5 381.05 PTS
-1.27 %
5 366.00
-1.41 %
SBF 120 PTS
4 308.36
-1.35 %
DAX PTS
12 605.15
-1.78 %
Dowjones PTS
24 987.47
-0.41 %
7 251.41
+0.00 %
Nikkei PTS
22 278.48
-1.77 %

Législatives tchèques: la peur des migrants dans un pays sans migrants

| AFP | 441 | Aucun vote sur cette news
Manifestation contre l'immigration à Prague le 12 septembre 2015
Manifestation contre l'immigration à Prague le 12 septembre 2015 ( MICHAL CIZEK / AFP/Archives )

Des migrants portant burkas et hijabs s'en prennent à une retraitée tchèque, donnent un coup de pied à son déambulateur et la laissent étalée par terre, se ruant vers un bâtiment avec le panneau "Prestations sociales".

Le clip de campagne du "Bloc contre l'Islamisation", un parti d'extrême-droite, poursuit: "C'est à vous de choisir: faut-il donner de l'argent à nos enfants et aux retraités ou aux musulmans et aux Africains?"

Le Bloc contre l'Islamisation est l'une des 31 formations politiques en lice pour les législatives tchèques de vendredi et samedi.

Il est loin d'être seul à exploiter ce thème. A l'instar du Front National en France, de Geert Wilders aux Pays-Bas, de l'AfD en Allemagne et du Parti de la liberté en Autriche, plusieurs partis tchèques misent sur les peurs provoquées par un afflux record de migrants en Europe.

Les responsables des partis anti-immigration néerlandais Geert Wilders (Parti de la Liberté), allemand Frauke Petry (AfD) et français Marine Le Pen (FN) lors d'un congrès à Coblence le 21 janvier 2017
Les responsables des partis anti-immigration néerlandais Geert Wilders (Parti de la Liberté), allemand Frauke Petry (AfD) et français Marine Le Pen (FN) lors d'un congrès à Coblence le 21 janvier 2017 ( Roberto Pfeil / AFP/Archives )

Du coup, la migration est devenue le sujet clé de la campagne tchèque, malgré la quasi-absence de migrants et de réfugiés, qui préfèrent se diriger vers l'Allemagne ou la Suède.

La République tchèque, avec à sa tête un président ouvertement anti-musulman, n'a jusqu'à présent accepté que douze réfugiés, alors que l'UE lui a demandé d'en accueillir 1.600, dans le cadre de son système de répartition.

- 'Rien contre les Chinois' -

Bon nombre de partis tchèques exploitent la peur du terrorisme, la menace islamiste et la crainte de voir disparaître la prospérité économique pour en tirer un profit politique.

"Cela n'a pas grand-chose à voir avec la réalité, parce qu'il n'y a vraiment pas de migrants ici", dit l'analyste Jiri Pehe, interrogé par l'AFP.

Des manifestants demandent un arrêt de l'immigration devant le hâteau de Prague le 6 février 2016
Des manifestants demandent un arrêt de l'immigration devant le hâteau de Prague le 6 février 2016 ( Michal Cizek / AFP/Archives )

Selon un sondage réalisé en avril par l'institut CVVM de l'Académie tchèque des Sciences, quelque 60% des Tchèques sont hostiles à l'accueil des migrants, alors que 3% seulement y sont favorables.

Prague a protesté vigoureusement contre le programme de répartition de réfugiés avancé par l'UE, comme l'ont fait ses voisins polonais, hongrois et slovaque.

"Nous avons besoin d'un barrage contre l'idéologie haineuse de l'islam", affirme Tomas Erlich, un Praguois décidé à voter pour le parti anti-migrants "Liberté et démocratie directe" (SPD), de l'homme d'affaires né à Tokyo Tomio Okamura.

Tomio Okamura à Brno, le 27 décembre 2012
Tomio Okamura à Brno, le 27 décembre 2012 ( Krystof Hofman / AFP/Archives )

L'islam "est incompatible avec la démocratie, la législation et les valeurs européennes. L'expérience qu'en a faite l'Occident le démontre clairement", insiste M. Erlich.

Il nie pourtant être xénophobe, car il n'a "rien contre les Chinois et les Vietnamiens, intelligents et travaillant incroyablement dur".

Le SPD serait crédité de 7,3% des suffrages selon CVVM, soit au-dessus du seuil d'éligibilité de 5% pour entrer à la chambre basse de 200 sièges.

L'homme d'affaires milliardaire et dirigeant du parti populiste ANO Andrej Babis à son arrivée à un meeting à Prague le 28 septembre 2017
L'homme d'affaires milliardaire et dirigeant du parti populiste ANO Andrej Babis à son arrivée à un meeting à Prague le 28 septembre 2017 ( MICHAL CIZEK / AFP/Archives )

Parfois taxé de "Trump tchèque" par la presse populaire, l'homme d'affaires milliardaire Andrej Babis, dont le mouvement populiste ANO est pressenti vainqueur des législatives avec 30,9% des voix selon CVVM, ne cache pas non plus son hostilité à l'accueil des migrants.

- 'Commerce de la peur' -

"Il n'y a presque pas d'immigrants chez nous, le pays traverse une bonne période du point de vue économique, et pourtant il y a du mécontentement voire de la colère chez les gens", constate l'analyste Josef Mlejnek de l'Université Charles de Prague, interrogé par l'AFP.

"Je me demande moi-même quelles en sont les raisons. Je pense à une combinaison de frustrations personnelles et d'un problème général, dit-il. Par exemple Babis répète que la corruption est partout et les gens commencent à le prendre à cœur".

Le taux de chômage en République tchèque ne s'élevait qu'à 3,8% en septembre, son niveau le plus bas depuis 1998, alors que la banque centrale tablait sur une croissance de 3,6% à la fin de l'exercice 2017.

Et pourtant, "la scène politique tchèque a dégénéré en commerce de la peur", estime M. Pehe.

Elections en République tchèque
Elections en République tchèque ( Paul DEFOSSEUX / AFP )

Pour le président Milos Zeman, la vague migratoire est une "invasion organisée" et les musulmans sont "impossibles à intégrer".

Le parti social-démocrate CSSD du Premier ministre sortant Bohuslav Sobotka, crédité de 13,1% d'intention de vote, promet lui d'arrêter "la migration illégale".

Le premier parti de droite tchèque, ODS, veut quant à lui évincer de l'espace Schengen les pays qui se montrent incapables de protéger leurs propres frontières.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/06/2018

Benjamin Griveaux, photo du 6 juin 2018. ( Alain JOCARD / AFP/Archives )L'Europe et les Etats-Unis n'ont pas le même "modèle de civilisation" et ne partagent "pas certaines valeurs", a déclaré…

Publié le 19/06/2018

Un des messages projetés sur la façade de l'Assemblée nationale par Amnesty International France à Paris le 19 juin 2018 ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP )Amnesty International France a…

Publié le 19/06/2018

Le président américain Donald Trump à Washington le 18 juin 2018 ( Brendan SMIALOWSKI / AFP )Donald Trump revendique sa fermeté extrême aux frontières malgré le tollé provoqué par la…

Publié le 18/06/2018

Des manifestants contre la séparation des enfants de leurs parents sans-papiers le 14 juin 2018 à Los Angeles ( Robyn Beck / AFP/Archives )Donald Trump a revendiqué lundi sa fermeté extrême…

Publié le 18/06/2018

La chancelière allemande arrive au siège de la CDU, le 18 juin 2018 à Berlin ( Tobias SCHWARZ / AFP )L'aile la plus à droite du gouvernement allemand, soutenue par Donald Trump, a fixé lundi…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Plus de 50% des actionnaires ont opté pour ce règlement...

Publié le 19/06/2018

Sous pression...

Publié le 19/06/2018

D'après les chiffres de Médiamétrie...

Publié le 19/06/2018

Déjà en position de force en Europe, AccorHotels entend encore accélérer en visant un rythme de 15 000 ouvertures de chambres par an dès 2019. C’est ce qu’explique aujourd’hui Le Figaro,…

Publié le 19/06/2018

Cogelec a progressé de plus de 1% hier pour sa première séance boursière dans un marché qui, lui, a abandonné près de 1%...