En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 557.67 PTS
-
5 519.00
-
SBF 120 PTS
4 397.99
-
DAX PTS
12 282.60
-
Dowjones PTS
26 462.08
-0.51 %
7 816.92
+0.42 %
1.114
+0.04 %

Les Slovaques choisissent le changement et une femme comme présidente

| AFP | 362 | Aucun vote sur cette news
Zuzana Caputova, élue présidente en Slovaquie, sur la chaîne TV Markiza à Bratislava, le 31 mars 2019
Zuzana Caputova, élue présidente en Slovaquie, sur la chaîne TV Markiza à Bratislava, le 31 mars 2019 ( VLADIMIR SIMICEK / AFP )

Les Slovaques ont choisi le changement en élisant samedi à la présidence l'avocate libérale Zuzana Caputova, première femme à ce poste dans leur histoire, qui incarne pour beaucoup un contrepoids face aux populistes au pouvoir.

Mme Caputova, une militante anti-corruption de 45 ans, a obtenu 58,40% des voix, selon les résultats portant sur 100% des bureaux de vote, face à son rival Maros Sefcovic, commissaire européen soutenu par le parti au pouvoir Smer-SD.

Ce résultat pourrait, selon les analystes, représenter un avertissement au Smer-SD avant les élections européennes en mai et les législatives l'an prochain.

Immédiatement après la publication des premiers résultats, le Premier ministre Peter Pellegrini a espéré "une coopération constructive" avec la nouvelle cheffe de l'Etat, qui a de son côté appelé les Slovaques à s'unir.

"Cherchons ce qui nous unit, plaçons la coopération au-dessus des intérêts personnels", a-t-elle dit à la presse.

Son résultat, a-t-elle estimé, montre "qu'il est possible de ne pas céder au populisme" et de "gagner la confiance des gens sans recourir à un vocabulaire agressif et aux attaques personnelles".

Maros Sefcovic fait une déclaration après sa défaite au second tour de la présidentielle en Slovaquie, le 30 mars 2019 à Bratislava
Maros Sefcovic fait une déclaration après sa défaite au second tour de la présidentielle en Slovaquie, le 30 mars 2019 à Bratislava ( VLADIMIR SIMICEK / AFP )

"Les Slovaques ont choisi le changement. Ils ont voté pour un style de politique différent de ce que nous avons connu jusqu'à présent", a commenté Aneta Vilagi, une analyste de Bratislava interrogée par l'AFP.

"Je suis heureuse que la Slovaquie ait élu une femme à la présidence. Les femmes sont sous-représentées aux postes les plus élevés, cela pourrait commencer à changer maintenant", a déclaré Iveta Rabelyova, une enseignante de 34 ans.

"Caputova défie l'image typique d'un politicien: c'est une femme, elle est divorcée, elle est novice en politique. C'est avec un sentiment positif que je vois nos citoyens choisir quelqu'un qui détruit tous les stéréotypes", a-t-elle ajouté.

"La société change"

Pour Mme Vilagi, "le fait que les Slovaques aient élu une femme à la présidence signifie que la société change". Elle estime que la personnalité et le parcours de Mme Caputova ont joué fortement en sa faveur.

"Je dirais donc qu'elle a gagné en dépit de son sexe", a-t-elle estimé.

Pour l'analyste Pavol Babos, "la demande de changement concerne la manière d'exercer le pouvoir représentée par la coalition au pouvoir".

Le Premier ministre slovaque Peter Pellegrini à Bruxelles, le 22 mars 2019
Le Premier ministre slovaque Peter Pellegrini à Bruxelles, le 22 mars 2019 ( JULIEN WARNAND / POOL/AFP/Archives )

Le président slovaque ne gouverne pas, mais il ratifie les traités internationaux et nomme les plus hauts magistrats. Il est aussi le commandant en chef des forces armées et dispose d'un droit de veto.

Le gouvernement de Smer-SD a été mis à mal par l'assassinat du journaliste d'investigation Jan Kuciak et de sa fiancée l'an dernier.

Le journaliste s'apprêtait à publier un article sur les liens présumés entre des hommes politiques slovaques et la mafia italienne.

L'indignation populaire et des manifestations de rue, d'une ampleur inédite, qui ont suivi l'assassinat ont entraîné la démission du Premier ministre Robert Fico, qui reste cependant chef de Smer-SD et allié du Premier ministre actuel.

Jusqu'à présent, cinq personnes ont été interpellées, dont le commanditaire présumé du meurtre - un multimillionnaire qui entretiendrait des liens avec Smer-SD.

Mme Caputova, qui avait participé à l'époque à ces manifestations, s'est engagée lors de la campagne électorale à lutter pour une justice plus efficace et indépendante.

Le chef de l'Etat slovaque Andrej Kiska félicite Zuzana Caputova après sa victoire à l'élection présidentielle, à Bratislava, le 30 mars 2019
Le chef de l'Etat slovaque Andrej Kiska félicite Zuzana Caputova après sa victoire à l'élection présidentielle, à Bratislava, le 30 mars 2019 ( JOE KLAMAR / AFP )

Les promesses électorales de la candidate, divorcée et mère de deux enfants, incluaient également la protection de l'environnement, le soutien aux personnes âgées et une réforme de la justice qui priverait "les procureurs et la police de toute influence politique".

Accès à l'avortement

Dans un pays à majorité catholique, Mme Caputova n'a pas hésité à se prononcer ouvertement en faveur de l'accès libre à l'avortement et de droits élargis pour les couples homosexuels, estimant qu'un enfant vivra "mieux avec deux êtres amoureux de même sexe" que dans un orphelinat.

Son rival mettait en avant quant à lui "les valeurs traditionnelles de la famille" et s'adressait à des électeurs voulant "que la Slovaquie reste un pays chrétien".

Selon les résultats publiés par l'Office de statistiques, les prises de position de Mme Caputova lui ont permis de l'emporter aussi bien dans les villes que dans les campagnes plus conservatrices.

Les analystes pointent cependant une faible participation de 41,79%.

"Une faible participation signifie que l'électorat anti-système et extrémiste n'a pas pu choisir un président qui représenterait ses valeurs", a déclaré à l'AFP l'analyste Grigorij Meseznikov.

La nouvelle présidente qui remplacera à son poste Andrej Kiska prêtera serment le 15 juin.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/04/2019

Dontnod Entertainment publie un chiffre d'affaires de 14,3 millions d'euros en croissance de 48% pour l'exercice 2018, lié au succès de Vampyr écoulé...

Publié le 25/04/2019

Suez et le gouvernement argentin ont conclu et mis en oeuvre un accord transactionnel de règlement en application de la sentence que le CIRDI, centre...

Publié le 25/04/2019

3M a dévissé de plus de 13% en séance à Wall Street, plombé par son avertissement...

Publié le 25/04/2019

Pour le premier trimestre 2019, le chiffre d'affaires d'Ipsos a atteint un niveau record de 422,1 millions d'euros, en croissance de 15% par rapport...

Publié le 25/04/2019

Le chiffre d'affaires de Prodways au premier trimestre 2019 s'établit à 17,4 millions d'euros, soit une hausse de +28,9% par rapport au premier...