En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.10 PTS
+0.05 %
5 467.50
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 386.46
+0.05 %
DAX PTS
12 374.66
+0.19 %
Dowjones PTS
26 492.21
-0.26 %
7 563.19
+0.19 %
1.176
-0.01 %

Le vice-président libérien Boakai: l'ultime chance d'un pugnace

| AFP | 360 | Aucun vote sur cette news
Le vice-président Joseph Boakai lors du dernier jour de campagne le 24 décembre à Monrovia
Le vice-président Joseph Boakai lors du dernier jour de campagne le 24 décembre à Monrovia ( SEYLLOU / AFP )

Le vice-président libérien Joseph Boakai, après avoir contesté pendant des semaines les résultats du premier tour de la présidentielle, joue son va-tout mardi lors du second, où il affronte l'ex-star du foot George Weah.

"Très confiant" de l'emporter, il n'est pourtant parvenu à rassembler qu'une centaine de ses partisans dimanche soir à Monrovia, au lendemain d'un meeting ayant réunis des dizaines de milliers de supporters de George Weah dans le plus grand stade du pays.

Perçu au départ comme l'héritier naturel de la présidente Ellen Johnson Sirleaf, Joseph Boakai, 73 ans, a pris pendant la campagne ses distances avec la Prix Nobel de la paix 2011... qui de son côté ne l'a pas soutenu.

"Sleepy Joe" (Joe le dormeur), comme on le surnomme parfois pour sa propension à l'assoupissement pendant des cérémonies publiques, avait pourtant été élu avec elle sur un "ticket" en 2005, puis réélu en 2011.

En réalité, les commentateurs politiques estiment que M. Boakai lui-même a cherché à se démarquer de la partie la plus contestée du bilan de l'administration sortante, notamment les difficultés économiques vécues par la grande majorité des Libériens et les accusations de corruption, voire de népotisme.

"Avec toutes nos ressources, notre potentiel agricole et minier, nous ne devrions pas être dépendants de l'aide étrangère", a-t-il asséné.

Après avoir accusé 10 points de retard sur George Weah lors du premier tour, le 10 octobre, Joseph Boakai a concentré son action sur le volet juridique pendant des semaines.

Dénonçant des "fraudes et irrégularités" lors des opérations de vote, il a soutenu jusqu'au bout les recours du candidat arrivé en troisième position, Charles Brumskine, devant la Commission électorale nationale (NEC) puis devant la Cour suprême.

Ces procédures ont entraîné le report, du 7 novembre au 26 décembre, du second tour du scrutin. Mais la dernière tentative du parti de Joseph Boakai de repousser à 2018 la tenue de l'élection a été rejetée, obligeant le candidat à retourner sur le terrain politique à quelques jours du scrutin.

S'exprimant lentement, gardant souvent les yeux mi-clos, il a mis en garde la jeunesse contre "l'erreur" que constituerait un vote pour George Weah, affirmant que l'ancien joueur devenu sénateur n'avait "jamais levé la main pour prendre la parole" lorsqu'il présidait une séance du Sénat. "C'est qu'il dormait", a répliqué l'ex-attaquant du PSG.

Issu, comme George Weah, de la population "autochtone", et non de l'élite "américano-libérienne" descendante d'esclaves affranchis qui domine le pays depuis sa création, il parle, outre l'anglais, deux langues locales, le kissi et le mende.

Originaire d'un village reculé de la province de Lofa (nord), frontalière de la Guinée et souvent présentée comme le "grenier à blé du pays", il a été ministre de l'Agriculture de 1983 à 1985 sous Samuel Doe, à ce jour le seul président à ne pas appartenir à la minorité "américano-libérienne".

- 'Des routes, des routes' -

En réponse aux interrogations sur ce qu'il pourrait apporter de neuf, après douze ans au pouvoir, il s'est comparé pendant un débat entre candidats pour le premier tour à "une voiture de course laissée au garage", qui ne peut donner toute sa mesure que sur la piste.

L'un de ses adversaires lui avait fait remarquer qu'"après 12 ans au garage sans bouger, les pièces d'une voiture de course vieillissent, rouillent et ne fonctionnent plus", la rendant "incapable de rivaliser avec les modèles plus récents".

Mais Joseph Boakai entend montrer à tous qu'il n'est pas encore bon pour la casse et peut perpétuer pour un nouveau mandat de six ans le règne du Unity Party (UP, Parti de l'unité).

"Des routes, des routes, des routes", martèle celui qui se décrit comme un homme d'origine modeste désireux de "rendre au pays ce qu'il lui a donné" et a axé son programme sur les réseaux de transport, pour désenclaver l'ensemble des régions.

Titulaire d'un diplôme de gestion, il est marié depuis 45 ans et père de quatre enfants.

bur-jom-sst-siu/stb

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Le résultat net, qui intègre désormais un IS à taux plein en raison de la fin en 2017 des déficits reportables, atteint 0,94 ME en croissance de +310,3%...

Publié le 25/09/2018

Pour l'exercice 2018, le Groupe DOM Security maintient sa prévision de chiffre d'affaires de 180 ME hors croissance externe...

Publié le 25/09/2018

Le groupe reste optimiste pour la poursuite de son exercice...

Publié le 25/09/2018

Au 30 juin 2018, les capitaux propres s'élèvent à 11,71 ME...

Publié le 25/09/2018

Le résultat net des entreprises consolidées s'élève à 10,9 ME sur le 1er semestre...