.49
+0.04 %
8 241.91
-0.17 %
1.103
-0. %

Les zombies sortiront-ils de terre ? La science s'interroge

| AFP | 775 | 4 par 1 internautes
Il existe de plus en plus de documentation sur des parasites capables de changer le comportement de l'animal infecté, transformant leur hôte en un genre de zombie
Il existe de plus en plus de documentation sur des parasites capables de changer le comportement de l'animal infecté, transformant leur hôte en un genre de zombie ( Josep LAGO / AFP/Archives )

Des hordes de morts-vivants terrorisant le voisinage: voilà qui fait de très bons films d'horreur, mais les zombies, bien entendu, n'existent pas dans le monde réel... vraiment ?

Il existe en réalité de plus en plus de documentation sur des parasites capables de changer le comportement de l'animal qu'ils ont élu pour hôte -- et de plus en plus d'études montrant que les humains ne sont pas non plus totalement immunes à ce genre de manipulations zombiesques.

Le sujet fascine la biologiste Athena Aktipis, de l'université de l'Arizona, qui est aussi l'auteure d'un podcast appelé "Zombified" (zombifié).

"Plus de la moitié des espèces que nous connaissons sur Terre sont des parasites", explique-t-elle à l'AFP.

Un exemple est le champignon Ophiocordyceps. Il libère des spores qui, lorsqu'ils infectent le corps d'une certaine espèce de fourmi, lui permettent de prendre le contrôle de son activité motrice.

Il force ainsi l'insecte à s'éloigner de ses congénères et à s'accrocher à une plante, avant de mourir, figé par une infection. Un nouveau champignon pousse alors de la tête de sa victime, et libère à son tour des spores qui affecteront d'autres fourmis, répétant ainsi ce cycle de deux à trois semaines.

"Nous sommes totalement convaincus que les comportements de la fourmi sont tout à l'avantage du champignon", explique Charissa de Bekker, professeure assistante de biologie à l'université de Floride centrale, et qui mène des recherches sur ces deux espèces afin de mieux comprendre ce processus d'appropriation.

"Assez répugnant"

Autre exemple: les guêpes à galles, cibles d'une autre guêpe parasite, l'Euderus set.

Kelly Weinersmith, professeure de biologie à l'université de Rice, a fait partie de l'équipe ayant découvert ce phénomène bien particulier. Au départ tout se déroule normalement: la première guêpe pond dans une cavité formée dans le bois d'un chêne, appelée une "crypte". La larve y grandit, et finit par mâcher les parois afin d'en sortir au terme de sa croissance.

Cette image obtenue auprès de l'université de l'Iowa montre une espèce de guêpe à galles (Bassettia pallida)
Cette image obtenue auprès de l'université de l'Iowa montre une espèce de guêpe à galles (Bassettia pallida) ( Andrew FORBES / University of Iowa/AFP )

Mais lorsque la seconde guêpe trouve l'une de ces larves, elle place son propre oeuf dans la crypte, et le parasite entre alors en action. Il manipule la première larve devenue jeune guêpe afin que le trou qu'elle creuse soit en réalité trop petit pour qu'elle puisse en sortir, de sorte qu'elle s'y retrouve coincée, avec seulement la tête qui dépasse.

"Une fois qu'elle est piégée là, le parasitoïde mange (la première guêpe) de l'intérieur", explique Kelly Weinersmith. "Et lorsque le parasitoïde a fini de se développer, il mange la tête de son hôte et sort à travers sa tête." Le processus "est assez répugnant", convient la chercheuse.

- Et les humains? -

Et si vous pensez que rien de tout cela ne peut arriver aux humains, vous pourriez être amenés à revoir votre jugement.

Le parasite unicellulaire Toxoplasma gondii pourrait avoir affecté 40 millions d'Américains, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), et certaines études ont montré qu'il pouvait influencer le comportement humain.

Ce parasite se développe à l'origine dans l'intestin du chat. Et il "a évolué pour faire en sorte qu'un rat (infecté) soit attiré par l'urine de chat". Ainsi, le rat se rapproche du chat, qui peut donc le manger, et la boucle est bouclée.

"Si ce n'est pas de la zombification, qu'est-ce que c'est?", demande Mme Aktipis.

Les êtres humains peuvent se trouver infectés en mangeant de la viande pas assez cuite, ou via leur animal de compagnie, par exemple en nettoyant sa litière.

Certaines études ont rapporté un lien entre l'infection du cerveau par ce parasite et certains traits de personnalité, comme l'agressivité, même si d'autres études ont contesté ces résultats.

La rage, de la même manière, rend les animaux et les gens très agressifs.

Mais le saut dans l'évolution du parasite devrait être considérable pour qu'il puisse faire à des humains ce qu'il fait aux rats. On est encore donc loin des hordes de zombies en pleine rue.

Mais pour Athena Aktipis, qui a organisé une rencontre de médecine sur le thème de l'"apocalypse zombie" l'année dernière --et en prépare une autre pour 2020--, rendre le sujet ludique est un moyen de réfléchir aux éventuelles menaces futures.

Elle recommande d'ailleurs de garder chez soi un sac d'urgence avec des vivres, un kit de premiers secours et du whisky pour stériliser les plaies -- ou pour le boire, si les choses tournent vraiment mal.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/11/2019

Alors que Wall Street avait atteint de justesse de nouveaux sommets vendredi, le CAC 40 se montre plutôt hésitant pour débuter la semaine, sous les 5...

Publié le 11/11/2019

AIR FRANCE-KLMLa compagnie aérienne franco-néerlandaise dévoilera avant-Bourse son trafic du mois d'octobresource : AOF

Publié le 11/11/2019

Le géant chinois du commerce en ligne Alibaba a affiché lundi des records de ventes pour la "Journée des célibataires", avec 38,4 milliards de dollars de ventes.

Publié le 11/11/2019

SunPower flambe de 7% ce jour sur le Nasdaq, alors que la filiale de Total vient d'annoncer une scission en deux entités distinctes et cotées en...

Publié le 11/11/2019

Ose Immunotherapeutics gagne 2,13% à 3,84 euros cet après-midi. La biotech a révélé ce matin une corrélation positive entre la réponse aux néo-épitopes et l'amélioration de la survie chez…