En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.53 PTS
-0.42 %
4 816.00
-1.00 %
SBF 120 PTS
3 868.16
-0.38 %
DAX PTS
11 090.11
-0.41 %
Dowjones PTS
24 298.38
-1.65 %
6 632.07
-2.25 %
1.136
-0.07 %

Les Américains rendent hommage aux onze fidèles tués dans une synagogue

| AFP | 405 | Aucun vote sur cette news
Des gens se réconfortent devant la synagogue de Pittsburgh où un tireur a tué onze fidèles samedi.
Des gens se réconfortent devant la synagogue de Pittsburgh où un tireur a tué onze fidèles samedi. ( Brendan Smialowski / AFP )

Des milliers de personnes en deuil ont participé à une veillée en hommage aux victimes de la tuerie dans une synagogue de Pittsburgh, lors de laquelle un homme armé a ouvert le feu sur un groupe de personnes en majorité âgées et a déclaré qu'il "voulait que tous les Juifs meurent".

L'auditorium du centre de Pittsburgh débordait de monde dimanche soir pour l'évènement oecuménique de 90 minutes, qui a débuté par un chant d'un choeur africain-américain.

Des milliers d'autres personnes s'étaient rassemblées dehors sous la pluie pour écouter l'évènement retransmis par des haut-parleurs.

Une femme clerc a chanté a capella l'hymne national américain et un chanteur a entonné la Hatikvah, l'hymne national israélien.

Plus tôt, les Américains avaient découvert l'identité des onze fidèles abattus la veille dans la synagogue Tree of Life, dont une femme de 97 ans, un couple d'octogénaires et deux frères.

Neuf d'entre eux avaient 65 ans ou plus et certains étaient assez âgés pour avoir été enfants lors de la montée du nazisme, comme Rose Mallinger, 97 ans, et le couple formé par Sylvan et Bernice Simon, tous deux octogénaires.

"Les mots de haine ne sont pas les bienvenus à Pittsburgh", a dit le rabbin Myers, ovationné par le public, avant d'adresser un messages aux leaders politiques.

"Mesdames et messieurs, cela doit commencer avec vous, nos dirigeants," a-t-il déclaré sous des applaudissements prolongés. "Arrêtez les messages de haine."

Le rabbin, qui a aidé des personnes à sortir de la synagogue après les coups de feu, a récité une prière du souvenir en hébreu, essuyant ses larmes avec un mouchoir.

D'autres veillées d'hommage ont eu lieu à travers les Etats-Unis. Des organisations musulmanes ont levé des dizaines de milliers de dollars pour aider les survivants et les familles des victimes. La communauté juive des Etats-Unis - la plus importante en dehors d'Israël - a reçu le soutien du pape et de dirigeants européens.

- "Coeur brisé" -

Le tireur de 46 ans, Robert Bowers, arrêté à la synagogue après un échange de tirs avec la police, est inculpé de 29 chefs d'accusation, certains passibles de la peine de mort. Il doit être présenté lundi à un magistrat fédéral.

L'attaque de la congrégation vieille de 150 ans est la tuerie antisémite la plus meurtrière de l'histoire américaine récente.

Le silence règne à Squirrel Hill, un quartier très uni et le coeur de la communauté juive de Pittsburgh où l'attaque a eu lieu. "J'ai le coeur brisé", raconte Aylia Paulding, 37 ans.

Les autorités ont décrit la tuerie qui a duré 20 minutes et a commencé quand l'homme a fait irruption dans le bâtiment tôt samedi et a ouvert le feu, armé de deux pistolets Glock et d'un fusil d’assaut semi-automatique AR-15.

Quatre policiers ont été blessés, dont un grièvement. Robert Bowers a été hospitalisé dans un état stable avec plusieurs blessures par balle.

Agé de 90 ans, E. Joseph Charny a raconté au Washington Poste qu'il priait dans une salle avec d'autres fidèles, quand il a vu un homme apparaître dans l'embrasure de la porte et a entendu des tirs.

"J'ai levé les yeux et j'ai vu tous ces cadavres," a raconté M. Charny, un psychiatre à la retraite qui fréquente la synagogue Tree of Life depuis 1995.

- Trump critique les médias -

Le président Donald Trump a dénoncé solennellement l'attaque. "Le fléau de l'antisémitisme ne peut être ni ignoré, ni toléré, ni permis de continuer."

Dimanche, il a comme souvent accusé les médias d'attiser les tensions: "Les Fausses Nouvelles font tout ce qu'elles ont en leur pouvoir pour blâmer les Républicains, les Conservateurs et moi-même pour la division et la haine qui se perpétuent depuis si longtemps dans notre Pays!"

"En réalité, ce sont leurs reportages Faux et Malhonnêtes qui entraînent des problèmes bien plus importants qu'ils ne peuvent le comprendre", a-t-il déclaré.

Donald Trump a indiqué qu'il se rendrait à Pittsburgh pour présenter ses condoléances. Mais certaines familles de victimes n'ont que peu envie de rencontrer un président qu'elles accusent d'attiser la haine.

Jonathan Greenblatt, directeur de l'Anti-Defamation League, la principale organisation de lutte contre l'antisémitisme aux Etats-Unis, a déclaré que les mots de Trump étaient encourageants mais sonnaient aussi comme un avertissement.

Selon l'ADL, les actes antisémites aux Etats-Unis ont augmenté de 34% de 2015 à 2016, et de 57% en 2017. "La plus forte hausse que nous ayons constaté", d'après M. Greenblatt.

- Site suprémaciste -

Robert Bowers vivait dans la banlieue sud de Pittsburgh, à moins de trente minute de route de la synagogue.

L'homme était camionneur, selon plusieurs de ses voisins, et lié à une vague de messages antisémites publiés en ligne, surtout sur Gab.com, un site fréquenté par les suprémacistes blancs.

Selon son acte d'accusation, il a déclaré à la police qu'il "voulait que tous les Juifs meurent et qu'ils (les Juifs) étaient en train de commettre un génocide de son peuple."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 janvier 2019 - L'Assemblée générale mixte de Sodexo s'est tenue le 22 janvier 2019 à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt, sous la présidence de Sophie…

Publié le 22/01/2019

Les actionnaires de la Société DERICHEBOURG sont invités à participer à l'Assemblée Générale Mixte qui se tiendra le Mardi 5 février 2019 à 11 heures, au Palais Brongniart,…

Publié le 22/01/2019

Compte tenu du contexte marqué par le mouvement des "Gilets Jaunes" au quatrième trimestre en France, Maisons du Monde a décidé de publié un point sur ses ventes et résultats 2018 en amont de la…