En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 807.50
+0.45 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 233.69
+0.70 %
6 678.30
+0.13 %
1.140
+0.01 %

Les réfugiés arrivés d'Afrique rêvent d'une nouvelle vie en France

| AFP | 421 | Aucun vote sur cette news
Des réfugiés soudanais arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle de Paris, le 18 décembre 2017
Des réfugiés soudanais arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle de Paris, le 18 décembre 2017 ( Jacques Demarthon / AFP )

Ils vivaient dans des camps du HCR, depuis plusieurs années pour certains: les premiers réfugiés que la France est allée chercher en Afrique, sur les 3.000 qu'Emmanuel Macron s'est engagé à réinstaller d'ici 2019, sont arrivés lundi en France, pour entamer une nouvelle vie.

Dix-neuf personnes dont onze enfants, Soudanais et Centrafricains, sont arrivés peu après 06H00 à Roissy en provenance de N'Djamena où ils attendaient leur transfert, depuis que l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) est venu en novembre entendre leurs récits.

Dans le salon privé où il sont reçus, les réfugiés - dont une majorité d'enfants - reprennent des forces autour de petits-déjeuners, un peu impressionnés par l'aréopage d'officiels venus les accueillir.

"Mon pays c'est la Centrafrique, c'est la guerre, je ne veux plus y retourner", explique en français Korba, une mère de quatre enfants. "Je suis très contente, surtout pour eux", ajoute-t-elle, en montrant sa petite Anna, 11 ans, occupée à tremper un croissant dans un gobelet de chocolat au lait.

Dans le camp de réfugiés où elle a passé quatre ans avec son mari "ils ont appris à lire, à compter, mais le niveau n'était pas bon", ajoute la jeune femme, souriante malgré la nuit sans sommeil, et soucieuse de trouver un téléphone pour rassurer les connaissances laissées au Tchad, dont les numéros s'alignent dans un cahier minutieusement calligraphié.

Des réfugiés soudanais arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle de Paris, le 18 décembre 2017
Des réfugiés soudanais arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle de Paris, le 18 décembre 2017 ( Jacques Demarthon / AFP )

La première étape de leur nouvelle vie commence autour de petites tables, lorsque l'Ofpra leur remet le titre attestant leur statut de réfugié, donnant droit à un titre de séjour de dix ans.

Il y a une dimension très symbolique dans ce comité d'accueil et les réfugiés l'ont bien senti. Ils ont mandaté Korba pour "remercier au nom de nous tous le président Macron" et lui demander de "continuer, parce qu'il y a des familles qui sont là-bas".

"On n'a plus de famille, notre famille, maintenant c'est vous", explique Djamel, son mari, qui n'a "aucune idée de l'endroit où il va" - il devine juste, à la doudoune qu'on lui a fournie au départ, qu'"il fait froid".

- "Sas d'adaptation" -

C'est à Thal-Marmoutier, dans le Bas-Rhin, que les réfugiés vont commencer leur nouvelle vie, dans un ancien couvent occupé par une poignée de religieuses âgées.

Des réfugiés soudanais arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle de Paris, le 18 décembre 2017
Des réfugiés soudanais arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle de Paris, le 18 décembre 2017 ( Jacques Demarthon / AFP )

"Ils y resteront quatre mois avant d'être orientés vers des logements durables", explique Julie Bouaziz, adjointe à l'asile à la DGEF (Direction générale des étrangers en France).

Ce "sas" leur donnera "un temps d'adaptation à la vie occidentale" - nécessaire, et pas seulement pour passer d'une température de 38 à 4°C - et leur permettra de commencer à s'insérer, d'engager les premières démarches... Un dispositif novateur, qui sera appliqué à l'ensemble des 3.000 réfugiés attendus depuis l'Afrique d'ici 2019.

Première vague de ce dispositif, 56 réfugiés arriveront d'ici à mercredi: après les 19 de ce lundi, il y aura mardi 25 exfiltrés de Libye qui vivaient au Niger, et mercredi 12 personnes venant du Tchad.

Tous "ont été identifiées par le HCR" (Haut commissariat aux réfugiés des Nations Unies) et "nous avons ensuite vérifié qu'ils étaient éligibles au statut de réfugié en France, qu'ils avaient un lien avec la migration et une certaine vulnérabilité", indique Mourad Derbak, chef de la division Europe à l'Ofpra.

L'idée de ce programme est "d'empêcher que des personnes ne se mettent en danger en prenant la mer à partir de la Libye notamment", ajoute-t-il.

Mais il y a aussi, dans ce dispositif dont le nombre peut sembler dérisoire au regard du total des réfugiés en attente, un geste envers les indispensables pays de transit que sont le Tchad et le Niger.

"Les pays qui accueillent veulent être assurés qu'il y a une suite à leur engagement, et qu'ils ne deviendront pas des points de fixation", souligne Ralf Gruenert, représentant du HCR en France.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…

Publié le 16/01/2019

Ramsay Générale de Santé annonce le versement d’une prime exceptionnelle, dite "prime Macron", à l’ensemble de ses salariés français dont la rémunération est inférieure à 40 000 euros…