En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-
5 308.00
-
SBF 120 PTS
4 269.71
-
DAX PTS
12 511.91
-
Dowjones PTS
24 461.70
-0.80 %
7 217.49
-0.87 %
Nikkei PTS
22 482.37
-0.93 %

Pyongyang propose de participer aux JO lors du premier dialogue avec le Sud

| AFP | 491 | Aucun vote sur cette news
Le ministre sud-coréen de l'unification Cho Myung-Gyun (g) serre la main du responsable de la délégation nord-coréenne Ri Son-Gwon (d) lors d'une rencontre à Panmunjom, le 9 janvier 2018
Le ministre sud-coréen de l'unification Cho Myung-Gyun (g) serre la main du responsable de la délégation nord-coréenne Ri Son-Gwon (d) lors d'une rencontre à Panmunjom, le 9 janvier 2018 ( - / Dong-A Ilbo/AFP )

La Corée du Nord a proposé mardi d'envoyer des athlètes et une délégation de haut rang aux prochains jeux Olympiques en Corée du Sud lors d'un exceptionnel face à face après les tensions provoquées par les ambitions nucléaires de Pyongyang.

Séoul a profité de cette première rencontre en plus de deux ans pour demander que soit organisée parallèlement aux jeux d'hiver une réunion des familles séparées par la guerre (1950-53), l'un des héritages les plus douloureux du conflit.

Les discussions se tiennent à Panmunjom, village frontalier où fut signé le cessez-le-feu, dans la zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule.

Jeux olympiques d'hiver 2018
Jeux olympiques d'hiver 2018 ( Laurence CHU , Gal ROMA, Vincent LEFAI / AFP )

La délégation nord-coréenne a traversé à pied la ligne de démarcation militaire pour se rendre à la Maison de la paix, le lieu des entretiens côté sud-coréen, à quelques mètres de l'endroit où un transfuge a fait défection voici deux mois sous une pluie de balles.

Le ministre sud-coréen de l'Unification Cho Myoung-Gyon, chef de la délégation sud-coréenne, et le responsable de la délégation nord-coréenne Ri Son-Gwon se sont serré la main avant d'entrer dans le bâtiment.

Conformément aux usages nord-coréens, M. Ri arborait un badge orné du portrait du père fondateur de la Corée du Nord, Kim Il-Sung, et de celui de son fils et successeur Kim Jong-Il.

A Seoul, des passants regardent les voeux télévisés du leader nord-coréen, Kim Jong-Un, le 1er janvier 2018
A Seoul, des passants regardent les voeux télévisés du leader nord-coréen, Kim Jong-Un, le 1er janvier 2018 ( JUNG Yeon-Je / AFP )

M. Cho, lui, portait un badge aux couleurs sud-coréennes.

En même temps que ses sportifs, le Nord a proposé d'envoyer aux JO de Pyeongchang, qui se tiennent du 9 au 25 février, une délégation de haut niveau, des supporteurs, des artistes et une équipe de démonstration de taekwondo, a expliqué à la presse le ministre adjoint sud-coréen à l'Unification Chun Hae-Sung.

- 'Heurts accidentels'-

Tests de missiles et essais nucléaires nord-coréens
Tests de missiles et essais nucléaires nord-coréens ( Laurence CHU / AFP )

Séoul a appelé à la reprise des réunions des familles, de même qu'à des pourparlers entre Croix-Rouge des deux pays, et des discussions militaires destinées à éviter les "heurts accidentels".

"Offrons au peuple un cadeau précieux pour le Nouvel an", a lancé le Nord-Coréen. "On dit qu'un voyage entrepris à deux dure plus longtemps qu'un voyage solitaire".

Collection de timbres photographiée le 17 novembre 2017 célébrant les différentes participations passées des nord-coréens aux Jeux Olympiques
Collection de timbres photographiée le 17 novembre 2017 célébrant les différentes participations passées des nord-coréens aux Jeux Olympiques ( Ed JONES / AFP/Archives )

L'atmosphère semblait plus détendue qu'à l'ordinaire. "Le peuple souhaite ardemment voir le Nord et le Sud aller vers la paix et la réconciliation", a répondu le Sud-Coréen.

Un ton qui tranche singulièrement avec la rhétorique en usage ces derniers temps, avec les insultes personnelles et les menaces de guerre échangées par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un et le président Donald Trump.

Depuis deux ans, la situation sur la péninsule s'est dégradée, le Nord menant trois nouveaux essais nucléaires et multipliant les tirs de missile.

Séoul s'efforce de présenter les JO qui auront lieu à tout juste 80 kilomètres de la DMZ comme les "Olympiades de la paix", mais pour que l'expression prenne son sens, la participation du Nord est essentielle.

Les pourparlers font suite à la main tendue le jour du Nouvel An par M. Kim, qui avait évoqué une participation aux JO. La semaine dernière, le téléphone rouge entre les deux voisins a été rétabli après près de deux ans de silence.

Reste encore à déterminer si les représentants des deux pays feront une entrée commune lors des cérémonies d'ouverture et de clôture, comme à Sydney en 2000, à Athènes en 2004 et lors des jeux d'hiver de Turin en 2006.

La taille de la délégation nord-coréenne, de même que son hébergement, qui devrait être financé par Séoul, doivent aussi être établis.

- Pom-pom girls -

Seuls deux athlètes nord-coréens se sont qualifiés, si bien que le Nord devrait envoyer au Sud un imposant contingent de pom-pom girls, prédisent les analystes.

Lors de compétitions sportives passées au Sud, des centaines d'avenantes supportrices nord-coréennes avaient ainsi créé l'événement.

Les médias sud-coréens ont laissé entendre que Pyongyang pourrait envoyer d'éminents représentants, dont la petite soeur de Kim Jong-Un, Yo-Jong, haute dirigeante du parti unique au pouvoir.

Les deux parties avaient exprimé leur souhait d'évoquer des thèmes au-delà de l'olympisme.

Pyongyang a jusqu'à présent renvoyé Séoul dans ses cordes s'agissant des familles, réclamant au préalable le rapatriement par le Sud de Nord-Coréens.

Le journal nord-coréen Rodong Sinmun n'a pas mentionné les pourparlers, relevant que la politique américaine de pressions et de sanctions avait échoué et que Pyongyang était devenu "une puissance nucléaire internationale".

Les Etats-Unis et la Corée du Sud avaient accepté la semaine dernière de reporter leurs manoeuvres conjointes Foal Eagle et Key Resolve jusqu'à l'après-JO dans le but d'apaiser les tensions.

M. Trump s'est félicité ce week-end de la reprise des discussions, espérant qu'elles aillent "au-delà" des JO. Il s'est aussi dit prêt à s'entretenir avec M. Kim.

"Cela ne va pas se faire du jour au lendemain", a toutefois affirmé l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les coûts de développement devraient avoisiner les 12,6 ME...

Publié le 21/06/2018

Précisions...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Gévelot...

Publié le 21/06/2018

L'innovation, dans l'ADN d'Essilor depuis son origine, est partie intégrante de la mission du Groupe, "améliorer la vision pour améliorer la vie"...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Riber...