En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 413.78 PTS
-0.28 %
5 417.50
-0.21 %
SBF 120 PTS
4 339.59
-0.16 %
DAX PTS
12 552.50
+0.09 %
Dowjones PTS
25 019.41
+0.38 %
7 375.82
+0.00 %
Nikkei PTS
22 597.35
+1.85 %

Le tireur de Libé voulait "intimider" mais ne blesser personne

| AFP | 421 | Aucun vote sur cette news
Croquis d'audience du procès d'Abdelhakim Dekhar, jugé aux assises pour tentatives d'assassinat en 2013 à Paris, le 17 novembre 2017
Croquis d'audience du procès d'Abdelhakim Dekhar, jugé aux assises pour tentatives d'assassinat en 2013 à Paris, le 17 novembre 2017 ( Benoit PEYRUCQ / AFP/Archives )

Abdelhakim Dekhar, jugé pour tentatives d'assassinat lors de son périple armé à Paris, à BFMTV, à la Société générale et à Libération en novembre 2013, a affirmé jeudi qu'il voulait "intimider" ses cibles mais ne blesser personne.

"Je voulais intimider les gens. (...) Mais à aucun moment je n'ai voulu m'en prendre à la personne humaine", a déclaré l'accusé, qui a blessé grièvement un assistant-photographe à Libération.

Pourquoi ne pas avoir pris une arme factice?, a interrogé la cour d'assises. "J'avais fait des recherches sur internet sur les armes factices. Je voulais que mon intimidation soit crédible", a expliqué l'accusé, qui a acheté dans une cité de Saint-Denis un fusil à pompe qu'il a chargé avec des cartouches utilisées par les chasseurs de sangliers.

Son objectif était, dit-il, de mettre fin à ses jours. "J'étais dans un projet de suicide par intermédiaire: je voulais que la police me tue". Il s'est rendu d'abord à BFMTV parce que "la couverture H24 aurait démultiplié (son) scénario". Il voulait une mort "romantique", pour ne pas être perçu "comme un loser" par ses enfants qui avaient alors 5 et 7 ans. Il ne les voit plus depuis sa séparation d'avec leur mère suite à des violences.

"Quand je vais à BFMTV, je me dis que quand je vais sortir, je vais être abattu par la police", raconte l'accusé, qui se décrit comme "un intellectuel". Mais il reste une vingtaine de secondes et prend la fuite après avoir menacé un rédacteur en chef avec son arme.

A Libération, il dit avoir tiré dans "la confusion et la panique". Il aurait tiré sur l'assistant-photographe car celui-ci venait vers lui. Un expert balistique a pourtant écarté cette piste. Et la balle a pénétré dans le dos de la victime.

La cour l'a interrogé sur la question de la préméditation. Au juge d'instruction, il avait parlé d'un repérage. "C'est faux, c'est romancé", a dit l'accusé. C'était donc un mensonge?, a demandé la partie civile. Sa réponse: "J'ai l'imagination fertile".

Abdelhakim Dekhar a déjà été condamné aux assises, en 1998, dans un dossier criminel majeur lié aux milieux de l'ultragauche. Il était soupçonné d'être "le troisième homme" de l'équipée de deux membres de cette mouvance, Florence Rey et Audry Maupin: une fusillade au cours de laquelle trois policiers, un chauffeur de taxi et Maupin avaient été tués en 1994.

"Ca me ronge", a-t-il affirmé, son avocat l'interrogeant sur sa culpabilité.

"Il ose dire ça alors qu'il a repris les armes" en 2013, s'est énervé dans sa plaidoirie Me Charles-Emmanuel Soussen, l'avocat de l'assistant-photographe de Libération, 23 ans au moment des faits.

L'avocat ne "croit pas une seconde à la thèse du suicide": "M. Dekhar a choisi une arme létale et l'a chargée avec des balles à sanglier. Quand on fait ça, on veut tuer", a-t-il plaidé.

Abdelhakim Dekhar, qui encourt la perpétuité, est jugé pour plusieurs tentatives d'assassinat. "Toutes les victimes de tentative d'assassinat, qu'elles aient été blessées ou non, se heurtent au sentiment de mort", a expliqué l'avocat d'un journaliste et d'un rédacteur en chef de BFMTV, Me Pierre-Randolph Dufau.

Il a mis en avant la "haine des journalistes" d'Abdelhakim Dekhar, qui apparaît dans plusieurs messages: "L'immonde", "Libéramerde", "crevez charognes", écrivait-il en mars 2013.

La cour rendra son verdict vendredi soir.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

LES SUMMER DAYS

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 16 juillet 2018

CODE OFFRE : SUMMER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SUMMER18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/07/2018

Lundi 16 juillet 2018AERONAUTIQUELe salon britannique de Farnborough ouvre ses portes jusqu'au 22 juillet.Mardi 17 juillet 2018ALSTOMLe groupe ferroviaire tiendra son assemblée générale qui portera…

Publié le 16/07/2018

Greenyard abandonne 34,5% désormais à environ 7,5 euros dans un volume très étoffé, représentant 3% du tour de table...

Publié le 16/07/2018

Wataniya Airways confirme une commande de 25 appareils de la famille A320neo...

Publié le 16/07/2018

Pour le salon aéronautique de Farnborough