En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 196.11 PTS
+0.00 %
5 200.00
+0.13 %
SBF 120 PTS
4 120.70
+0.01 %
DAX PTS
11 423.28
+0.19 %
Dowjones PTS
25 880.23
-0.29 %
7 055.50
-0.10 %
1.133
-0.15 %

Une force arabo-kurde se prépare à frapper les derniers jihadistes en Syrie

| AFP | 495 | Aucun vote sur cette news
Des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), dans le village de Baghouz, dans la province syrienne de Deir Ezzor, près de la frontière avec l'Irak, le 2 février 2019
Des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), dans le village de Baghouz, dans la province syrienne de Deir Ezzor, près de la frontière avec l'Irak, le 2 février 2019 ( DELIL SOULEIMAN / AFP )

Une force arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis prépare dans l'est de la Syrie un ultime assaut contre ce qu'il reste du "califat" du groupe Etat islamique (EI), où des centaines de jihadistes et leurs familles sont acculés.

L'EI contrôle désormais moins de 1% de son "califat" autoproclamé en 2014 et qui couvrait de vastes régions en Syrie et en Irak voisin, selon la coalition internationale dirigée par Washington, qui aide l'alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans son combat contre l'EI.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014-2015, l'EI a vu son vaste territoire se réduire comme peau de chagrin face à de multiples offensives ces deux dernières années. En Irak, les autorités ont proclamé la "victoire" sur l'EI en décembre 2017.

En Syrie, les jihadistes sont retranchés aujourd'hui dans un ultime réduit dans la province orientale de Deir Ezzor, où ils sont la cible d'une offensive des FDS.

Les préparatifs sont en cours pour un "assaut final" contre ce secteur de quelques kilomètres carrés, tout près de la frontière irakienne, a indiqué un commandant des FDS à l'AFP.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), des centaines de familles, des proches de jihadistes mais aussi des civils, s'y trouvent toujours. "Ces derniers jours, il y a eu des tirs d'artillerie et des raids aériens sporadiques" de la coalition, a rapporté l'ONG.

"Boucliers humains"

Une femme et un enfant se tiennent devant une tente dans le camp de déplacés d'Al-Hol, dans la province de Hassaké, dans le nord de la Syrie, le 7 février 2019
Une femme et un enfant se tiennent devant une tente dans le camp de déplacés d'Al-Hol, dans la province de Hassaké, dans le nord de la Syrie, le 7 février 2019 ( FADEL SENNA / AFP )

Mais les FDS ont globalement suspendu leur avancée.

"Il n'y a pas eu de changement significatif sur le front ces cinq derniers jours", a dit à l'AFP un porte-parole des FDS. "Nous avançons avec beaucoup de précaution, pour la sécurité des civils utilisés par l'EI comme boucliers humains".

En déplacement en Irak pour évoquer la coopération anti-EI, la ministre française des Armées Florence Parly a estimé que "le califat" de l'EI "est en voie d'être défait".

"Le travail n'est pas terminé", a prévenu Mme Parly, estimant que l'EI "est probablement en train de poursuivre sa réorganisation de façon souterraine et dispersée".

Malgré les multiples revers, le groupe ultraradical, responsable de multiples exactions et accusé de crimes contre l'Humanité, parvient toujours à mener des attentats meurtriers dont des attaques suicide. Il a également revendiqué des attaques à l'étranger, notamment en Occident.

Mercredi, le président américain Donald Trump a jugé la victoire imminente contre l'EI. "L'annonce formelle que nous avons repris 100% du califat devrait intervenir la semaine prochaine", a-t-il dit. Pour autant, les jihadistes qui restent "ont encore de petites poches", et "peuvent être si dangereuses".

En décembre, M. Trump avait annoncé le retrait des quelque 2.000 soldats américains de Syrie.

Jihadistes étrangers

Depuis décembre, plus de 37.000 personnes ont fui le réduit de l'EI, principalement des familles du groupe jihadiste mais aussi environ 3.400 jihadistes, selon l'OSDH.

Sous pression, "les jihadistes cherchent à s'échapper en se mêlant aux femmes et enfants innocents", selon la coalition internationale.

Désormais, des centaines d'étrangers, dont femmes et enfants, se trouvent aux mains des FDS qui réclament leur rapatriement vers leurs pays d'origine.

La France semble désormais envisager le retour de ses ressortissants en Syrie. Une source proche du dossier à Paris a évoqué le cas de 150 Français, des adultes et 90 mineurs.

Deux responsables de l'autorité semi-autonome kurde dans le nord-est syrien ont indiqué à l'AFP qu'il n'y avait pas de progrès sur ce dossier. "Aucune instance française n'est entrée en contact avec nous, concernant le transfert des citoyens français -combattants, enfants ou femmes", a indiqué Abdel Karim Omar.

La question est d'autant plus sensible que les Etats-Unis ont annoncé leur prochain retrait de Syrie au moment où la Turquie menace de lancer une offensive contre les forces kurdes. Une opération qui pourrait entraîner un chaos sécuritaire, dont l'EI pourrait profiter, ont averti les FDS.

Des Syriens marchent dans le camp de déplacés d'Al-Hol, dans la province de Hassaké, dans le nord de la Syrie, le 6 février 2019
Des Syriens marchent dans le camp de déplacés d'Al-Hol, dans la province de Hassaké, dans le nord de la Syrie, le 6 février 2019 ( FADEL SENNA / AFP )

Déclenché en mars 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 360.000 morts et s'est complexifié avec l'implication de puissances étrangères et de groupes jihadistes.

Après avoir enchaîné les victoires face aux rebelles et jihadistes, le régime de Bachar al-Assad contrôle aujourd'hui près des deux-tiers du pays, grâce au soutien militaire de ses alliés -Russie, Iran et Hezbollah libanais.

De ce fait, les combats ont fortement baissé et sont limités à quelques régions. Dans le nord-ouest, des jihadistes dominés par l'ex-branche d'Al-Qaïda contrôlent la province d'Idleb où une trêve est en vigueur et dans l'est les FDS poursuivent leur offensive. En outre les Kurdes sont en négociation avec le régime sur l'avenir de leurs zones autonomes.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

Le loueur est en avance sur son plan de marche

Publié le 21/02/2019

UFF a généré en 2018 un bénéfice net de 104,1 millions d’euros (+185%) qui s’explique par la cession, au second semestre, de la quote-part de 30% détenue dans la société PREIM, pour un…

Publié le 21/02/2019

Saint-Gobain a affiché un résultat net part du groupe en repli de 73,2% à 420 millions d’euros sur l’ensemble de l’année 2018, compte tenu des dépréciations d’actifs. Le résultat net…

Publié le 21/02/2019

Au 3ème trimestre 2018-19, Miliboo a enregistré un chiffre d'affaires de 6,3 ME, en hausse de +16% par rapport à la même période l'an passé...

Publié le 21/02/2019

Valeo lève le voile sur ses résultats 2018 et annonce qu’il entend réviser ses perspectives de moyen terme. Dans le détail, l’équipementier automobile a réalisé l’an dernier un…