En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Les féministes espèrent des milliers de manifestants samedi contre les violences sexistes

| AFP | 239 | Aucun vote sur cette news
Manifestation contre les violences faites aux femmes, à Paris le 6 octobre 2018
Manifestation contre les violences faites aux femmes, à Paris le 6 octobre 2018 ( - / AFP/Archives )

"Stop aux violences sexistes et sexuelles": des milliers de manifestants sont attendus partout en France samedi à l'appel d'un collectif citoyen qui espère un "raz-de-marée féministe" dans les rues, un an après la vague #MeToo.

A l'écart des "gilets jaunes", les défilés prévus dans une cinquantaine de villes (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Nantes...), pourraient se parer de violet, couleur choisie par le mouvement #NousToutes.

"C'est important qu'on se rassemble derrière certains signes comme une couleur commune", a expliqué à l'AFP Marion Schaefer, coorganisatrice de cet événement destiné à "alerter l'opinion" à la veille de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes.

En 2016, 123 femmes ont été tuées en France par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours.

À Paris, les féministes - femmes et hommes - défileront à partir de 14H00, d'Opéra à République, pour réclamer la fin de "l'impunité des agresseurs", ainsi que "des mesures ambitieuses et des moyens financiers suffisants pour que l'action publique mette la lutte contre les violences en top des priorités".

L'hôtel de ville de Paris illuminé en orange pour s'associer à la lutte contre les violences faites aux femmes, le 23 novembre 2018
L'hôtel de ville de Paris illuminé en orange pour s'associer à la lutte contre les violences faites aux femmes, le 23 novembre 2018 ( FRANCOIS GUILLOT / AFP )

Né en septembre et appuyé par plusieurs associations, le mouvement #Noustoutes entend "passer du témoignage à l'action", un an après #Metoo, qui a fait bondir de 23% le nombre de cas de violences sexuelles signalées à la police, selon des données du gouvernement, et six semaines après la mobilisation d'un millier de femmes à Paris autour de la comédienne Muriel Robin.

Chaque année, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon, selon des chiffres 2017 officiels. En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour en France, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

Il y a un an, le président Emmanuel Macron avait décrété l'égalité femmes/hommes "grande cause du quinquennat", lors d'un discours à l'Élysée.

Mais "s'il n'y a pas d'argent, les politiques publiques ne suivront pas", a prévenu Caroline De Haas, une des instigatrices de #Noustoutes. "En Espagne, ils ont sorti un milliard d'euros supplémentaires en cinq ans pour en finir avec les violences. En France, il faudrait deux milliards", a-t-elle estimé.

Les fonds consacrés à l'aide aux femmes victimes de violences conjugales devraient être portés à au moins 506 millions d'euros par an, contre 79 millions d'euros aujourd'hui, ont plaidé jeudi cinq organisations, dont la Fondation des femmes, le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) et le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

- "Petit espace non-mixte" -

Manifestation à Paris, le 6 octobre 2018
Manifestation à Paris, le 6 octobre 2018 ( Philippe LOPEZ / AFP/Archives )

Les précédentes marches avaient rassemblé "1.000 à 2.000 personnes", a rappelé Marion Schaefer, mais cette année, plus de 170.000 personnes ont signé une pétition intitulée "Je marche le 24", plus de 50.000 ont signifié leur intérêt pour l'événement sur le réseau social Facebook, et des centaines de personnalités, de syndicalistes et de journalistes ont annoncé dans des tribunes se joindre aux mouvement.

La lutte contre les violence faites aux femmes mobilise aussi des hommes. Une dizaine de célébrités masculines, dont les comédiens Philippe Katerine et Manu Payet ou l'humoriste Guillaume Meurice, ont participé à une vidéo diffusée depuis vendredi sur les réseaux sociaux. Dans ce clip, ils s'interrogent sur la manière dont les hommes réagiraient s'ils vivaient dans un monde où des violences sexuelles étaient couramment commises à leur encontre par des femmes.

Violences faites aux femmes
Violences faites aux femmes ( / AFP )

La démarche vise à amener les hommes à s'interroger sur la manière "toxique" dont certains vivent leur masculinité, explique la militante de #Noustoutes Christelle Delarue. "Lorsqu'on évoque les violences faites aux femmes, on parle rarement des hommes auteurs de ces violences. C'est aussi le rôle des hommes de s'engager sur ces questions-là", ajoute-t-elle.

La gent masculine sera cependant exclue d'un "petit espace non-mixte" pour rassurer des "femmes victimes de violences diverses qui ne se sentaient pas à l'aise à l'idée de défiler avec des hommes autour d'elles", selon Marion Schaefer. L'initiative a été critiquée sur les réseaux sociaux, y compris par des militantes féministes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...