En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Les turbulences continuent à France Télévisions, avec une grève de 24H

| AFP | 440 | Aucun vote sur cette news
Le siège de
Le siège de "France Televisions" à Paris où une grève de 24H est organisée le 13 décembre 2017 pour protester contre les importantes mesures d'économies projetées en 2018 et une vaste réforme préparée par le gouvernement ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

Au lendemain d'un vote cinglant des journalistes de France Télévisions contre leur patronne Delphine Ernotte, une grève de 24H était en cours mercredi au sein du groupe, pour protester contre d'importantes mesures d'économies projetées en 2018 et une vaste réforme préparée par le gouvernement.

En attendant des indications sur la participation au mouvement, les premiers effets de cet arrêt de travail se faisaient ressentir à l'antenne dans la matinée.

Si les émissions d'informations ont pu être assurées "normalement" en début de matinée selon le groupe, la chaîne franceinfo ne diffusait plus ses programmes habituels depuis 9H30.

Trois organisations -- CGT, FO et Syndicat national des journalistes (SNJ) -- ont appelé les salariés à cesser le travail "pour l'honneur du service public": à l'occasion d'un comité central d'entreprise, ils souhaitent mobiliser face à ce qu'ils considèrent comme une tentative de "démolition" du groupe.

Une assemblée générale du personnel se déroulera en fin de matinée.

Une grève, également pour protester contre les coupes budgétaires, avait déjà perturbé les antennes du groupe le 17 octobre, à l'appel des syndicats CGT, FO mais aussi CFDT qui cette fois ne participe pas au mouvement.

Mardi, les journalistes du groupe public ont adressé un coup de semonce à leur présidente, Delphine Ernotte, en adoptant à une majorité écrasante (84% des votants, avec un taux de participation de 69%) une motion de défiance à son encontre.

Sommée par le gouvernement de réduire de 50 millions les dépenses du groupe en 2018, à 2,57 milliards d'euros, la direction du groupe veut supprimer 180 postes équivalent temps plein (ETP) l'an prochain via des non-remplacements de départs à la retraite, dont 30 dans l'information. Ces mesures doivent être adoptées lors d'un conseil d'administration le 21 décembre.

La présidente de France Télévisions Delphine Ernottek, à Paris le 25 novembre 2017
La présidente de France Télévisions Delphine Ernottek, à Paris le 25 novembre 2017 ( ludovic MARIN / POOL/AFP/Archives )

Delphine Ernotte, dans un message envoyé aux salariés lundi, avait dit prendre "au sérieux" la motion de défiance mais avait défendu les économies projetées, y compris dans l'information, soulignant que "certains chantiers peuvent être difficiles, mais ils sont nécessaires".

Outre les mesures d'économies, les organisateurs de la grève s'inquiètent d'une réforme en profondeur de l'audiovisuel public, que le gouvernement veut lancer l'an prochain.

- "C'est une honte" -

Cet automne, la révélation de "pistes de travail" radicales émanant du ministère de la Culture, évoquant un "rapprochement" entre France Télévisions et Radio France, ainsi qu'entre les réseaux régionaux de France 3 et France Bleu, mais aussi la suppression de France Ô ou le passage de France 4 à une diffusion 100% numérique, a déclenché la colère des syndicats qui craignent un affaiblissement et un démantèlement partiel du service public.

Des propos très sévères du président Emmanuel Macron, tenus la semaine dernière devant des parlementaires, ont encore accru la tension.

"L'audiovisuel public, c'est une honte pour nos concitoyens, c'est une honte en termes de gouvernance, c'est une honte en ce que j'ai pu voir ces dernières semaines de l'attitude des dirigeants", aurait fustigé le chef de l’État selon Télérama. "L'audiovisuel public est la honte de la République", aurait-il dit selon L'Express, des propos toutefois démentis par l’Élysée.

Pour Force Ouvrière, ces signaux procèdent "d'une volonté d'instituer un climat anxiogène dans l'entreprise".

Le gouvernement veut aller vite sur cette réforme. Les patrons de l'audiovisuel public doivent présenter des propositions communes à la ministre de la Culture Françoise Nyssen le 21 décembre.

Cette dernière remettra ensuite ses recommandations à l'exécutif en janvier, en vue d'une décision en février ou mars.

Delphine Ernotte, dans son message aux salariés, a insisté sur la nécessité pour le groupe de se "transformer", sans attendre qu'on l'y oblige, "dans un univers qui change face à l'évolution des usages".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.

Publié le 22/06/2018

  Raison sociale de l'émetteur : Société Générale S.A. - SA au capital de 1 009 897 173,75…