En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 788.45 PTS
-0.51 %
4 791.0
-0.28 %
SBF 120 PTS
3 817.37
-0.38 %
DAX PTS
10 712.77
-0.70 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.142
+0.24 %

Les Etats approuvent le rapport choc du Giec sur le climat

| AFP | 345 | Aucun vote sur cette news
Des scientifiques et représentants gouvernementaux réunis à Incheon sur le climat, le 1er octobre 2018 en Corée du Sud
Des scientifiques et représentants gouvernementaux réunis à Incheon sur le climat, le 1er octobre 2018 en Corée du Sud ( Jung Yeon-je / AFP/Archives )

Le message des scientifiques est transmis: les gouvernements du monde ont approuvé samedi, en dépit de contestations saoudiennes, le dernier bilan du Giec sur le dérèglement climatique, qui montre de forts impacts au-delà de 1,5°C de réchauffement.

La réunion à huis clos du Groupe des experts climat de l'ONU (Giec), entamée lundi à Incheon en Corée du Sud, a dû être prolongée d'une journée et ses dernières heures ont été consacrées en particulier à résoudre l'opposition montrée par Ryad, ont relaté plusieurs participants.

Dans leur rapport, dont le résumé a été approuvé par consensus mais ne sera rendu public que lundi à 01h00 GMT lors d'une conférence de presse, les scientifiques décrivent, sur la base de 6.000 études, la grande différence d'impacts entre un réchauffement de +1,5°C et de +2°C. Et ils listent les différentes pistes d'actions, qui passent d'abord par une réduction massive des émissions de gaz à effet de serre (issues aujourd'hui pour les trois quarts des énergies fossiles).

Premier exportateur mondial de pétrole, l'Arabie saoudite a, selon plusieurs participants, âprement contesté en fin de parcours un chapitre rappelant l'insuffisance globale des engagements de réductions d'émissions pris à Paris par les pays pour rester à 1,5.

Avant de "finalement lever son blocage, parce que cela était sur le point de s'achever par une note en bas de page", a indiqué un observateur requérant l'anonymat.

"C'est assez rare qu'un gouvernement accepte d'avoir son nom au bas de la page, parce que c'est un peu gênant pour lui", expliquait il y a quelques semaines le responsable de la communication du Giec, Jonathan Lynn.

Ce dernier baroud saoudien ne fut cependant pas une surprise tant la délégation est intervenue toute la semaine, sur le fond comme sur les formulations, ont décrit des témoins.

Dans le passé Ryad a aussi souvent été très active pour freiner l'action onusienne contre le réchauffement, qu'il s'agisse des rapports du Giec ou des négociations pour trouver un accord sur les réductions d'émissions. Et si fin 2015 le royaume a adopté l'accord de Paris visant à garder la planète "bien en-deçà de 2°C" et si possible 1,5°, il était aussi opposé à l'ajout de ce 1,5, revendication des Etats les plus vulnérables.

- "Se l'approprier" -

Outre Ryad, les scientifique du Giec ont aussi eu à répondre à toutes les questions, voire les contestations exprimées pendant cette semaine de relecture ligne par ligne de son résumé de 20 pages. Il semble cependant qu'elles aient été résolues sans infliger de "dégâts" majeurs au texte original, selon le terme d'un participant.

"Nous nous attendions à des négociations difficiles, et nous sommes heureux de voir que les gouvernements ont fait preuve d'une vraie réflexion sur les éléments scientifiques", a réagi en fin de réunion Stephen Cornelius, conseiller principal climat pour le WWF.

"Les engagements actuels des pays pour réduire les émissions ne suffiront pas à limiter le réchauffement à 1,5°C, vous ne pouvez pas négocier avec la science", a-t-il ajouté.

Commandé par l'ONU au moment de l'accord de Paris, ce rapport doit nourrir le processus de révision des engagements nationaux, qui doit être lancé aux prochaines négociations climat, à la COP24 de Katowice en décembre.

"Ce rapport est le plus important rapport scientifique sur le climat que nous ayons eu", a estimé samedi Jennifer Morgan, la directrice de de Greenpeace International. "Les gouvernements l'ont demandé, alors maintenant qu'il est adopté, ils doivent se l'approprier et agir sur cette base".

L'ONG espère qu'il sera évoqué dès mardi lors du conseil environnement de l'UE.

Dans de nombreuses capitales, ce "résumé" de 20 pages sera à son tour résumé dans les cabinets à destination des ministres. Au sein des gouvernements, les rapports du Giec sont souvent "une arme" des ministères de l'Environnement pour gagner des arbitrages face à leurs collègues de l'Economie, explique aussi Bill Hare, du centre de recherche Climate Analytics.

Pour lui, il aura également "un impact sur les industriels, les entreprises, les villes, la société civile. La communauté financière l'attend, qui nous réclame elle aussi un +résumé financier pour les décideurs+ et les investisseurs".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

Eramet s'effondre de 12% à 57,2 euros à l'ouverture du marché, au plus bas depuis 14 mois...

Publié le 10/12/2018

Joël Séché a apporté à la société Groupe Séché, holding familiale qui contrôle Séché Environnement, 402.399 actions Séché Environnement qu'il détenait en direct. A la suite de cet…

Publié le 10/12/2018

Dans le cadre de la montée au capital de Fosun Pharmaceutical, EOS imaging a décidé de procéder à une augmentation de capital d'un montant d'environ 15 millions d'euros, par émission de 3,4…

Publié le 10/12/2018

Chargeurs Luxury Materials complète son offre dans les fibres précieuses et annonce le lancement mondial de la marque digitale Amédée 1851, spécialiste des écharpes et carrés en fibres…

Publié le 10/12/2018

Catana Group a enregistré sur l’exercice 2017/2018 un doublement à 3,4 millions d’euros de son résultat net part du groupe. Le spécialiste des navires de plaisance a également dévoilé un…