En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 371.08 PTS
-0.50 %
5 368.00
-0.52 %
SBF 120 PTS
4 298.61
-0.51 %
DAX PTS
12 543.26
-0.14 %
Dowjones PTS
25 058.12
+0.00 %
7 350.23
+0.00 %
1.171
-0.05 %

Les clés de votre réussite en entreprise? Demandez aux dauphins

| AFP | 685 | 3 par 2 internautes
Jon Kershaw, directeur zoologique britannique du Marineland d'Antibes, devant deux dauphins, le 13 décembre 2017
Jon Kershaw, directeur zoologique britannique du Marineland d'Antibes, devant deux dauphins, le 13 décembre 2017 ( VALERY HACHE / AFP/Archives )

La clé de la réussite en entreprise? Pour le Britannique Jon Kershaw, c'est simple: il suffit de savoir travailler avec les orques et les dauphins. Au Marineland d'Antibes, dans le sud-est de la France, ce directeur zoologique anime d'étonnants séminaires de management inspirés de ses 40 ans de carrière avec les cétacés.

Motivation, domination, organigramme: "Ce parallèle entre la nature et l'entreprise, ça intéresse tout le monde", souffle une participante captivée, tandis que Jon Kershaw, 64 ans, jongle avec les anecdotes.

Tout y passe pour expliquer "comment faire travailler des orques de 3.000 kg qui n'ont aucune raison de travailler ensemble, ni de travailler tout court, et sur lesquelles on n'a pas de pouvoir hiérarchique". "Personne ne leur envoie des mails et quand un jeune soigneur arrive, on ne peut pas dire à l'orque +tiens, je te présente Jean-Pierre, c'est lui le boss!+", s'amuse l'ancien soigneur.

Ce Britannique à l'humour décapant a plongé dans le monde des delphinariums à l'âge de 20 ans. Autant dire la préhistoire pour les parcs d'attraction marins et la connaissance des mammifères marins.

A l'époque, il a une simple formation d'interprète, rien à voir avec le show qu'on lui demande de présenter avec des animaux: "On se disait, tout va bien, tant qu'il y a à manger, on les tient!", dit-il.

Rapidement pourtant, Jon Kershaw réalise que "le poisson, il en faut, mais ce n'est pas pour cela que les animaux agissent".

Dans son séminaire, il lance: "Si vous jouez sur l'appétit pour créer la motivation, ça pose problème quand l'appétit a baissé - à 9h00 ça marche, à 15h00 c'est limite. C'est pareil en entreprise: combien de temps croyez-vous que durent les effets d'une augmentation de salaire sur la motivation ? Trois mois!"

- 'Ce qui compte, c'est le challenge' -

C'est un psychologue employé d'un parc américain qui lui a ouvert les yeux: "Je ne connaissais pas mes orques", avoue Jon Kershaw. "A part le poids de nourriture qu'ils mangeaient (jusqu'à 80 kg par jour pour une orque, ndlr), je ne savais rien de leur place dans la hiérarchie ou de leur ego".

Or comprendre la situation de l'animal est primordial pour pouvoir travailler avec lui. Pour sa démonstration, il projette des images d'orques en milieu naturel. Cinq orques font équipe pour attraper des manchots. On les voit s'organiser, taper sur l'eau pour effrayer leurs proies, se donner un mal fou pour, à la fin, ne pas manger le manchot qu'elles ont attrapé.

"C'est comme le chat qui vous dépose une souris sur le paillasson, sans la manger. Pourquoi elles font ça? Elles n'ont pas mangé, elles n'ont pas été payées...", interroge Jon.

"Ce qui compte, c'est le challenge", répond-il, et ça vaut aussi pour des salariés: "On a besoin de vider la dosette d'intelligence nécessaire à notre survie. Les personnes qui n'ont pas la possibilité de le faire au travail, en général, ils font autre chose à côté, du sport, etc. C'est donc important de bien connaître l'animal ou son collaborateur, de proposer le bon challenge."

- Pas de piston chez les cétacés -

A mi-chemin entre pédagogie et stand-up, Jon Kershaw mime les situations et poursuit, intarissable.

Ses conférences rapportent peu au Marineland d'Antibes, qui est le plus grand d'attraction marin d'Europe et l'un des sites touristiques les plus visités de la Côte d'Azur française.

Mais en ces temps de tourmente pour les delphinariums, sous pression depuis un arrêté français de mai 2017 interdisant la reproduction en captivité et régulièrement critiqués par les défenseurs des animaux, le parc mise sur ces conférences pour démontrer l'importance du relationnel avec les animaux.

"Les animaux sont la priorité", si le courant ne passe pas, "on va ailleurs", confie Elodie, une soigneuse.

L'apprentissage se fait par le renforcement positif: l'animal est stimulé et encouragé, sans nourriture comme récompense mais avec ce qu'il affectionne le plus, un jeu, des chatouilles, etc, expliquent les soigneurs.

On retiendra donc qu'il n'y a pas de promotion à l'ancienneté chez les cétacés, pas de piston, tout est affaire de dominance, "et je ne vous parle pas de violence physique", souligne Jon Kershaw: "Une fois que c'est bien établi, on peut l'utiliser, et passer par les dominants qui entraînent les autres derrière eux". Idem en entreprise, selon lui.

Mieux vaut aussi pratiquer une "communication active" comme dans le monde animal, et savoir se passer de l'email.

"Il y a des inconvénients à travailler avec des animaux intelligents - tous les responsables en ressources humaines vous le diront, nous avons les mêmes! L'avantage avec les animaux, c'est qu'ils sont cash. Faire la grosse voix avec eux, ça ne marche pas!", conclut-il.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

Dans des volumes limités, Vente-unique...

Publié le 23/07/2018

Atos a dévoilé son projet d'acquisition de Syntel pour 3,4 milliards de dollars, soit 41 dollars par action, entièrement payables en numéraire. Ce prix représente une prime d'environ 14% sur…

Publié le 23/07/2018

C’est désormais officiel. Alfredo Altavilla, le patron de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) pour les régions Europe, Proche-Orient, Afrique va quitter le groupe fin août afin de « poursuivre…

Publié le 23/07/2018

Lundi 23 juillet 2018APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du…

Publié le 23/07/2018

La Norges Bank a déclaré à l'AMF avoir franchi en hausse, le 20 juillet, les seuils de 5% du capital et des droits de vote de Valeo et détenir 12...