5 390.46 PTS
+0.20 %
5 383.50
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 288.02
+0.14 %
DAX PTS
13 059.84
+0.39 %
Dowjones PTS
23 557.99
+0.14 %
6 409.29
+0.36 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les "enfants" perdus de Ripoll, jihadistes dès 17 ans

| AFP | 235 | 4 par 1 internautes
COMBO montrant de G à D 
Mohamed Houli Chemlal, Driss Oukabir, Salah El Karib, and Mohamed Aallaa, membres présumés de la cellule djihadiste responsable des attentats en Espagne le 22 août 2017 à Tres Cantos, près de Madrid
COMBO montrant de G à D Mohamed Houli Chemlal, Driss Oukabir, Salah El Karib, and Mohamed Aallaa, membres présumés de la cellule djihadiste responsable des attentats en Espagne le 22 août 2017 à Tres Cantos, près de Madrid ( STRINGER / AFP )

A Ripoll en Espagne, un enfant marocain de sept ans reste sans grands frères à la maison : deux ont été tués comme "terroristes", un autre a été arrêté. "Ils étaient +accros+ à l'imam", dit-il, sans doute en répétant ce qu'il entend.

Mardi, cinq jours après les attentat jihadistes qui ont fait 15 morts et plus de cent blessés en Catalogne, Ripoll ne se remet pas d'avoir vu naître ou grandir la plupart des douze membres présumés de la cellule qui les aurait organisés, appartenant à quatre fratries.

Mais malgré la consternation - et la rancoeur qui pointe contre eux - ses habitants continuent souvent de dire affectueusement "les gamins" pour désigner ces jeunes hommes que la ville connaissait très bien et présumait "totalement intégrés".

Le marocain Brahim Aallaa, père de Youssef, Said et Mohamed Aallaa, deux ont été tués comme
Le marocain Brahim Aallaa, père de Youssef, Said et Mohamed Aallaa, deux ont été tués comme "terroristes", un autre a été arrêté, lors d'un entretien avec l'AFP à Ripoll, le 21 août 2017 ( PAU BARRENA / AFP )

Sur une charmante petite place du centre historique, l'enfant de sept ans accompagne son père, Brahim Aallaa.

Son père, ouvrier marocain - "né en 1969 et arrivé en Espagne en 1999" - a donné rendez-vous à l'AFP en bas de chez lui, lundi à 22H00, juste après avoir fini de travailler dans une usine textile.

"Deux de mes fils - Youssef et Said - sont morts parce qu'un imam leur a enseigné l'islam à l'envers, dit-il. Ils ne savaient même pas l'arabe! Ils parlaient catalan, espagnol, berbère...".

"L'autre, Mohamed, va aller en prison seulement pour avoir laissé sa voiture à son frère", ajoute-t-il dans un espagnol rudimentaire.

Mohamed Aallaa, escorté par la Guardia Civile espagnole à Tres Cantos, près de Madrid, le 22 août 2017
Mohamed Aallaa, escorté par la Guardia Civile espagnole à Tres Cantos, près de Madrid, le 22 août 2017 ( STRINGER / AFP )

Mohamed Aallaa, 27 ans, le propriétaire d'une Audi qui a foncé dans la foule sur le bord de mer à Cambrils, au sud de Barcelone, comparaissait mardi devant un juge à Madrid, qui devait décider ou non de l'inculper.

Son frère cadet Saïd, qui aurait eu 19 dans trois jours, un des cinq occupants de l'Audi, armés de couteaux et de haches, a été tué par la police pendant l'attaque.

Le père, Brahim Aallaa, assurait lundi soir ne pas encore vraiment savoir comment Youssef est mort, comme l'affirme la presse espagnole. La police ne l'a pas encore confirmé. Il aurait disparu dans l'explosion de la maison de Catalogne, bourrée de bonbonnes de gaz, où la police pense que se préparaient des attentats d'envergure.

"Pendant le mois de Ramadan (terminé le 25 juin), ils allaient prier avec l'imam toute la journée et le soir aussi", raconte-t-il. "Après, Youssef avait changé : il prenait la voiture de son frère et partait en disant chercher du travail".

- 'Comme mes enfants' -

Ripoll, son monastère médiéval, son théâtre et son pont conçus par des architectes catalans de renom, ses "oui" à l'indépendance de la Catalogne qui s'affichent aux balcons... Nichée à 90 km au nord de Barcelone entre des montagnes boisées, jamais cette ville pyrénéenne paisible aux 10.000 habitants - dont moins de 5% de Marocains - n'avait été soupçonnée d'abriter un foyer de jihadisme.

Attentats en Espagne : le parcours de la cellule jihadiste
Attentats en Espagne : le parcours de la cellule jihadiste ( Cecilia SANCHEZ / AFP )

Alors quand elle regarde l'organigramme de "la cellule de Catalogne" publié dans la presse, Nuria Perpinya a "le sang qui se glace". "Ce sont des terroristes et ça me fend le coeur, c'est un sentiment contradictoire", dit cette éducatrice et médiatrice de 36 ans. "Certains sont comme mes enfants, je leur ai même appris à compter".

Jusqu'en 2015, Nuria travaillait pour un programme régional de lutte contre l'exclusion. Elle n'a gardé que de "bons souvenirs de ces garçons normaux, totalement intégrés" qu'elle recevait. Seul bémol: "Ce n'étaient sans doute pas ceux qui avaient le plus de personnalité, mais les plus vulnérables".

- Bois, textile, métallurgie -

Driss Oukabir, un des membres présumés de la cellule impliquée dans les attentats en Espagne, le 22 août 2017 à Tres Cantos près de Madrid
Driss Oukabir, un des membres présumés de la cellule impliquée dans les attentats en Espagne, le 22 août 2017 à Tres Cantos près de Madrid ( STRINGER / AFP )

Dans un petit immeuble plutôt pimpant à l'entrée de Ripoll, Moussa Oubakir, 17 ans, vivait avec sa mère. Son frère aîné Driss Oubakir, 27 ans, est lui aussi soupçonné de faire partie de la cellule.

"Pour parler de Moussa, pas de qualificatifs négatifs : on le disait +attentionné+, +bien élevé+, +joyeux+", rapporte l'adjointe au maire chargée de l'intégration, Maria Dolors Vilalta.

Reste que sur le réseau social Kiwi Q&A, où il était actif il y a deux ans, Moussa assurait - entre deux messages de flirt - que s'il était maître du monde, il irait "tuer les infidèles pour ne garder que les musulmans qui suivent la religion".

La nuit de jeudi à vendredi, il est tombé sous les balles de la police à Cambrils, avec quatre autres copains d'enfance.

Houssaine Abouyaaqoub, dit "Houssa", également mineur, a été abattu en même temps que lui.

Photo fournie par la police catalane le 18 août 2017 de Younès Abouyaaqoub, l'un des suspects des attentats en Espagne
Photo fournie par la police catalane le 18 août 2017 de Younès Abouyaaqoub, l'un des suspects des attentats en Espagne ( - / MOSSOS D'ESQUADRA/AFP )

Et, lundi, c'est le grand frère de ce dernier, Younès Abouyaaqoub, 22 ans, qui a été tué par les policiers, après quatre jours de cavale. Il avait été identifié comme "l'assassin des Ramblas" de Barcelone qui a précipité la camionnette sur les piétons puis poignardé à mort un automobiliste pour lui voler sa voiture.

Or pour Nuria, "Houssa et Younes étaient de très bons voisins".

"Houssa, c'était un garçon brillant et responsable, de ceux qui te tranquillisent quand tu sais que ton fils part faire la fête avec lui", a écrit aussi dans un message à l'AFP un guide touristique de 53 ans, César Garcia, dont le fils allait à l'école avec lui.

Comment comprendre l'incompréhensible?

Ces jeunes-là n'étaient pas de familles pauvres ni marginalisées, dans une ville dépourvue de ghetto. Ils n'avaient pas non plus d'antécédents judiciaires.

Parmi leurs pères, "la majorité travaillent à nettoyer les forêts, d'autres dans l'industrie métallurgique", dit Mme Vilalta. Quant aux jeunes "jihadistes", au moins deux avaient un emploi dans l'industrie textile et la métallurgie, selon différents témoignages.

"Il n'y a jamais eu aucun problème d'intégration" à Ripoll, assure le maire Jordi Munell, un séparatiste catalan de centre droit. Et d'insister : "Ici, certains (des suspects) avaient travail, voitures, portable, ordinateur, projets..."

- Trois paires de frères et un trio -

Quatre familles touchées : trois frères dans l'une, deux dans chacune des trois autres. Les plus jeunes ont vraisemblablement suivi leurs aînés dans la cellule.

Mais alors que l'enquête ne fait que commencer, un rôle d'endoctrinement est généralement attribué à l'imam Abdelbaki es Satty, arrivé en 2015 à Ripoll, et mort mercredi dans l'explosion à Alcanar.

Sans que le village le sache, cet imam quadragénaire avait, entre 2010 et 2014, purgé une peine pour trafic de drogues, selon le département catalan de l'Intérieur.

Mais à la mosquée, les fidèles assurent que, publiquement, il ne s'écartait pas du Coran dans ses prêches.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 SAINT-ETIENNE 554 501 171 R.C.S.…

Publié le 24/11/2017

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C a progressé de 100 en octobre par rapport à septembre en France, à 5 616 000 personnes, a annoncé le Ministère du travail. Il a…

Publié le 24/11/2017

  ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 19 991 141 euros Siège social : 2 rue de Bassano - 75116 PARIS RCS PARIS 735 620 205 - SIRET 735 620 205 00121…

Publié le 24/11/2017

Fouad Chéhady est nommé responsable de la Transformation et de l’Excellence opérationnelle, membre du comité exécutif de Natixis. Il est rattaché à Laurent Mignon, Directeur général de…

Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe. Saint-Gobain détient déjà la société Isoroc Russie et la marque correspondante depuis 2016. Isoroc…

CONTENUS SPONSORISÉS