En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 967.14 PTS
-0.37 %
4 935.0
-0.70 %
SBF 120 PTS
3 948.19
-0.75 %
DAX PTS
11 141.17
-0.92 %
Dowjones PTS
25 017.44
-1.56 %
6 642.92
+0.00 %
1.146
+0.11 %

Afghanistan: les élections commencent dans le chaos

| AFP | 241 | Aucun vote sur cette news
Des Afghanes font la queue pour voter lors des législatives, le 20 octobre 2018 à Hérat
Des Afghanes font la queue pour voter lors des législatives, le 20 octobre 2018 à Hérat ( HOSHANG HASHIMI / AFP )

Les élections législatives en Afghanistan ont démarré dans le chaos samedi avec des explosions meurtrières signalées à Kaboul et de nombreux centres électoraux faisant face à d'importants problèmes logistiques.

ons ont été rapportées samedi en milieu de matinée à proximité de bureaux de vote de la capitale Kaboul.

A l'un d'entre eux, une école transformée en centre de vote, un journalistePlusieurs explosi de l'AFP a aperçu une foule terrifiée quitter les lieux en courant. "Il y a des morts et des blessés suite à plusieurs explosions", a indiqué à l'AFP un responsable du ministère de la Santé, sans pouvoir fournir plus de précisions pour le moment.

Le président afghan Ashraf Ghani avait auparavant souhaité montrer l'exemple en votant dès l'ouverture du scrutin dans une école de la capitale Kaboul et appelé ses compatriotes à "sortir et voter".

Un Afghan vote lors des législatives, le 20 octobre 2018 à Hérat
Un Afghan vote lors des législatives, le 20 octobre 2018 à Hérat ( HOSHANG HASHIMI / AFP )

Semblant répondre à son appel, les électeurs ont formé de longues files d'attente dans la capitale et ailleurs. Mais leur attente s'expliquait aussi par de nombreux dysfonctionnements.

Certains centres de vote n'ont pu ouvrir faute d'assesseurs, d'absence des listes électorales ou de mauvais fonctionnement des terminaux de reconnaissance biométrique mis en place à la dernière minute et utilisés pour la première fois.

Des candidats et des électeurs ont fait part de leur exaspération.

"Nos noms ne figurent pas sur les listes alors que nos cartes électorales prouvent bien que nous nous sommes inscrits", a pesté Payeza Mohammadi, 22 ans, devant un centre électoral dans la province d'Herat (ouest). "C'est un vrai bazar, je suis très déçu".

Une femme vote aux législatives, le 20 octobre 2018 à Mazar-i-Sharif, en Afghanistan
Une femme vote aux législatives, le 20 octobre 2018 à Mazar-i-Sharif, en Afghanistan ( FARSHAD USYAN / AFP )

"On était près de 500 devant la porte à attendre depuis presque deux heures pour voter. Le centre a ouvert en retard, ensuite ils ne trouvaient pas nos noms, puis voter avec ces machines prend 15 à 20 minutes par personne", explique à l'AFP Haroon Majidi, un électeur de Kaboul.

"Des gens rentrent chez eux car ils n'ont pas pu voter", dit sur Twitter Jumakhan Rahyab‏, électeur à Kaboul.

- Ouverture prolongée -

La Commission électorale indépendante (CEI), qui organise le vote, a présenté ses excuses et a promis que l'ouverture des centres de vote serait prolongée.

Les électeurs se plaignaient surtout du danger à patienter dans la rue face au risque d'attentats.

Elections en Afghanistan
Elections en Afghanistan ( John SAEKI / AFP )

Les talibans ont averti à plusieurs reprises ces dernières semaines qu'ils allaient recourir à la violence pour faire échouer le processus démocratique, à leurs yeux illégitime.

Samedi matin, un tweet de leur porte-parole, Zabihullah Mujahid, conseillait une nouvelle fois aux citoyens de rester chez eux. "Le public devrait s'abstenir de participer à ce processus théâtral afin de protéger leurs propres vies".

De nombreux rapports ont fait état d'explosions d'engins artisanaux à proximité de centres de vote, des combats ont également été rapportés entre talibans et forces de sécurité.

"Je suis venu voter en risquant ma vie. Je suis inquiet pour ma sécurité", dit Asadullah, 22 ans, faisant la queue devant un centre de vote de Mazar-i-Sharif (nord). "Mais nous devons défier les talibans et sortir en grand nombre et voter, car c'est un jour historique pour nous", estime-t-il.

"Malgré les risques, je me devais d'être ici. Nous devons voter pour voir de nouveaux visages dans ce parlement et chasser les anciens députés qui sont corrompus", renchérit Mustafa, un électeur de 42 ans, à Kaboul.

- Barrages armés -

Dans la capitale partiellement bouclée par des barrages lourdement armés, la plupart des axes routiers avaient été interdits aux véhicules et aux motos.

Des centaines de personnes ont déjà été tuées ou blessées lors d'attentats en lien avec le scrutin ces derniers mois. Et au moins 10 candidats ont été abattus, la plupart dans des attaques ciblées.

Plus de 5.000 bureaux de votes ont ouvert dans les zones du pays sous contrôle du gouvernement. Pour des raisons de sécurité, sur d'autres parties du territoire contrôlées par les talibans, 2.000 centres de vote sont restés fermés.

Quelque 54.000 membres des forces de sécurité ont été déployés pour assurer la protection aux 8,9 millions d'électeurs inscrits sur les listes électorales.

Une spectaculaire attaque talibane a coûté jeudi la vie au puissant chef de la police de Kandahar (sud), le général Abdul Raziq dans un complexe ultra-sécurisé. Le vote dans la province a été reporté à samedi prochain.

Plus de 2.500 candidats sont en lice pour les 249 sièges à la chambre basse du parlement. Il s'agit pour la plupart d'élus déjà établis, de descendants de seigneurs de la guerre, d'hommes d'affaires ou de membres de la société civile.

Ce scrutin législatif est considéré comme un test crucial en vue de l'élection présidentielle de l'année prochaine et une étape importante avant une réunion de l'ONU en novembre à Genève où l'Afghanistan devra démontrer les progrès effectués en matière de "processus démocratique".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2018

OSE Immunotherapeutics a annoncé que l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) et le Comité de Protection des Personnes (CPP) ont donné leur autorisation pour démarrer un nouvel essai…

Publié le 20/11/2018

Par courriers reçus le 19 novembre 2018 par l'AMF, la société anonyme de droit luxembourgeois Vesalius Biocapital Holdings, agissant pour le compte...

Publié le 20/11/2018

DBV Technologies a présenté au Congrès Scientifique Annuel 2018 de l'American College of Allergy, Asthma and Immunology (ACAAI) du 15 au 19 novembre 2018 à Seattle, des données relatives à…

Publié le 20/11/2018

Implanet, société de technologies médicales spécialisée dans les implants vertébraux et les implants de chirurgies du genou, annonce l'obtention du marquage CE pour la solution Jazz Cap System,…

Publié le 20/11/2018

Wallix lance une campagne de recrutement portant sur une cinquantaine de postes. Pour cela, l’éditeur de logiciels de cybersécurité a nommé Delphine Schoffler au poste de Directrice des…