En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.85 PTS
-0.07 %
5 381.00
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 257.86
-0.08 %
DAX PTS
11 549.96
-0.46 %
Dowjones PTS
25 946.85
+0.78 %
7 464.31
+1.13 %
1.135
-0.66 %

Venezuela: Maduro et l'opposition s'accusent mutuellement de la panne géante

| AFP | 881 | 4.20 par 5 internautes
L'opposant vénézuélien Juan Guaido s'adrsse à la foule pendant une manifestation, le 12 mars à Caracas
L'opposant vénézuélien Juan Guaido s'adrsse à la foule pendant une manifestation, le 12 mars à Caracas ( Yuri CORTEZ / AFP )

Le régime de Nicolas Maduro et l'opposition se sont accusés mutuellement de la gigantesque panne de courant qui a paralysé le Venezuela depuis le 7 mars, le premier l'attribuant à une "cyber-attaque" et la seconde à la "négligence" et à la "corruption".

Tandis que les communications revenaient à Caracas, le gouvernement a affirmé mardi que le courant était rétabli dans la plupart des régions du pays, à l'exception du grand ouest et de certains Etats du centre.

Dans la soirée, le président Nicolas Maduro a proclamé la "victoire" dans la "guerre élecrique" lancée selon lui par les Etats-Unis avec la complicité de l'opposition. Il a annoncé la création d'une "commission d'enquête présidentielle" pour laquelle il sollicitera "l'aide de l'ONU, de la Chine, de la Russie, de l'Iran, de Cuba, pays qui ont une grande expérience des cyber-attaques", a-t-il souligné.

Mais les communications restaient difficiles entre Caracas et les autres villes du pays. Et la population est éreintée par la course aux vivres et surtout à l'eau, sommée de payer le moindre achat en dollars.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (centre) pendant une réunion au palais de Miraflores, à Caracas, le 12 mars 2019
Le président vénézuélien Nicolas Maduro (centre) pendant une réunion au palais de Miraflores, à Caracas, le 12 mars 2019 ( HO / Venezuelan Presidency/AFP )

Oubliant un instant la faim, la soif, le courant coupé et la défaillance des services de base, une foule compacte a acclamé mardi à Caracas l'opposant Juan Guaido qui a promis de "sortir le Venezuela de la pénombre, très vite".

C'était la deuxième fois depuis le début, jeudi, de la panne d'électricité géante qui a paralysé le pays que le chef de l'opposition, qui s'est proclamé président par intérim le 23 janvier, convoquait la population dans les rues.

"Miraflores !"

Juan Guaido a effectué une tournée dans la capitale, visitant plusieurs quartiers sans incident, jusqu'au final dans le plus grand "barrio" populaire de Caracas, Petare, jurant de s'occuper bientôt du pays: "J'ai besoin d'un bureau pour ça, il se trouve à Miraflores!", le palais présidentiel.

"Si se puede!" ("Oui c'est possible!"), "Nous sommes là ! nous n'avons pas peur !", a scandé la foule, plusieurs milliers de personnes rassemblées sur le parcours entamé au son des sifflets et des casseroles, les "cacerolazos" de protestation contre le régime.

Lundi soir, le chef de l'Etat Nicolas Maduro avait lancé un appel à la "résistance active" de ses partisans, et cité nommément les "colectivos", des groupes citoyens dont certains, de sinistre réputation, agissent en véritables milices, circulant par paires, à moto.

"Il nous menace! C'est tout ce qui lui reste", a lancé Guaido.

Le face-à-face entre les deux "présidents" du pays s'est encore durci mardi avec une enquête ouverte par le procureur du Venezuela contre l'opposant "pour son implication présumée dans le sabotage du système électrique".

Désespoir et obscurité

Des habitants de Caracas recueillent de l'eau s'échappant d'une canalisation crevée, le 11 mars 2019 à Caracas
Des habitants de Caracas recueillent de l'eau s'échappant d'une canalisation crevée, le 11 mars 2019 à Caracas ( Cristian HERNANDEZ / AFP )

Pour M. Maduro, l'attaque contre la principale centrale du pays, est le fait des Etats-Unis pour "désespérer" la population et déclencher une guerre civile.

Mais "le désespoir et l'obscurité, c'est la dictature qui les provoque!" a répété Guaido.

Face à la gravité de la situation, l'opposant avait fait voter lundi par les députés l'état d'alerte – prélude à l'état d'urgence – qui lui permet de forcer l'entrée de l'aide humanitaire stockée aux portes du pays avec l'aide internationale.

Signe de fébrilité du pouvoir, un journaliste et défenseur des droits humains, Luis Carlos Diaz, a été arrêté pendant plus de 24 heures avant d'être libéré mardi soir. Il a été accusé d'être lié aux attaques contre le système électrique, selon sa famille et le Syndicat national des membres de la presse (SNTP). Aucune charge n'a été officiellement retenue contre lui.

Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU, dont une mission technique se trouve actuellement à Caracas, s'était inquiété de cette détention au siège des renseignements vénézuéliens.

Quant au quotidien, il reste difficile pour la population.

Des opposants au président Nicolas Maduro bloquent une rue pendant une manifestation à Caracas, le 12 mars 2019
Des opposants au président Nicolas Maduro bloquent une rue pendant une manifestation à Caracas, le 12 mars 2019 ( Federico Parra / AFP )

"On en a marre de cette tragédie: pas de lumière, maintenant pas d'eau", rageait mardi Esmeralda Sanchez qui a "perdu un poulet entier, de la viande et des légumes", faute de froid.

"Je n'ai plus rien à donner à manger à mes enfants", sanglote Yulimar, mère de trois enfants, dont les réserves sont épuisées.

Les gens se ravitaillent comme ils le peuvent et se lavent dans les fontaines des parcs. Le régime a commencé la distribution d'aide mais, dans les quartiers populaires, beaucoup se plaignent de n'avoir rien reçu.

Des pillages de supermarchés accompagnés de violences ont été signalés à plusieurs reprises à Maracaibo, la grande ville pétrolière de l'ouest, où l'essence reste cependant introuvable.

"Ils ont dévasté notre boulangerie (...) J'ai vu des gens faire la queue pour un kilo de riz: il a fallu tirer en l'air pour organiser la distribution. Il y a beaucoup de tension", a confié Alberto Barboza, 26 ans, joint sur place par l'AFP.

Les Etats-Unis, très engagés derrière M. Guaido, ont par ailleurs annoncé des "sanctions supplémentaires très importantes". Elles pourraient intervenir dès mardi, a précisé Elliott Abrams, le représentant spécial pour la crise au Venezuela.

Le gouvernement vénézuélien a ordonné au personnel diplomatique américain encore présent à Caracas de quitter le pays d'ici jeudi au plus tard, après l'échec de négociations visant à maintenir une représentation minimale des Etats-Unis au Venezuela après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays le 23 janvier. Lundi soir, Washington avait déjà annoncé le rapatriement de tous ses diplomates.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
5 avis
Note moyenne : 4.20
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

Poxel a généré en 2018 un bénéfice net de 13,5 millions d’euros, contre une perte nette de 22,3 millions d’euros en 2017. Dans le même temps, le chiffre d’affaires de la société…

Publié le 21/03/2019

Année solide malgré une provision pour prime...

Publié le 21/03/2019

Eiffage a décroché un contrat de plus de 250 millions d'euros pour la construction du parc éolien offshore Moray East au Royaume-Uni...

Publié le 21/03/2019

Le chiffre d'affaires d'Esker pour l'exercice 2018 progresse de +14,2% et de +16% à taux de change et périmètre constants pour s'établir à 86,9 ME...

Publié le 21/03/2019

26,2 ME de trésorerie...