5 278.73 PTS
+0.22 %
5 269.00
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 217.68
+0.22 %
DAX PTS
12 594.60
-0.04 %
Dowjones PTS
22 359.23
-0.24 %
5 934.91
+0.00 %
Nikkei PTS
20 296.45
-0.25 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les "Compagnons" disparaissent, mais l'Ordre de la Libération veut leur survivre

| AFP | 135 | 3 par 1 internautes
Le compagnon de la libération Hubert Germain le 28 août 2017 à Paris
Le compagnon de la libération Hubert Germain le 28 août 2017 à Paris ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

"Je comprends que vous vous précipitiez pour avoir des nouvelles, parce qu'après il sera trop tard", sourit Hubert Germain: à 97 ans, il est l'un des 11 derniers Compagnons de la Libération. L'ordre mythique créé par de Gaulle veut préserver la mémoire de leur combat.

Installé dans son fauteuil roulant à la Chancellerie de l'Ordre de la Libération aux Invalides, à Paris, M. Germain montre sa Croix de la Libération, remise par le général de Gaulle en 1944. Ils sont 1.038 à en avoir été décorés. Parmi eux: Winston Churchill, Jean Moulin et André Malraux.

Comme d'autres Compagnons et "parce que nous sommes un peu vicieux" dit-il, il l'accroche pendant les cérémonies "un étage au-dessus" de sa Légion d'honneur, pourtant premier ordre national.

"Pour nous, c'est numéro un", résume-t-il au sujet de l'Ordre de la Libération, cette "chevalerie exceptionnelle créée au moment le plus grave de l'Histoire de la France, fidèle à elle-même, solidaire dans le sacrifice et dans la lutte" selon les mots du général de Gaulle, qui l'a institué en 1940.

"C'est un ordre combattant", qui récompense "bien sûr les actions" mais aussi "ceux de la première heure", explique le général Christian Baptiste, son délégué national.

Le dernier Compagnon sera enterré au Mont Valérien (Suresnes) dans un caveau qui lui est réservé, aux côtés de 16 combattants morts pour la France.

Alors que deux Compagnons sont morts cette année, l'Ordre a déjà commencé à préparer une nouvelle phase de son histoire.

En 2012, les cinq communes décorées "Compagnons de la Libération" ont été chargées de conserver la mémoire de l'Ordre. Alors que le plus jeune des Compagnons approche les 96 ans, le général Baptiste est, lui, devenu en janvier le premier "patron de l'Ordre" à ne pas en être issu. Sa mission: assurer sa "transition" vers un "outil pédagogique au profit de la citoyenneté".

"L'exemple des Compagnons, c'est de dire que quelles que soient les vicissitudes de la vie, chacun a le choix entre un destin subi - l'Occupation -, et un destin choisi - la Résistance", dit-il, voyant un parallèle avec le "terrorisme qui cherche à faire éclater notre cohésion nationale".

Christian Baptiste veut aussi lancer des partenariats avec les écoles du pays pour que, partout, on puisse "s'approprier le Compagnon local, étudier son parcours, les moteurs de son engagement".

- "Je vais avoir besoin de vous" -

Hubert Germain, qui a notamment participé au Débarquement en Provence, se rappelle sa prise de conscience, à l'été 1940, alors qu'il s'apprêtait à passer le concours d'entrée à l'école navale de Bordeaux. "Au bout de cinq minutes je me suis dit +Mais qu'est-ce que tu fais là ?+". Il se lève et lance à l'examinateur surpris: "Je pars faire la guerre".

Il prend la direction de l'Angleterre, mais ce n'est pas l'appel du 18 juin qui l'a décidé. "On ne va pas recommencer ce cinéma-là, personne ne l'a entendu l'appel!", balaie-t-il. "On a tous entendu ce laïus effrayant du maréchal Pétain disant qu'il fallait terminer la guerre et déposer les armes. Ca, ça a été un choc".

Le souvenir de sa première rencontre avec de Gaulle, cet été-là, est intact: "Il s'arrête un instant, il me regarde, et il me dit : +Je vais avoir besoin de vous+. Quand, à 18-19 ans, vous vous ramassez ça en pleine figure, dans le désastre général qui est là, il y a quelque chose qui vous émeut profondément".

Avec les autres Compagnons, il parle d'une solidarité "totale, illimitée". Pendant comme après la guerre, "pas question de politique", dit celui qui a été ministre des gouvernements Messmer entre 1972 et 1974: "Le sang du coco se mêlait au sang de l'aristo".

Aujourd'hui, il espère que l'Ordre prendra "des roulottes, des charrettes" pour aller "parler aux gens de l'histoire de leur pays". "Rien n'est mort".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/09/2017

L'analyste a procédé à une vaste revue d'effectifs des principales valeurs françaises...

Publié le 22/09/2017

CAC 40 : 5274 points est franchie L'indice CAC 40 ouvre des gaps haussiers, poursuit sa tendance par de nouveaux plus hauts de façon régulière et sans excès, soutenu par une…

Publié le 22/09/2017

Gilbert Dupont réduit sa cible

Publié le 22/09/2017

Lisi avance de 0,8% à 42 euros au lendemain de l'annonce de l'acquisition de 51% du capital de Termax, un concepteur et fabricant américain de...

Publié le 22/09/2017

L'association RegroupementPPlocal (PPlocal), qui rassemble plus de 1 700 actionnaires individuels, s'oppose résolument au projet de plan de restructuration financière négociée avec les créanciers…

CONTENUS SPONSORISÉS