5 386.81 PTS
+0.27 %
5 383.00
+0.25 %
SBF 120 PTS
4 296.55
+0.19 %
DAX PTS
13 003.14
+0.09 %
Dowjones PTS
23 343.47
+0.06 %
6 103.75
-0.08 %
Nikkei PTS
21 696.65
+1.11 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Le vieux Mossoul, un champ de ruines hanté par les derniers jihadistes

| AFP | 142 | Aucun vote sur cette news
Le Vieux Mossoul en ruines, le 9 juillet 2017
Le Vieux Mossoul en ruines, le 9 juillet 2017 ( AHMAD AL-RUBAYE / AFP )

Immeubles aplatis, décombres à perte de vue et véhicules calcinés. Le Vieux Mossoul, autrefois le coeur battant de la deuxième ville d'Irak, n'est plus qu'un immense champ de ruines après des semaines de combats acharnés entre forces armées et jihadistes.

Au milieu de ce paysage d'apocalypse, quelques pelleteuses s'activent pour déblayer les rues remplies de gravats du coeur historique de la grande ville du nord irakien "libérée" du joug du groupe Etat islamique (EI) après une offensive de neuf mois.

A proximité, des véhicules blindés tentent de se frayer un chemin pour les opérations de ratissage dans le secteur où se cachent les derniers jihadistes.

"Il ne reste plus que quelques groupes de terroristes qui ont perdu tout contrôle, et les forces de sécurité les pourchassent", souligne le colonel Salam Jassem Hussein, des forces d'élite du contre-terrorisme (CTS), son pantalon noir couvert d'une poussière blanche.

Des soldats irakiens lors de la dernière offensive contre le groupe Etat islamique dans la Vieille ville de Mossoul, le 10 juillet 2017
Des soldats irakiens lors de la dernière offensive contre le groupe Etat islamique dans la Vieille ville de Mossoul, le 10 juillet 2017 ( Fadel SENNA / AFP )

"En réalité, la bataille est déjà terminée, avec une grande victoire des forces de sécurité", se réjouit-il en enchaînant les canettes de Red Bull, le bras tenu en bandoulière car blessé au combat. Sur son cou, un pansement dissimulant une autre blessure, ne cesse de se décoller avec la chaleur étouffante.

Quelques heures avant l'annonce lundi par le Premier ministre Haider Al-Abadi, entouré de ses commandants et officiers à Mossoul-Ouest, de la "victoire sur la brutalité et le terrorisme", les soldats combattaient toujours les jihadistes acculés au bord du fleuve Tigre.

Obéissant aux ordres du colonel Hussein, deux snipers et un soldat armé d'une mitraillette, une impressionnante ceinture de munitions autour du cou, escaladaient un immeuble en ruines pour prendre position et abattre un jihadiste.

- Cadavres sur la chaussée -

Mardi, place aux opérations de ratissage. "Nous nettoyons le secteur des cellules dormantes (de l'EI). Des groupes jihadistes sont cachés dans des abris et nous nous en occupons", assure le général Sami Al-Aridhi.

Dans plusieurs rues de la vieille ville, des corps de jihadistes gisent encore sur la chaussée, recouverts par une couverture.

Les ruines de la Vieille ville de Mossoul, lors de la dernière offensive des forces irakiennes contre le groupe Etat islamique, le 10 juillet 2017
Les ruines de la Vieille ville de Mossoul, lors de la dernière offensive des forces irakiennes contre le groupe Etat islamique, le 10 juillet 2017 ( ISSOUF SANOGO / AFP )

Les combats rapprochés, les raids aériens irakiens et de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, ainsi que les engins explosifs disséminés par les jihadistes ont transformé le secteur en un amas de gravats.

Quasiment aucun immeuble n'est épargné par les dégâts dans le Vieux Mossoul, réputé autrefois pour son bazar, ses trésors archéologiques et ses anciennes mosquées et demeures.

Les bâtiments détruits ou éventrés vomissent du béton déchiqueté, de la tôle et des barres de fer tordues. Des voitures calcinées sont empilées les unes sur les autres dans des cratères creusés dans la chaussée.

Les ruelles étroites et sinueuses serpentent désormais entre de petites montagnes de décombres.

Jusqu'à lundi en fin d'après-midi, les frappes aériennes continuaient de s'abattre sur le dernier petit carré jihadiste. A chaque fois, un sifflement bref, une légère secousse, avant qu'un nuage de fumée blanc n'envahisse le ciel.

Un soldat irakien dans la Vieille ville de Mossoul, le 10 juillet 2017
Un soldat irakien dans la Vieille ville de Mossoul, le 10 juillet 2017 ( FADEL SENNA / AFP )

Coiffés de plusieurs haut-parleurs, le dôme vert d'une mosquée à proximité tient toujours.

"On progresse en direction du fleuve, sur une distance qui ne dépasse pas les 50 ou 60 mètres", précisait le général Abdel Wahab al-Saïdi, juché sur des gros sacs de riz entreposés dans la mosquée, transformée par l'EI en entrepôt.

Des dizaines de cartons y sont empilés le long des murs: bouteilles d'huile, des boîtes de conserve renfermant du concentré de tomate, des matelas sales.

- Quotidien interrompu -

Des centaines de milliers de civils ont réussi à fuir les combats, après avoir vécu dans des conditions terribles, subissant pénuries, bombardements et servant de "boucliers humains" à l'EI.

Les Nations unies ont averti qu'un grand nombre d'entre eux allaient devoir rester déplacés pendant des mois, n'ayant plus de maison à Mossoul.

De temps en temps, une façade qui s'est écroulée dévoile un quotidien interrompu dans la vieille ville. Une horloge encore accrochée au mur, une plante d'intérieure placée dans un coin, dans une pièce aux murs jaune, qui flotte au dessus des ruines. Des casseroles en fer et des théières électriques parmi les gravats.

La vieille ville de Mossoul ravagée par les combats
La vieille ville de Mossoul ravagée par les combats ( Simon MALFATTO / AFP )

A quelques rues seulement, dans l'ancienne cour de la mosquée Al-Nouri, dynamitée par l’EI, près de la fontaine aux ablutions couverte de graffitis, l’air est envahi par une délicieuse odeur de grillades.

Des volontaires mobilisés pour aider les forces préparent des brochettes, à quelques pas du minaret pluri-centenaire détruit, et des élégantes colonnes de pierre décorées de versets du Coran calligraphiés, elles toujours debout.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/06/2017

Des Irakiens marchent en direction de l'université de Mossoul le 13 juin 2017 ( MOHAMED EL-SHAHED / AFP )Dans un paysage de désolation, au milieu de bâtiments calcinés ou en ruines, la vie…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2017

      Boulogne, le 23 octobre 2017   Communiqué de mise à disposition - Résultats Financiers AVTOVAZ T3 2017     Renault…

Publié le 23/10/2017

                                                      Voisins le Bretonneux, le 23 octobre 2017       Communiqué de mise à…

Publié le 23/10/2017

Communiqué de presse                                                                            …

Publié le 23/10/2017

Bigben a réalisé 62,9 ME de chiffre d'affaires au deuxième trimestre de son exercice 2017-2018, en progression de 34,2% par rapport au 2ème trimestre...

Publié le 23/10/2017

Maisons du Monde a réalisé au troisième trimestre 2017 un chiffre d'affaires en hausse de 17,2% à 239,3 millions d'euros. En organique, la croissance est de 10%. Sur neuf mois, le chiffre…

CONTENUS SPONSORISÉS