En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
-
4 863.50
-0.21 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+0.00 %
DAX PTS
11 205.54
-
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.138
+0.18 %

Législatives en Arménie: le Premier ministre remporte son pari

| AFP | 384 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian rencontre la presse à Erevan, le 10 décembre 2018
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian rencontre la presse à Erevan, le 10 décembre 2018 ( KAREN MINASYAN / AFP )

La coalition menée par le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a triomphé dimanche aux élections législatives anticipées, convoquées par le dirigeant réformateur pour renforcer son pouvoir quelques mois après son arrivée à la tête du pays grâce à un soulèvement populaire.

Après le décompte de l'intégralité des voix, le bloc dirigé par le parti "Contrat Civil" de M. Pachinian a obtenu 70,43% des votes, a annoncé la Commission électorale centrale.

"Je suis fier de vous (...) Soyons courageux", a commenté lundi sur sa page Facebook le Premier ministre, remerciant le "courageux peuple" arménien pour lui avoir accordé sa confiance.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui disposait d'observateurs sur place, a de son côté salué un scrutin tenu "en respect des libertés fondamentales" et jouissant d'une "large confiance du public".

"L'absence globale de méfaits électoraux tels que des achats de voix et de pression sur les électeurs ont permis une concurrence véritable", a salué l'organisation, un satisfecit rare dans cette région où les élections sont souvent tendues et donnent généralement lieu à des accusations de fraude, quand elles ne sont pas totalement phagocytées par le pouvoir en place.

Nikol Pachinian, un ancien journaliste de 43 ans, est arrivé au pouvoir en Arménie en mai après avoir mené pendant plusieurs semaines des manifestations massives contre le gouvernement alors au pouvoir depuis plus de dix ans.

Mais M. Pachinian ne contrôlait pas le Parlement, encore largement acquis au Parti républicain de l'ex-président Serge Sarkissian, raison pour laquelle, bloqué dans ses réformes, il aspirait à organiser des élections anticipées.

Arménie
Arménie ( Sophie RAMIS / AFP )

Mi-octobre, Nikol Pachinian a réussi une manoeuvre politique en annonçant sa démission, puis en se mettant d'accord avec les députés pour qu'ils échouent deux fois consécutivement à élire un nouveau chef de gouvernement: un prétexte pour la dissolution du Parlement et la convocation d'élections législatives anticipées.

Les prochaines élections législatives dans cette ex-république soviétique du Caucase du Sud n'étaient jusqu'alors prévues qu'en 2022.

"Après les élections, nous développerons la démocratie en Arménie et ferons une révolution économique", avait déclaré M. Pachinian aux journalistes après avoir glissé son bulletin dans l'urne à Erevan, promettant des élections "libres, équitables et transparentes".

Une Arménienne vote aux élections législatives anticipées à Erevan le 9 décembre 2018
Une Arménienne vote aux élections législatives anticipées à Erevan le 9 décembre 2018 ( Karen MINASYAN / AFP )

"Position dominante"

Le parti "Arménie prospère" arrive en deuxième position avec 8,37% des suffrages. Le Parti républicain de l'ex-président Serge Sarkissian n'a obtenu que 4,7% des suffrages, échouant à dépasser le seuil de 5% nécessaire pour entrer au Parlement.

M. Pachinian, qui a lancé depuis son arrivée au pouvoir une croisade tous azimuts contre la corruption - de l'armée ou des douanes jusqu'aux écoles -, prône une "révolution économique" dans un pays où quelque 30% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, selon les statistiques officielles.

Un panneau électoral à Erevan, le 6 décembre  2018
Un panneau électoral à Erevan, le 6 décembre 2018 ( KAREN MINASYAN / AFP )

Côté politique, le leader de la "révolution de velours" arménienne promet de "sceller davantage l'alliance stratégique avec la Russie et en même temps de renforcer la coopération avec les Etats-Unis et l'Union européenne".

Selon les analystes, M. Pachinian, considéré comme un héros national pendant les protestations antigouvernementales du printemps, a déployé tous ses efforts pour organiser ces élections anticipées alors qu'il est au sommet de sa popularité.

"Le parti de Pachinian va probablement (...) avoir tous les leviers nécessaires pour accélérer les réformes économiques et politiques promises", indique à l'AFP l'analyste Guevorg Pogossian.

En septembre, le bloc de Nikol Pachinian a déjà remporté une victoire écrasante aux élections municipales d'Erevan, en recueillant plus de 80% des voix dans la capitale arménienne où habite environ 40% de la population.

"Les élections ont été convoquées dans la vague d'une euphorie révolutionnaire", selon M. Pogossian. "Mais après le scrutin, ce sentiment va inévitablement s'amenuiser, et Pachinian et son équipe devront faire face à la réalité", assure-t-il.

Neuf partis politiques et deux blocs électoraux étaient en lice pour les 101 sièges au Parlement arménien.

Selon la législation arménienne, un parti a besoin de recueillir au moins 5% des voix des électeurs pour pouvoir siéger au Parlement, alors qu'un bloc électoral doit franchir la barre de 7%.

Une fois passés au Parlement, les partis d'opposition doivent cependant y avoir - en vertu de la loi arménienne - au moins 30% des sièges, même s'ils ont enregistré des résultats inférieurs à ce chiffre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/01/2019

Casino a signé un accord avec des fonds gérés par Fortress en vue de la cession de 26 murs d’hypermarchés et supermarchés valorisés 501 millions d’euros, dont 392 millions d’euros seront…

Publié le 21/01/2019

      Communiqué de presse 21 janvier 2019       EPR de Flamanville : point d'actualité     EDF poursuit activement le plan d'actions sur les…